Las trèvas (Quand ère viu…)

Collecté en 1994 par CORDAE Sur les Communes de Coubisou, Espalion, Estaing Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Parmi les êtres fantastiques et les esprits familiers qui composaient la cosmologie des habitants de cette région du nord-Aveyron, les trèvas (revenants) occupaient le devant de la scène.

On les définit généralement comme des âmes du Purgatoire en souffrance sollicitant des prières ou des messes auprès des vivants. Plus rarement certaines pouvaient s'apparenter aussi à des esprits malfaisants venant tourmenter les humains.

Les âmes du Purgatoire, lorsqu'elles réclamaient des messes pouvaient se manifester de plusieurs façons. Les enfants, plus précisément les nouveaux-nés, constituaient fréquemment la proie des revenants tel ce nouveau-né déplacé chaque nuit par une main mystérieuse de son berceau sur le rebord d'une fenêtre.

Selon plusieurs de nos informateurs, l'angélus aurait été institué afin d'éloigner les esprits familiers, trèvas, ou Drac.

D'aucuns pouvaient se déguiser en trèvas afin de jouer une farce à des amis ou des voisins, ou bien pour éloigner un voleur, comme c'est ici le cas.

Cette histoire bien localisée dans cette version est extrêmement commune et se retrouve dans de nombreuses régions. (CORDAE)

Son

Julie ROMIEU

née Bélières en 1913 à Nadaillac de Coubisou.

Transcription

Occitan
Français
« Al ras d’Espaliu, amont, i a un cementèri que s’apèla Pèrsas.
E alara a Pèrsas i aviá un òrt que i aviá un perièr, de peras qu’èran bonas ! Mès que aquel perièr n’i a que las coneissián aquelas peras e anavan las li panar. Alara aquel òme s’apelava Colet e un còp s’entendèt amb un altre vesin. Li di(gu)èt :
“Ten, li cal far paur a-n-aquel que nos pana las peras.”
E s’entendèron.
Alara, coma amont al ras de Pèrsas atanben i a un rivatèl, i a un pichon riu que va rejoindre z'Òlt aval, pardí, e alara s’èran deguisats amb un drap per far las trèvas e rabalavan un cadeç per aquel riu de Pèrsas, e alara entre elses se parlavan. E alara esperavan que l’altre venguèssa a l’òrt per panar las peras. Alara elses, n’i aviá un qu’èra sus l’aure e l’altre qu’èra dins lo riu, que rabalava dels cadeces dins lo riu.
Alara entre elses se fasián :
“E… End vas tu ?”
Fasián las armas del cementèri, perque èran al ras del cementèri :
“End vas tu armeta damnada ? Que fas tu arma damnada ?
– E ben quand ère viu,
Trevave pels rius,
Ara que soi mòrt,
Trève pels òrts !
– A !
– E ben tu que siás mòrt lo premièr,
Davala-me aquel de sul perièr !”
Alara l’altre qu’èra sul perièr per amassar las peras, ò ! fotèt un salt per tèrra. Se copèt una camba !” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...