Cirèias e guindols

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Conques, Villefranche-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Outre la castanha et la vinha, on produisait toutes sortes de fruits dans le Vilafrancat lo mercat de Villefranche (La Vila) offrait un débouché intéressant.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Hélène GRÉSILIÈRES

née Viallèles en 1913 à Combe-Nègre de Villefranche.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá de cirièias, las cirièiras de Concas qu'èra bonas, los guindols e tantas de raças.
Un còp, mès ieu aviái dòtz a uèch ans alèra, pas benlèu tot a fèt, un jorn de fièira a La Vila, ambe ma paura maire, ne preniam un gròs panièirat que portàvem una de cada costat. Mès i aviá la vesina d'aquí que n'aviá amassat un autre gròs panièirat, de cirièiras. E la paura femna, li ajudèrem a lo cargar sul cap, aquel panièr que pesava un bocin. E nos tampèrem un còp, perque i anàvem a pè a La Vila, per respirar un bocin e li ajudèrem a lo davalar e lo tornar cargar. E quand sia(gu)èrem aval sus la rota, que i a una rota aval dejós, i a un molin qu'apelavan Molin dels Chartroses, i aviá un tipe amb una cavala, èra vengut a La Vila, èra anat portar de blat per far de farina e nos prenguèt sus la voetura, nautras e los panièrs. E ben aquel jorn, sabètz pas, las vendèron 40 sòus lo quilò ! Èran plan contentas. Vesètz ben. Mès, quana crèba ! Aquò èra la mòda aital. »
Cerises et guignes
« Il y avait des cerises, les cerises de Conques qui étaient bonnes, les guignes et tant de variétés.
Une fois, mais j’avais alors dix-huit ans, peut-être pas tout à fait, un jour de foire à Villefranche, avec ma défunte mère, nous en prenions un gros panier que nous portions une de chaque côté. Mais il y avait la voisine de là qui en avait ramassé un autre gros panier, de cerises. Et la pauvre femme, nous l’aidâmes à le charger sur la tête, ce panier qui pesait un peu. Et nous nous arrêtâmes une fois, parce que nous allions à Villefranche à pied, pour respirer un peu et nous l’aidâmes à le descendre et à le charger à nouveau. Et quand nous fûmes là-bas sur la route, car il y a une route là-bas dessous, il y a un moulin qu’ils appelaient Moulin des Chartreux, il y avait un type avec une jument, il était venu à Villefranche, il était allé porter du blé pour faire de la farine et il nous prit sur sa voiture, nous et les paniers. Eh bien ce jour-là, vous ne savez pas, elles les vendirent 40 sous le kilo ! Elles étaient très contentes. Vous voyez bien. Mais, quelle fatigue ! C’était ainsi. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...