Lo pargue

Collecté en 2000 Sur les Communes de Condom-d'Aubrac, Prades-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le parc était composé de claies (las cledas) ramées (ramadas) et de claies nues. On changeait le parc de place pour amender la terre et pour protéger les bêtes du vent, notamment au moment de la traite.

En général, le parc avait trois compartiments : un megièr et deux cornièrs.

En fin d'estive, on ne le plantait pas très loin du masuc pour ne pas faire perdre trop de température au lait, dans la gèrla, pendant le transport.

Ce témoignage est illustré par un film tourné par l'abbé Emile Bonnaterre dans les années 1955-60.

Vidéo

© Amic BEDEL, Emile BONNATERRE - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

AMAT JOSEPH ET GUICHARD JEAN

né en 1917 à Born ; né en 1927 à Salgues.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra de cledas, una contra l'altra e n'i aviá una vintena de ramadas, suivant la vacada, e las nudas, davant lo pargue. Alara las ramadas seguián lo vent, se lo vent virava, caliá de còps lo virar de còps dos còps per jorn, lo pargue.
– Aquò èra per far de l'abric. Un abri pour traire.
– Lo caliá totjorn fotre un vent en avança, lo pargue, parce que lo vent arecuola pas, torneja totjorn a drecha, coma las gulhas d'una mòstra. E caliá fotre un bon bocin sul vent a venir.
– De còps lo plegàvetz un pauc coma aquò per far dos vents, en cas que…
– Sovent, parce que se aviatz la mitat, aviatz totjorn un bocin de pargue a l'abric.
– Lo cantalés disiá : “Vam virar lo pargue, uèi !” Alara i partián aquelses que i èran. Naltres i èrem una banda mès aviam de braves pargues, bèlses.
– A mès i aviá de braves pargues.
– Lo cantalés plantava… Ambe l'afaire de fèrre, fasiá lo trauc e los altres portavan las cledas. E i aviá la mejana. Mejanavan la cleda e lachavan la cleda aquí dessús. E l'altre metiá lo pal per tèrra e i fotián un cachal, que ça s'enfonce bien,qu'aquò s'enfonce bravament, quoi.Viravan lo pargue.
– E doas agudas a cada doas cledas, per téner l'equilibre. »
Le parc
« C’était des claies, une contre l’autre et il y en avait une vingtaine qui étaient ramées, suivant le troupeau, et les simples, sur l'avant du parc. Alors, les ramées suivaient le vent, si le vent tournait, il fallait parfois le tourner parfois deux fois par jour, le parc.
– C’était pour faire un abri. Un abri pour traire.
– Il fallait toujours le placer en prenant un vent à l’avance, le parc, parce que le vent ne recule pas, il tourne toujours à droite, comme les aiguilles d’une montre. Et il fallait le planter un peu sur le vent à venir.
– Parfois, vous le placiez en pointe un peu comme ça pour protéger de deux vents, au cas où...
– Souvent, parce que si vous protégiez la moitié, vous aviez toujours un peu de parc à l’abri.
– Le cantalésdisait : “Nous allons déplacer le parc, aujourd’hui !” Alors ceux qui étaient là y partaient. Nous nous y étions nombreux, mais nous avions de beaux parcs, grands.
– Ah, mais il y avait de grands parcs.
– Le cantalésplantait... Avec l'outil en fer, il faisait le trou et les autres portaient les claies. Et il y avait le pieu central. Ils centraient la claie et ils la lâchaient là-dessus. Et l’autre mettait le pieu par terre et ils y foutaient une pression, pour que ça s’enfonce bien, pour que ça s’enfonce assez, quoi. Ils déplaçaient le parc.
– Et deux pieux toutes les deux claies, pour tenir l’équilibre. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...