L'òli de nose o d'auglana

Collecté en 1998 par IOA Sur les Communes de Condom-d'Aubrac, Curières Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pendant longtemps la noix a fourni au Rouergue l’essentiel de l’huile (òli) qui était utilisée pour la cuisine en temps de Carême, ou pour l’éclairage dans les lampes à huile (calelhs).

Le noyer (noguièr) était présent au-dessus de la limite du châtaignier (castanhièr) mais sa rareté obligeait parfois les Montanhòls à faire de l’òli de noisette (auglana) ou de faine (feina). En occitan, le mot òli est masculin.

La plupart des moulins possédaient un ase (ou vertelh) pour écraser les noix.

On organisait des veillées pour décortiquer les noix (desnogalhar).

Ethnotexte

GENEVIÈVE CARRIÉ

née Vidal en 1934 à Curières.

Transcription

Occitan
Français
« Amassavan las noses e ne fasián d’òli, e las auglanas atanben, pendent la guèrra. Mès sabètz que èra bon, l’òli de nose ! »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...