La cançon de las messòrgas

Collecté en 2000 Sur les Communes de Condom-d'Aubrac, St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson appartient à un fonds ancien antérieur au XXe siècle.

Dans les chansons à mensonges, l'ordre des choses se trouve renversé. Elles ont souvent un contenu satirique.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Berthe AMPOULIER

née Carrié en 1922 à Condom d'Aubrac.

Transcription

Occitan
Français
« “Ieu ne sabe una cançon,
Que n’es tota plena de mensòrgas,
E totjorn que laridondè,
Que n’es tota plena de mensòrgas.

Ieu me'n vau al mercat,
Quand los altres se'n tòrnan,
E totjorn que laridondè,
Quand los altres se'n tòrnan.

Al luòc de li crompar un pòrc gras,
Li crompère una sauma sorda,
E totjorn que laridondè,
Li crompère una sauma sorda.

Al luòc de li crompar de fen,
Li crompère d'estopas,
E totjorn que laridondè,
Li crompère d'estopas.

En cresent que las me mangèsson,
Las me fialavan totas,
E totjorn que laridondè,
Las me fialavan totas.

Vi(g)ère los òmes a la sot,
E los pòrcs que fendián la lenha,
E totjorn que laridondè,
E los pòrcs que fendián la lenha.

Vi(g)ère las polas que fialavan,
E totjorn que laridondè,
E las polas que fialavan.

Vegère las trochas pels puèges,
E las lèbres dins las gorgas,
E totjorn que laridondè,
E las lèbres dins las gorgas.”

N'i a pas mai. Aquò's lo paure pèra que la nos cantava, lo sera o alara quand fasiá de balages per l'estable, ambe de beces, los capusava. Nos cantava aquò, de còps. »
La chanson aux mensonges
« “Moi je connais une chanson
Qui est toute pleine de mensonges,
Et toujours que laridoundé,
Qui est toute pleine de mensonges.

Moi je m’en vais au marché,
Quand les autres en repartent,
Et toujours que laridoundé,
Quand les autres en repartent.

Au lieu d’y acheter un porc gras,
J’y achetai une ânesse sourde,
Et toujours que laridoundé,
J’y achetai une ânesse sourde.

Au lieu de lui acheter du foin,
Je lui achetai de l’étoupe,
Et toujours que laridoundé,
Je lui achetai de l’étoupe.

En croyant qu’elles la mangeraient,
Elles la filaient toute,
Et toujours que laridoundé,
Elles la filaient toute.

Je vis les hommes dans la porcherie,
Et les porcs qui fendaient le bois,
Et toujours que laridoundé,
Et les porcs qui fendaient le bois.

Je vis les poules qui filaient,
Et toujours que laridoundé,
Et les poules qui filaient.

Je vis les truites sur les collines,
Et les lièvres dans les trous d’eau,
Et toujours que laridoundé,
Et les lièvres dans les trous d’eau.”

Il n’y a pas plus. C’est mon père qui nous la chantait, le soir ou alors quand il faisait des balais pour l’étable, avec des bouleaux, il les taillait. Il nous chantait ça parfois. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...