La cambi e lo lin

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de Condom-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le linge était en général produit sur place avec la laine des brebis (lana de las fedas), ou avec des fibres végétales, le chanvre (cambi, cambe) et le lin.

On réservait à la culture du chanvre une parcelle de bonne terre appelée canabièira. Ces terres, fines et faciles à travailler, étaient souvent à proximité de l’eau. Elles sont généralement devenues des jardins potagers.

On broyait les végétaux avec des bargas appelées aussi bergadoiras ou bargadoiras. Ensuite, on les peignait avec un grand peigne en bois hérissé de piques (una penche de cardaire).

Il y avait des ateliers de tisserands (teissedres, teisseires, teissièrs) dans presque tous les villages.

Un borràs un drap de vannage.

Ethnotexte

JEAN CARABASSE

né en 1914 au Viala-Haut de Condom.

Transcription

Occitan
Français
« Aquí, la paura mèra fialava, ambe lo fuse, la cambi e lo lin. Pièissa après, ne fasián de lençòls o de borrasses quand escodiam per portar lo gran. Sai pas end ont lo fasián far, a Sant-Chèli benlèu.
La cambi, nautres, la fasiam, ches nautres. Atanben i a bèlcòp de pradèls a l’entorn del Vialar que s’apèlan La Canabièira. Aquò veniá pas que d’aquò. I fasián la cambi aquí e pièissa la li metián a secar. La cambi, quand l’avián meissonada, l’espandissián e caliá que plòguèsse e que se carpèsse. Un còp que èra bien carpada, quand avián sortit lo pan del forn, metián aquò d’aquí dins lo forn per lo far secar.
Ambe lo bargaire qu’aviam o bargavan per far las estopas. Alara, las estopas, las fialavan. Fasián de lin e de cambi. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...