Lo pastre e l'asegada

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de Condom-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre. Elles passent la belle saison dans des pâturages d’altitude appelés montanhas.

Dans les burons (masucs), on fabriquait jadis la fourme d'Aubrac.

Sur l'Aubrac l'équipe type des buronniers (montanhièrs) était composée d'un cantalés, d'un pastre, d'un vedelièr et d'un rol.

Seuls le cantalés et le pastre assuraient la traite des vaches, matin et soir.

En général, c'était le pastre qui pressait le caillé et qui nettoyait les gèrlas, mais l'étape délicate du salage revenait au cantalés.

On montait des porcelets (lachins, porcelons) au masuc pour les engraisser avec de la farine et le petit-lait issu de la fabrication du beurre, d’où la présence d'un autre bâtiment près du masuc : la sot. C'était généralement le pastre qui s’occupait des cochons.

L’asegada est le nom du parcours que le pastre et souvent le rol faisaient suivre aux vaches en journée.

Ethnotexte

René PÉGORIER

né en 1936 à Condom.

Transcription

Occitan
Français
« Lo pastre, quand aviá cachat la toma, caliá qu’anèsse abiurar los pòrcs. Los metiam defòra, ambe de farrats d’ai(g)a, lavàvem las sots e lor metiam de gaspa ambe de farina. Pièissa, lo pastre, ambe lo rol, rassemblàvem un pauc totas las vacas e las fasiam marchar, disiam que fasiam l’asegada. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...