Per tretze sòus

Collecté en 2000 Sur la Commune de Comps-la-Grand-Ville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les monologues se récitaient souvent à la fin des banquets. En retenir un entier est une belle performance.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARIA CAZALS

née en 1922 à Comps La Grandville.

Transcription

Occitan
Français
« I a pro monde que, sans èstre manja-capèla o renèga-Bon-Dius, van a la glèisa pas que dins las grandas ocasions de la vida. E tròban totjorn losoremus e lo latin tròp carestiós per donar la pèça a Mossur lo curat.
Lo dròlle de Joan de La Plana, que s’apelava Carabin, se maridèt l’an passat, tanlèu tornat del service, ambe la Finon del Borniclet.
Après la ceremoniá, a la sacrestiá, quand los nòvis agèron reçauputs los compliments d’usatge, Carabin ofri(gu)èt una boèta de reglissa al capelan e li di(gu)ent aital :
“Me diretz çò que vos devi, Mossur lo curat !
– Çò que voldràs, mon enfant, o puslèu çò que poiràs, aicí lo prètz es pas marcat.
– Sètz ben plan onèste, Mossur lo curat, mès vesètz, vos vau daissar tot çò que me rèsta del polit bilhet de cent francs qu’ai descambiat duèi matin. Podètz pas creire los fraisses que cal far per prene una femna !”
E Carabin se metèt a rebussar una après l’autra totas sas pòchas, sas pochetas, de son gilet, de sas calças e alinhèt sus la taula de la sacrestiá sièis sòus dobles e un de simple. Tretze sòus.
Qual fa(gu)èt la pòta ? sia(gu)èt Mossur lo curat.
“Tretze sòus per un mariatge ! Lo Bon Dius te los tòrna mon enfant, li di(gu)èt pasmens, lo que fa çò que pòt, fa çò que diu, mès pr’aquò me faràs pas cargar de debasses de seda !”
Tres meses après, nòstre rector tornava de veire un malaute e se tapèron, pòt a pòt, ambe Carabin que veniá de dalhar, la dalhe sus l’espatla.
“Bonjorn, Mossur lo curat !
– Un brave bonjorn Carabin. Alara, aquel mariatge, ne siás content ? Espèri que passarem pas l’an sans batejar !
– O mon paure Mossur lo curat ! Me parlètz pas d’aquò, podètz creire que me soi engarçat de premièira. Auriái melhor fach de m’anar negar a Viaur, una pèira al còl, lo jorn que prenguèri la Bornicleta. Es fenhanta coma una monine, golarda coma una cata, missanta lenga coma una sèrp, e grola, e despensièira. Jamai ges de despartin. Dins l’ostal, tot marcha a la revèrs. E per ieu, una raiça de sotisas cada còp que lèvi la lenga.
– Te plangi mon paure enfant, li di(gu)èt Mossur lo curat, me fa plan pena qu’ajas tant mal rencontrat. Pòdi te dire qu’una causa : Ajas paciença, ta femna es jove, benlèu cargarà d’èime ambe lo temps…”
Mès aicí, nòstre capelan qu’èra trufaire se posquèt pas reténer e li di(gu)èt :
“Auriás pas mens digut te mefisar, de qué Diable cresiás d’avure per tretze sòus ?” »
Pour treize sous
« Il y a assez de gens qui, sans être mange-chapelle ou renie-Bon-Dieu, ne vont à l’église que dans les grandes occasions de la vie. Et ils trouvent toujours les orémus et le latin trop cher pour donner la pièce à Monsieur le curé.
Le garçon de Jean de La Plane, qui s’appelait Carabin, se maria l’an dernier, aussitôt revenu du service, avec Finou du Bourniclet.
Après la cérémonie, à la sacristie, quand les jeunes mariés eurent reçus les compliments d’usage, Carabin offrit une boîte de réglisse au prêtre en lui disant ainsi :
“Vous me direz ce que je vous dois, Monsieur le curé !
– Ce que tu voudras, mon enfant, ou plutôt ce que tu pourras, ici le prix n’est pas marqué.
– Vous êtes bien honnête, Monsieur le curé, mais voyez-vous, je vais vous laisser tout ce qu’il me reste du joli billet de cent francs que j’ai échangé ce matin. Vous ne pouvez pas croire tous les frais qu’il faut faire pour prendre une femme !”
Et Carabin se mit à retourner une après l’autre toutes ses poches, ses pochettes, de son gilet, de son pantalon et il aligna sur la table de la sacristie six sous doubles et un simple. Treize sous.
Qui fit la moue ? Ce fut Monsieur le curé.
“Treize sous pour un mariage ! Le Bon Dieu te les rend mon enfant, lui dit-il cependant, celui qui fait ce qu’il peut, fait ce qu’il doit, mais pourtant tu ne me feras pas porter des bas de soie !”
Trois mois après, notre curé rentrait de voir un malade et ils se rencontrèrent, nez à nez, avec Carabin qui venait de faucher, la faux sur l’épaule.
“Bonjour, Monsieur le curé !
– Bien le bonjour, Carabin. Alors, ce mariage, tu en es content ? J’espère que nous ne passerons pas l’année sans baptiser !
– Oh, mon pauvre Monsieur le curé ! Ne me parlez pas de ça, vous pouvez croire que je me suis fait avoir de première. J’aurais mieux fait d’aller me noyer dans le Viaur, une pierre au cou, le jour où je pris la Bourniclette. Elle est fainéante comme une guenon, gourmande comme une chatte, mauvaise langue comme un serpent, et dégoûtante, et dépensière. Jamais aucun déjeuner. Dans la maison, tout marche à l’envers. Et pour moi, une pluie de sottises à chaque fois que je lève la langue.
– Je te plains mon pauvre enfant, lui dit Monsieur le curé, cela me fait beaucoup de peine que tu sois si mal tombé. Je ne peux te dire qu’une chose : Aie patience, ta femme est jeune, peut-être deviendra-t-elle plus sage avec le temps...”
Mais ici, notre prêtre qui était moqueur ne put pas se retenir et lui dit :
“Tu n’aurais pas moins dû te méfier, que Diable croyais-tu avoir pour treize sous ?” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...