Las còlas de dalhaires

Collecté en 1998 par IOA Sur les Communes de Condom-d'Aubrac, Montpeyroux, Vitrac-en-Viadène Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En pays d’élevage aux hivers longs, la provision de foin était essentielle et mobilisait toutes les énergies pendant l’été. On embauchait parfois des équipes (còlas) de faucheurs (dalhaires). Il y avait des foires à la loue (lògas) spécialisées pour l’embauche des dalhaires ou de moissonneurs (meissonièrs, segaires).

Les dalhaires portaient leur pierre à aiguiser (cot) à la ceinture, dans un étui en bois (codièr) souvent rempli d’eau.

L’aiguisage de la faux (picar la dalha) nécessitait du matériel spécialisé et un certain savoir-faire.

Ethnotexte

JEAN CARRIÉ

né en 1921 à Montpeyroux.

Transcription

Occitan
Français
« Ieu, a quinze ans, dalhave ches un Vaissada al Cròs [de Condom]. Èrem tres un darrièr l’altre e caliá ténir lo pè als altres.
La caliá picar la dalha e, quand l’òm èra jove, la sabiam pas bien picar.
Dins lo codièr, i metiam d’ai(g)a per que la cot sia(gu)èssa molhada. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...