Las quilhas

Collecté en 2000 Sur la Commune de Condom-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le jeu collectif traditionnellement pratiqué en Rouergue, à l’occasion des fêtes ou bien le dimanche près de l’auberge, était et reste encore souvent le jeu de quilles.

Avant la codification des concours de quilles de huit, par le docteur Joseph Ayrignac (1874-1951) en 1912, il existait de nombreuses variantes.

La quille joueuse que l’on projette avec la boule est appelée quilhon ou bilhon. La bona est la quille qu'il faut tomber impérativement dans certains cas de figure.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMOND MERCUI

né en 1929 à Aunac de Condom.

Transcription

Occitan
Français
« Se jo(g)ava a las quilhas, oui.Jo(g)àvem a las quilhas sus la plaça, aquí, sus la plaça del vilatge, ambe los… Totes los joves, quoi,jo(g)avan a las quilhas. Quauques diminges, pas… Parce qu'a l'epòca, bien sûr,lo monde avián pas que la bicicleta e aprèssa, aquò èra las annadas de guèrra, sortián pas.
Aquò èra un jòc que chai que mon pèra aviá fach al torn. I aviá la bola… I aviá doas bolas. N'i aviá una pus pichona e una altra pus gròssa. A mès oui, oui,la bola qu'òm preniá bien a la man, a planponhada, enfin, ambe la ponhada, traucada.
E ben i aviá uèch quilhas e lo bilhon, qu'apelavan. Lo bilhon, c'est-à-dire, oui,una quilha qu'èra pas… que podiá pas téner dricha, quoi.Èra arrondida a cada bot.
Nos metiam a cinc mèstres, aprèssa a dètz chai que, aprèssa a quinze.
Sabe que parlavan de la bufa mès me'n sovene pas pus. »
Les quilles
« On jouait aux quilles, oui. Nous jouions aux quilles sur la place, là, sur la place du village, avec les... Tous les jeunes, quoi, jouaient aux quilles. Quelques dimanches, pas... Parce qu’à l’époque, bien sûr, les gens n’avaient que leur bicyclette et ensuite, c’était les années de guerre, ils ne sortaient pas.
C’était un jeu que mon père avait sans doute fait au tour. Il y avait la boule... Il y avait deux boules. Il y en avait une plus petite et une autre plus grosse. Ah mais oui, oui, la boule qu’on prenait bien à la main, à pleine main, enfin, avec la poignée, trouée.
Eh bien, il y avait huit quilles et le biliou, comme on disait. Le biliou, c’est-à-dire, oui, une quille qui n’était pas... qui ne pouvait pas tenir droite, quoi. Elle était arrondie à chaque bout.
Nous nous mettions à cinq mètres, ensuite à dix, sans doute, ensuite à quinze.
Je sais qu’ils parlaient de la bufe, mais je ne m’en souviens plus. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...