Las tiulièiras del Cairòl, 2009

Collecté en 2009 Sur les Communes de Coubisou, Le Cayrol, Prades-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avant le triomphe de l'ardoise, les constructions les plus anciennes étaient recouvertes de lausas de schiste ou de caicaire (tiulasses) ou de chaume (clujadas).

Dans la région, on utilisait l'ardoise du Cayrol.

Les ardoisières sont appelées tiulièiras en occitan.

Les habitants du Cayrol qui ne disposaient pas de tiulièira pouvaient aller extraire des ardoises dans la tiulièira communale.

Le père Emile Bonnaterre (1920-1998) filma les tiulièiras du Cayrol dans les années 1955-60.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

HERMET PIERRE, MOLINIER JEAN-LOUIS, VIDAL JULIETTE

né en 1946 au Cayrol ; né en 1948 à Prades d'Aubrac ; née Bertuol en 1923 à Coubisou.

Transcription

Occitan
Français
« Ah c'est vrai que dins lo temps, quand mèmes, i aviá soassanta obrièrs, mai mèmes que trabalhavan a la tiulièira. Aquò fasiá de trabalh, aquò fasiá de gintas tiuladas. Lo grand-paire trabalhava, aviá sa pichòta bòria e, quand aviá lo temps, anava trabalhar a la tiulièira. Aquò li fasiá un complement de revengut.
– Oui lo monde soitanavan a la jornada o soitavián una tiulièira dins lo comunal, atanben. Anavan far un trauc. Las se panavan pas, sabián qu'aquel trabalhava aquí, l'altre trabalhava aval et voilà. Aquò èra de comunal qu'es totjorn uèi. Aquò's un drech qu'avián coma alai al vilatge, un drech qu'avián, s'avián pas cap de tiulièira, d'anar trabalhar dins lo comunal per far quauquas tiulas, l'ivèrn.
Naltres, aviam de tiulièiras nòstras. Minàvem. Ieu, a mon epòca, i aviá dejà lo compressur. Parce que, de d'abans, fasián los traucs dejà amb una barra a mina. Un teniá la barra a mina e l'altre tustava per far los traucs per metre l'explosif. Pièi fasiam petar, pièi i aviá de blòcs. Atapàvem un cunh, coma un cunh de boès. Un teniá lo cunh e l'altre tustava sus la massa per far de bocinses de pèira que las po(gu)èssem cargar sul vagonet. E pièi las sortiam defòra e las metiam dins la cabana o defòra e pièi, amb un martèl, fendiam la tiula.
E aquò's d'ardoèsa, aquò's pas de lausa, parce que la lausa ven en surfàcia. La lausa es fenduda d'ela-mèma. I a pas qu'a i fotre un pic e s'estèla, qu'aquí, la tiula, aquò's de fòrça que la fendiam. I aviá pas de vena. Aquò's lo martèl que la fendiá. E totjorn… Caliá far totjorn pel mièg. D'ont mai la podiam far fina, melhor aquò anava. Mès de còps se laissava pas far ! De còps la caliá daissar un pauc pus espessa. I aviá lo fendaire e pièi, al ras, i aviá aquel que las arondissiá, que las cachava, aquò s'apelava, amb un martèl que s'apelava lo cachaire. Et voilà, e pièi èran finidas. E, vas la fin, las traucàvem, en plus, parce que de d'abans, las traucàvem pas, aquò èra lo tiulièr que las traucava.
Alara caliá cent quatre-vints tiulas per far la cana, c'est-à-dire, la cana aquò's quatre mèstres-carrats. Parlàvem de canas, parlàvem pas de mèstres-carrats, naltres. Caliá una moièna, de veire de bèlas e pièi de pichonas, quoi.Òm o vesiá a l'uèlh, aquò. Se de còps òm vesiá qu'èran un pauc pichonas, òm metiá quauqu'unsas de mai per que fa(gu)èsson lo mestratge.
– Per montar las tuilas, las montavan ambe de buòus e un pichòt carri. Aquò partiá bèlcòp per la montanha.
– Cada tiulièira… Ieu devine d'ont ven la tiula. Cada tiulièira a sa tiula, sa color, es pas d'a fèt la mèma m'enfin aquò's totjorn de tiula del Cairòl ! »
Les ardoisières du Cayrol, 2009
« Il est vrai que dans le temps, quand même, il y avait soixante ouvriers, plus même, qui travaillaient à l’ardoisière. Ça faisait du travail, ça faisait de jolies toitures. Mon grand-père travaillait, il avait une petite ferme et, quand il avait le temps, il allait travailler à l’ardoisière. Ça lui faisait un complément de revenu.
– Soit les gens allaient travailler à la journée, soit ils avaient une ardoisière sur les communaux. Ils allaient faire un trou. Ils ne se les volaient pas, ils savaient que celui-là travaillait là, l’autre travaillait là-bas et voilà. C’était sur les communaux qui existent encore aujourd’hui. C’est un droit qu’ils avaient comme là-bas au village, un droit qu’ils avaient, s’ils n’avaient pas d’ardoisière, d’aller travailler sur les communaux pour faire quelques ardoises, l’hiver.
Nous, nous avions des ardoisières à nous. Nous minions. Moi, à mon époque, il y avait déjà le compresseur. Parce que, avant, ils faisaient les trous avec une barre à mine. L’un tenait la barre à mine et l’autre tapait pour faire les trous pour mettre l’explosif. Puis nous faisions péter, puis il y avait des blocs. Nous prenions un coin, comme un coin pour le bois. L’un tenait le coin et l’autre tapait pour faire des morceaux de pierre que nous pouvions charger sur le wagonnet. Puis nous les sortions et nous les mettions dans la cabane ou dehors et ensuite, avec un marteau, nous fendions les ardoises.
Et c’est de l’ardoise, ce n’est pas de la lauze parce que la lauze se trouve en surface. La lauze se fend d’elle-même. Il n’y a qu’à y mettre un coup et elle se fend, alors que l’ardoise, il faut forcer pour la fendre. Il n’y avait pas de veine. C’est le marteau qui la fendait. Et toujours... Il fallait toujours fendre au milieu. Plus nous pouvions la faire fine, mieux c’était. Mais parfois elle ne se laissait pas faire ! Parfois il fallait la garder un peu plus épaisse. Il y avait le fendeur et puis, à côté, il y avait celui qui les arrondissait, qui les cachava,comme on disait, avec un marteau qui s’appelait le cachaire. Et voilà et puis elles étaient finies. Et, vers la fin, nous les percions, en plus, parce qu’auparavant, nous ne les percions pas, c’était le couvreur qui les perçait.
Alors il fallait cent quatre-vingts ardoises pour faire la canne, c’est-à-dire, la canne c’est quatre mètres carrés. Nous parlions de cannes, nous ne parlions pas de mètres carrés, nous. Il fallait une moyenne, voir des grandes et des petites, quoi. On le voyait à l’œil, ça. Si parfois on voyait qu’elles étaient un peu petites, on en mettait quelques-unes de plus pour arriver au métrage.
– Pour monter les ardoises, ils les montaient avec des bœufs et un petit char. Ça partait beaucoup à la montagne.
– Chaque ardoisière... Moi je devine d’où vient l’ardoise. Chaque ardoisière a son ardoise, sa couleur, elle n’est pas tout à fait la même mais enfin ça reste de l’ardoise du Cayrol ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...