Lo rasaire

Collecté en 2000 Sur les Communes de Connac, St-Côme-d'Olt, Vabres-l'Abbaye Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les monologues se récitaient souvent à la fin des banquets. En retenir un entier est une belle performance.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ALBAN DAURES

né en 1912 à Lavabre de Connac.

Transcription

Occitan
Français
« Vos parli de quaranta ans o se'n manca pas de gaire,
Èri anat a Sent-Cosme un jorn per un afaire.
De qué ? Me'n rapèli pas pus,
M’escusaretz aquí dessús.
Dintrèri a cò d’un rasaire,
Un paure vièlh qu’en mème temps fasiá grolièr
E petaçava un vièlh solièr.
En vegent arribar sa novèla practica,
Pecaire, vitament, escopiguèt sa chica
E me fa : “Assetatz-vos !” en m’ofriguent sa vièlha sèla,
La pèga espandissiá sa sentor naturela.
Li aviá per la paret un trace de miralh,
Vegèri quicòm al mièg de ma figura,
Que s’alongava sans mesura.
Mès, tornem al pegòt, prenguèt la saboneta,
Li escopiguèt dessús, i passa lo pincèl
E se plaça de biais per me'n fretar la pèl.
Lo repossèri d’un butal : “Grand pòrc,
Que li di(gu)èri, que vos fasètz la sabonada !”
Un sorire passèt sus sa mina estonada.
“Aicí seriós, me di(gu)èt, als clients coma vos qu’an pas la barba dura,
Opèri d’aquel biais, als autres simplament
Crachi mon escopit tot caud sus la figura
E pèi saboni vivament…”
Me'n fotèri lo camp, lo soslèu m’espetava
Mès d’èstre pas rasat, èri fòl sul moment.
Èri prèste pel sacrament,
Ma pretenduda m’esperava,
Èra polida coma un sòu, de maissas de velós,
D’uèlhs blus, una poitrina facha al torn,
Un bonur coma un escut tot nòu,
E pèi s’apelava Gustina. Quand vegèt venir, borrut, tot desanat,
Creguèt qu’èri vengut fat,
Se sauvèt e diu encara córrer,
Atanben desempièi, cap de barbièr m’a pas tocat lo morre ! »
Le barbier
« Je vous parle d’il y a quarante ans ou peu s’en manque,
J’étais allé à Saint-Côme un jour pour une affaire.
De quoi ? Je ne m’en souviens plus,
Vous m’excuserez là-dessus.
J’entrai chez un barbier,
Un pauvre vieux qui en même temps faisait cordonnier
Et il réparait un vieux soulier.
En voyant arriver son nouveau client,
Mon pauvre, vite, il cracha sa chique
Et il me fait : “Asseyez-vous !” en m’offrant son vieux siège,
La poix répandait sa senteur naturelle.
Il y avait sur le mur un petit miroir,
Je vis quelque chose au milieu de ma figure,
Qui s’allongeait sans mesure.
Mais, revenons au savetier, il prit la savonnette,
Il cracha dessus, il y passe le pinceau
Et il se place commodément pour m’en frotter la peau.
Je le repoussai d’un brutal : “Grand cochon,
Lui dis-je, comment faites-vous mousser le savon !”
Un sourire passa sur sa mine étonnée.
“Ici, sérieusement, me dit-il, aux clients comme vous qui n’ont pas la barbe dure,
J’opère de cette façon, aux autres simplement,
Je crache ma salive toute chaude sur la figure
Et puis je savonne vivement...”
Je décampai, le dégoût me faisait éclater
Mais de ne pas être rasé, j’étais fou sur le moment.
J’étais prêt pour le sacrement,
Ma prétendue m’attendait,
Elle était belle comme un sou, des joues de velours,
Des yeux bleus, une poitrine faite au tour,
Un bonheur comme un écu tout neuf,
Et puis elle s’appelait Gustine. Quand elle me vit venir, poilu, tout défait,
Elle crut que j’étais devenu fou,
Elle se sauva et elle doit encore courir,
Aussi, depuis, aucun barbier ne m’a touché le visage ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...