Las jornadas

Collecté en 2000 Sur la Commune de Condom-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avec peu de moyens, les familles arrivaient à vivre : trois ou quatre vaches, un cochon… Certains allaient faire des journées pour compléter leur revenu.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

René PÉGORIER

né en 1936 à Condom.

Transcription

Occitan
Français
« E de còps, bòn, anavan far de jornadas a dricha o a gaucha. Quand tuavan los pòrcs, anavan adujar los vesins, apr'aquí, a preparar les pòrcs… Las femnas fasián de coberturas, de flaçadas picadas, fasián de matalasses… Encara, en l'aval, dins la ribièira, n'i aviá que avián de vinhas e lo garçon anava adujar a piòchar las vinhas. Et voilà.Fasián coma aquò. Avián tres o quatre vaquetas e visquián d'aquò d'aquí, quoi. »
Les journées
« Et parfois, bon, ils allaient faire des journées à droite ou à gauche. Quand ils tuaient les cochons, ils allaient aider les voisins, par là, à préparer les cochons... Les femmes faisaient des couvertures, des couvertures piquées, elles faisaient des matelas... Encore, en bas, dans la vallée, il y en avait qui avaient des vignes et le garçon allait aider à piocher les vignes. Et voilà. Ils faisaient comme ça. Ils avaient trois ou quatre petites vaches et ils vivaient de ça, quoi. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...