Lo cirièr o candelaire

Collecté en 2000 Sur les Communes de Conques, Laguiole, Rodez, St-Cyprien-sur-Dourdou Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Il y avait toutes sortes de petits métiers sédentaires ou ambulants comme le cordonnier appelé sudre ou pegòt, l’esclopièr (sabotier), lo jotièr (jougtier), lo barricaire (tonnelier), l’estamaire (étameur), l’amolaire, ganha-petit ou agusaire (rémouleur), le tailleur appelé sartre, lo cadièiraire (fabricant de chaises), lo candelaire (fabricant de chandelles), lo matalassièr ou matalassaire (fabricant de matelas), lo pelharòt ou pelhaire (chiffonnier)…

Christian nous décrit l'activité de son père et de ses ancêtres qui fabriquaient des cierges et des chandelles (candelas) à La Salle de Saint-Cyprien à partir de rayons de cire d'abeille (bresca).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CHRISTIAN PLENECASSAGNE

né en 1931 à La Salle de Saint-Cyprien.

Transcription

Occitan
Français
« Ieu soi lo filh Plenacassanha, Cristian, donc lo filh de Leòn Plenacassanha que trabalhava aquí amb aquel materiel per far de candelas. L'apelavan lo cirièr, lo candelaire.
Aviá eritat aquò de son grand-paire a-z-el que mori(gu)èt en 21. E el lo teniá dejà de pus naut. C'est-à-dire que aquel trabalh se fasiá certenament abans 1900, mai benlèu 1850.
Donc, per far aquel trabalh, lo papà començava, el, de trobar de bresca. Aquí n'avètz un bocin mès es pas en bon estat, m'enfin vos presenti aquí la bresca que serviá a far la cira, la cira d'abelha, pura cira d'abelha.
Alèra el, a l'automna, ramassava pas mal de bresca que centralisavan a Sent-Cebrian, a l'òtel Domèrgue, aquí, que s'apèla Aròld, duèi. E, quand n'aviá un bon viatge, ambe la cavala e lo char-à-bancs, tornava montar sa bresca per plan la trabalhar l'ivèrn, per la fondre.
Alèra, per fondre aquela bresca, aviá dejà metut de boès sec a l'abric parce que, l'ivèrn, sabètz que aicí fa pas plan calor ni mai plan sec. E aquel boès li serviá per far fuòc per far fondre sa bresca. Alèra metiá aquí dins aquela pairòla de coire mièja d'ai(g)a a pus près, la fasiá bolhir e ne metiá un tròç dins aquesta aicí en atendent. Alèra, quand aicí bolhissiá bien, metiá sa bresca aquí dins aquel pairòl, bolegava amb aquela posa, que s'apelava, bolegava aquò perque caliá pas daissar s'abrondar, se que de non riscava d'avure de cira que tombava sul fuòc e fotre lo fuòc a la barraca. Mès, quand mème, èra prudent. Aviá totjorn un farrat d'ai(g)a al ras, apr'aquí per en cas qu'aquò arribèssa, evitar la catastròfa.
Donc, quand aquela cira èra plan fonduda, amb aquela posa, la preniá aicí, la vidava sus aquel pressoèr. Aviá premunit… Aviá previst d'abans, quand mème, de metre de palha de se(g)al, aquí, plan longa, plan pura, per far filtre a-n-aquela cira.
Alèra, quand aviá pres aquela cira, tota aquela cira, donc, e que l'aviá vojada aquí dedins, un còp de truèlh, que l'apelavan lo truèlh. Sarravan aquel truèlh, e a fons, tant que podiá. E aicí… La cira èra tornada reculhir aicí dins aquela pairòla amb un bocin d'ai(g)a al fons, plan calda per la téner plan fonduda, plan liquida.
Ensuita, abans qu'aquò s'efregi(gu)èssa, amb aquel versoèr, preniá la cira aquí dins aquela resèrva e la vojava aicí sus aquelas mècas. Una après l'autra de manièira que, quand la premièira tornava arribar, èra dejà un bocin pus fresca, pus dura, e tornava atapar maita cira. E fasiá aquò en disca que aquelas candelas èran pro gròssas, parce que de temps en temps las pesava per avure lo pes que li conveniá.
Ensuita, un còp acabat, despendiá aquelas candelas, las metiá a efregir, donc se durcissián un bocin. Ensuita, las passava a una plancha sus una taula imbibada d'òli per que colèssa pas, la cira, per las rendre plan omogènas, plan lissas e tot. Descapitava lo fons e, amb un quilhon qu'apelavan, fasiá lo trauc per metre al candelièr ensuita.
Ensuita, après avure plan netejat, plan bricat al chifon de lana e tot, enlevava la ansa que i a aicí en naut, metiá aquò dins de paquetons de sièis, de dotze per poder èstre distribuadas a qual ne voliá. C'est-à-dire que n'i a que las crompavan per s'esclairar, avián pas d'electricitat, maites las crompavan per las avure en cas de necessitat, quand i aviá un malauta o un décès dins una familha. Ensuita, bon, los curats las crompavan atanben dins la parròquia per l'ofici religiós : pels enterraments, per las novenas, pels caps de l'an… I aviá lo cièrge de las prumièiras comunions que fasiá dinca tres, dos mèstres de naut, amai mai. Quauqu'unses fasián mème dinca cinc quilòs, plan decorat e tot.
Parce que trabalhava pas sol, aquí, lo papà, aviá la mamà al ras e pièi nautres, de còps, li donàvem un còp de man, entusàvem lo fuòc. Tot lo monde participava un bocin a-n-aquel trabalh.
Donc, tot l'ivèrn aquí, en dinca las velhadas, en dinca de còps dètz oras, onze oras, los jorns que fasiá missant temps, trabalhàvem aquí. E totes viviam un bocin d'aquel trabalh.
Et voilà, tot aquò se passava l'ivèrn. Sovent l'ivèrn parce que l'estiu i aviá mai trabalh.
N'i aviá pas que tres coma aquò en Avairon : n'i aviá un a Rodés que s'apelava Saules, n'i aviá un autre a Laguiòla, que lo nom m'a escapat, ara, e un autre aicí a La Sala. »
Le cirièr
« Je suis le fils Plènecassagne, Christian, donc le fils de Léon Plènecassagne qui travaillait ici avec ce matériel pour faire des chandelles. On l'appelait le cirièr,le candelaire.
Il avait hérité de cela de son grand-père qui mourut en 21. Et lui, il le tenait déjà de plus haut. C'est-à-dire que ce travail se faisait certainement avant 1900, et même peut-être 1850.
Donc, pour faire ce travail, mon père commençait par trouver des rayons. En voilà un morceau qui n'est pas en bon état, mais enfin, je vous présente là un rayon qui servait à faire la cire, la cire d'abeille, pure cire d'abeille.
Alors lui, l'automne, il ramassait beaucoup de rayons qu'ils centralisaient à Saint-Cyprien, à l'hôtel Domergue, là, maintenant c'est Harold. Et, quand il en avait une bonne quantité, avec la jument et le char-à-bancs, il remontait ses rayons pour pouvoir les travailler l'hiver, les faire fondre.
Alors, pour fondre ces rayons, il avait déjà mis du bois sec à l'abri, parce que, l'hiver, vous savez qu'ici il ne fait pas très chaud ni très sec. Et ce bois lui servait à faire du feu pour faire fondre ses rayons. Alors il mettait dans ce chaudron en cuivre de l'eau à peu près jusqu'à la moitié, il la faisait bouillir et il en mettait un peu dans celui-là en attendant. Alors, quand ici ça bouillait bien, il mettait ses rayons dans ce chaudron, il remuait avec cette casse, il remuait parce qu'il ne fallait pas que ça déborde, sinon de la cire risquait de tomber sur le feu et mettre le feu à la baraque. Il était quand même prudent. Il avait toujours un seau d'eau à côté, au cas où ça serait arrivé, éviter la catastrophe.
Donc, quand cette cire était bien fondue, avec cette casse, il la prenait ici, il la versait sur ce pressoir. Il avait anticipé… Il avait prévu d'avance, quand même, de mettre de la paille de seigle là, bien longue, bien pure, pour filtrer cette cire.
Alors, quand il avait pris cette cire, toute cette cire, donc, et qu'il l'avait versée là-dedans, il donnait un coup de pressoir. Il serrait le pressoir à fond, tant qu'il pouvait. Et ici… La cire était recueillie ici dans ce chaudron où il y avait un peu d'eau au fond, très chaude pour que la cire ne se fige pas, qu'elle reste très liquide.
Ensuite, avant que ça ne refroidisse, avec ce versoir, il prenait la cire là dans cette réserve et il la versait ici sur ces mèches. Une après l'autre de manière à ce que, quand la première revenait, elle était déjà un peu plus froide, plus dure et elle reprenait d'autre cire. Il faisait ça jusqu'à ce que les chandelles soient assez grosses, parce que de temps en temps il les pesait pour avoir le poids qui lui convenait.
Ensuite, une fois fini, il décrochait ces chandelles, il les mettait à refroidir, elles durcissaient donc un peu. Ensuite, il les passait sur une planche sur une table imbibée d'huile pour que la cire ne colle pas, pour les rendre bien homogènes, bien lisses et tout. Il coupait le fond et, avec unquilhon, il faisait le trou pour les mettre sur les chandeliers plus tard.
Ensuite, après avoir bien nettoyé, bien briqué au chiffon de laine et tout, il enlevait l'anse qu'il y a en haut, il mettait ça dans des paquets de six, de douze, pour pouvoir les distribuer à ceux qui en voulaient. C'est-à-dire que certains en achetaient pour s'éclairer, ils n'avaient pas l'électricité, d'autres les achetaient pour les avoir en cas de nécessité, quand il y avait un malade ou un décès dans une famille. Ensuite, bon, les curés les achetaient aussi dans la paroisse pour l'office religieux : pour les enterrements, pour les neuvaines, pour les anniversaires… Il y avait le cierge des premières communions qui faisait jusqu'à trois, deux mètres de haut et même plus. Quelques-uns faisaient même jusqu'à 5 kg, bien décorés et tout.
Parce que mon père ne travaillait pas seul ici, il y avait ma mère à côté, et puis nous nous lui donnions parfois un coup de main, nous alimentions le feu. Tout le monde participait un peu à ce travail.
Tout l'hiver là, jusque dans les veillées, parfois jusqu'à 10 heures, 11 heures, les jours de mauvais temps, nous travaillions ici. Et nous vivions tous un peu de ce travail.
Et voilà, tout ça se faisait l'hiver. Souvent l'hiver parce que l'été il y avait d'autre travail.
Il n'y en avait que trois comme cela en Aveyron : il y en avait un à Rodez qui s'appelait Saules, il y en avait un autre à Laguiole, dont le nom m'échappe maintenant, et un autre ici à La Salle [Saint-Cyprien]. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...