Las falsas trèves

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de Condom-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les trèvas ou trèves sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre les héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme d'un défunt.

Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle.

Pour faire cesser ces phénomènes, on faisait appel au curé.

La tradition orale rapporte que les croix implantées dans les campagnes et la sonnerie de l’angélus chassaient les trèvas.

En Rouergue septentrional, la référence aux trèvas ou trèves a quasiment disparu de la tradition orale, sans doute sous l’influence du positivisme de l’émigration parisienne. On trouve surtout des récits démystificateurs relatifs aux fausses trèvas. Les curés étaient même parfois accusés d'alimenter les peurs.

Ethnotexte

René PÉGORIER

né en 1936 à Condom.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra dins un ostal que èran riches e, lo ser, d’abans d’anar al lièch, disián la pregària. Quitavan las calçuras, se metián a genolhs sus una cadièira e alucavan pas lo lum per esparnhar.
Avián metut la vaissèla sus l’ai(gu)ièira. Dos joves del vilatge, amb un baston lòng, passavan pel trauc de l’ai(gu)ièira e anavan bolegar la vaissèla.
Alara arrestavan la pregària, lo patron metiá las galòchas e anava tustar : “Caça, caça, caça !” Cresiá que aquò èra los cats.
Se tornava metre a genolhs sus la cadièira e los joves tornavan passar lo baston e tornavan bolegar la vaissèla.
L’òme tornava arrestar la pregària… De còps, tres o quatre còps coma aquò pendent la pregària.
Aprèssa, disián :
“Nos cal anar veire lo curat que, naltres, se passa quicòm a l’ostal, pendent la pregària, avèm tot que bolega dins l’ostal. Ieu crese que avèm las trèvas que son tornadas.” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...