Lo vin de Sant-Cosme

Collecté en 1997 Sur les Communes de Condom-d'Aubrac, St-Côme-d'Olt Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

À Salgues, on achetait son vin à Saint-Côme.

On dit que le vin se bonifie en prenant de l'altitude.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

René PÉGORIER

né en 1936 à Condom.

Transcription

Occitan
Français
« Aicí, i aviá pas de vin e alara ni crompavan en l'aval deval Sant-Cosme. En l'aval i aviá de vinhas pertot. Prenián lo carri e las vacas, fotián una barrica sul carri e metián un cadeç amb una bilha per qu'aquò sarrèssa, per que perdèsson pas. Ambe las vacas, montavan las barricas aicí e, per las descargar, metián dos faisses de ginèsses al cuol del carri. Per tombar la barrica de sul carri, per que se desmoli(gu)èssa pas e qu'esclatèssa pas, la fasián tombar suls faisses de ginèsses. E pièi la rotlavan, la montavan sus aquelas fustas, aquí, que posquèsson… per l'alçar, per poire passar la botilha dejóst. Et voilà.
E sovent ni fasián dintrar doas o tres mièja-pèças, que n'i agèssa per l'annada, de còps o mai. De còps n'i aviá una barrica que aquò èra de l'annada de d'abans, de vièlh.
E lo vin, pardí, d'ont mai mònta en altituda, d'ont mai lo vin ven bon. »
Le vin de Saint-Côme
« Ici [Salgues], il n’y avait pas de vin et alors ils en achetaient en bas vers Saint-Côme. Là-bas, il y avait des vignes partout. Ils prenaient le char et les vaches, ils foutaient une barrique sur le char et ils mettaient une chaîne avec une bille pour que ça serre, pour qu'ils ne perdent pas. Avec les vaches, ils montaient les barriques ici et, pour les décharger, ils mettaient deux fagots de genêts derrière le char. Pour faire tomber la barrique de sur le char, pour qu’elle ne se démolisse pas et qu’elle n’éclate pas, ils la faisaient tomber sur les fagots de genêts. Et puis ils la faisaient rouler, ils la montaient sur ces poutres, là, pour pouvoir... pour la rehausser, pour pouvoir passer la bouteille dessous. Et voilà.
Et souvent ils faisaient rentrer deux ou trois demi-muids, pour qu’il y en ait pour l’année, parfois, ou plus. Parfois il y avait une barrique de l’année d’avant, du vieux.
Et le vin, bien sûr, plus il monte en altitude, meilleur il devient. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...