L'aubèrja a Sant-Chèli

Collecté en 2000 Sur les Communes de Condom-d'Aubrac, St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Berthe tenait une petite auberge à Saint-Chély. Après la disparition de son mari, elle arrêta de servir à manger et ne conserva que le débit de boissons.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Berthe AMPOULIER

née Carrié en 1922 à Condom d'Aubrac.

Transcription

Occitan
Français
« Quand venguèrem aicí, èra pas atal, pardí, mès… Mès tot lo mobilièr que i a i èra, quand venguèrem aquí. Aquò's ancien, tot. O crompèrem a-z-un qu'èra d'a Sant-Chèli que èra… Èra estat maridat e aviá pas ges… Aviá pas d'enfants, èra viuse e o vendèt. Aviá pas d'eritièrs. E naltres voliam crompar quicòm que ieu aviái mal a-z-un ginolh, que podiái pas pus córrer e sasquèrem oblijats d'aventurar la bòria. Alara, venguèrem aicí e, coma i aviá per tenir quatre vacas, aquò li donava l'ocasion a-n-a-z-el de s'ocupar de bestial, de la bòria.
E pièi nos metèrem a far, quauques ans après, a far restaurant, un pauc. Lo plat del jorn, aquí, simplament. O fasquèrem pendent dètz ans, apièi perdère l'òme e desempièi ai pas fach que lo cafè.
I aviá d'obrièrs, oui. Oui, oui.Quand fasquèron d'aduccion d'ai(g)a de Montbasens, aviam los obrièrs, aquí, que manjavan.
Apièi, los jorns de fièira. I aviá de fièiras, una cada mes. I aviá de bestial, n'i aviá ! Tot lo nalt, aquí, èra plen de bèstias. Ara, o an tot suprimat. Amai siasca… Dins lo temps, portavan la museta e alara, pièissa, s'èran metuts a venir manjar un repais cald, a miègjorn. N'i a que tornavan lo ser. Demoravan aquí de còps dinca tres o quatre oras del matin.
I aviá un potatge, me sovene pas se i aviá de hors-d'œuvre,un bulhit en general, pièi un plat de vianda ambe de carn o alara tot sol, un fromatge e un dessèrt.
E ben los jorns de fièira fasiam pas l'aligòt. Aquò dòna tròp de trabalh. L'aviam avut fach mès pas per las fièiras, un diminge o atal. Parce que n'i a que venián cada diminge. D'aquel moment, i aviá bèlcòp de domestiques dins las bòrias e, lo diminge, anavan pas manjar chas los patrons. Manjavan au restaurant.Tot aquò a cambiat.
Aquò èra de vin del Miègjorn, en general. Lo crompàvem a de merchands de vin. N'i aviá un al Poget, aquí. N'i aviá un altre aicí a Sant-Chèli. Coma l'òm lo cròmpa totjorn, a de merchands de vin.
Aicí aviam pas gaire jamai fach bal. Oui.Mès dins les altres cafès, e ben, n'i a que dançavan. En nalt, aquí, o alara alai, lo darnièr. Un pauc pertot. »
L'auberge de Saint-Chély
« Quand nous sommes venus ici, ce n’était pas comme ça, évidemment, mais... Mais tout le mobilier y était, quand nous sommes venus là. C’est ancien, tout. Nous l’avons acheté à quelqu’un de Saint-Chély qui était... Il avait été marié et il n’avait aucun... Il n’avait pas d’enfants, il était veuf et il l’a vendu. Il n’avait pas d’héritiers. Et nous, nous voulions acheter quelque chose parce que j’avais mal à un genou, je ne pouvais plus marcher et nous avons été obligé de vendre la ferme. Alors nous sommes venus ici et, comme il y avait de quoi avoir quatre vaches, ça lui donnait l’occasion à lui de s’occuper du bétail, de la ferme.
Et puis nous nous sommes mis à faire, quelques années après, à faire restaurant, un peu. Le plat du jour, simplement. Nous l’avons fait pendant dix ans, ensuite j’ai perdu mon mari et depuis je n'ai fait que café.
Il y avait des ouvriers, oui. Oui, oui. Quand ils ont fait l’adduction d’eau de Montbazens, les ouvriers mangeaient chez nous.
Ensuite, les jours de foire. Il y avait des foires, une tous les mois. Il y avait du bétail, il y en avait ! Tout le haut, là, était plein de bêtes. Maintenant, ils ont tout supprimé. Bien que ce soit... Dans le temps, ils portaient une musette et alors, ensuite, ils s’étaient mis à venir manger un repas chaud, à midi. Certains revenaient le soir. Ils restaient là parfois jusqu’à trois ou quatre heures du matin.
Il y avait un potage, je ne me souviens pas s’il y avait du hors-d’œuvre, un bouilli en général, puis un plat de légumes avec de la viande ou alors tout seul, un fromage et un dessert.
Eh bien les jours de foire nous ne faisions pas d’aligot. Ça donne trop de travail. Nous l’avions eu fait, mais pas pour les foires, un dimanche ou comme ça. Parce qu’il y en a qui venaient tous les dimanches. À cette époque, il y avait beaucoup de domestiques dans les fermes et, le dimanche, ils n’allaient pas manger chez leurs patrons. Ils mangeaient au restaurant. Tout ça a changé.
C’était du vin du Midi, en général. Nous l’achetions à des marchands de vin. Il y en avait un au Pouget, là. Il y en avait un autre ici à Saint-Chély. Comme on l’achète toujours, à des marchands de vin.
Ici, nous n’avions jamais vraiment fait bal. Oui. Mais dans les autres cafés, eh bien, il y en a qui dansaient. En haut, ici, ou alors là-bas, le dernier. Un peu partout. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...