Lo vedelièr

Collecté en 2000 Sur les Communes de Condom-d'Aubrac, Prades-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le vedelièr s'occupait principalement des veaux (vedèls). Pendant la traite, il attachait chaque veau à la patte avant de sa mère. Ce leurre permettait à la vache de délivrer son lait.

En dehors des heures de traite, le vedelièr surveillait les veaux afin qu'ils ne rejoignent pas les vaches. Le soir, il leur apportait un complément de foin.

Au masuc, le vedelièr était chargé de la préparation des repas et du nettoyage du matériel de traite.

Ce témoignage est illustré par un film tourné par l'abbé Emile Bonnaterre dans les années 1955-60.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

AMAT JOSEPH ET GUICHARD JEAN

né en 1917 à Born ; né en 1927 à Salgues.

Transcription

Occitan
Français
« Lo vedelièr sòrt los vedèls e, quand i aviá lo rol, lo rol sarrava la vaca e ara lo vedelièr cèrca la vaca e sòrt lo vedèl. E l'estacàvetz a la camba de la vaca e lo pastre molziá, e lo cantalés molziá. Èran dos, o tres. Coma el, èran tres per mólzer.
Lo vedelièr fasiá la sopa.
– Fasiá la sopa e arenava los farrats.
– Oèi.
– Arenava los farrats e pièi anava gardar los vedèls e los clausiá a doas e mièja per anar… Anàvem manjar la tòsta e pièi anàvem al pargue juscas a cinc oras, cinc e mièja, sièis oras que sortiam. E ara prenon las vacas del pargue e van far lo torn de la montanha, enlai, sus l'auralha. Sus l'auralha, vesètz, parce que las vacas, quand son tranquilas, manjan los bons bocins, e las fan passar enlai sus las auralhas. E lo vedelièr, cal que fague atencion de pas laissar mesclar ambe las vacas ! Caliá far atencion de pas laissar mesclar parce que apièi lo lach mancava, los vedèls tetavan.
Aquí èra lo trabalh del vedelièr. E anar portar lo seras lo fen als vedèls.
– Oui.
– Oui, oui.
Naltres, d'ont l'òm èra, aviam un prat dins la montanha e lo dalhàvem e dintràvem lo fen pels vedèls. E lo metiam al trave, amont, e naltres jasiam al ras del fen, aquí. »
Le vedelièr
« Le vedelièrsort les veaux et, quand il y avait le rol, le rolrapprochait la vache et maintenant le vedelièrcherche la vache et sort le veau. Et vous l’attachiez à la patte de la vache et le pastretrayait, et le cantaléstrayait. Ils étaient deux ou trois. Là où il était, lui, ils étaient trois pour traire.
Le vedelièrfaisait la soupe.
– Il faisait la soupe et il nettoyait les seaux.
– Ouais.
– Il nettoyait les seaux et puis il allait garder les veaux et il les enfermait à deux heures et demie pour aller... Nous allions manger la tartine et puis nous allions au parc jusqu’à cinq heures, cinq heures et demie, six heures où nous sortions. Et maintenant, ils prennent les vaches du parc et ils vont faire le tour de la montagne, là-bas sur les parties moins bonnes. Sur les parties moins bonnes, vous voyez, parce que les vaches, quand elles sont tranquilles, elles mangent les bons morceaux, et ils les font passer, là-bas, sur les parties moins bonnes. Et le vedelièr, il faut qu’il fasse attention de ne pas laisser les veaux se mêler aux vaches ! Il fallait faire attention de ne pas les laisser se mélanger parce qu’ensuite le lait manquait, les veaux tétaient. C’était le travail du vedelièr. Et aller porter le soir le foin aux veaux.
– Oui.
– Oui, oui.
Nous, là où nous étions, nous avions un pré dans la montagne, nous le fauchions et nous rentrions le foin pour les veaux. Et nous le mettions dans les combles, en haut, et nous couchions à côté du foin, là. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...