Lo Pepilha de La Romiguièira

Collecté en 2000 Sur la Commune de Comps-la-Grand-Ville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les monologues se récitaient souvent à la fin des banquets. En retenir un entier est une belle performance.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARIA CAZALS

née en 1922 à Comps La Grandville.

Transcription

Occitan
Français
« Lo Pepilha de La Romiguièira èra una brava pastassa d’òme, franc coma una feda e valhent ! N’aviá d’esprit quand ne virava ! E ne virava tot còp pecaire, sustot quand l’òli del gavèl li aviá ong lo garganèl. Pensètz pas mal, lo Pepilha èra pas un ivronha, tant se'n manca. S’atardava tot còp los jorns de fièira coma avètz fach totes. Amai lo paure diable la pagava car.
Aviá una femna, una brava femna, valhenta, robusta, estauviaira, que li fasiá de bonas sopas e de bons despartins. Malurosament, Rosalie que s’apelava, buviá pas que d’ai(g)a tota l’annada e podiá pas comprene qun diaussi de gost los òmes tròban a la vinassa.
Aquel ser de fièira, picava mièjanuèch quand lo Pepilha arribava. Corbava las aurelhas e disiá pas res, sabiá qu’anava plòure. N’èra consolat.
Arriba a l’ostal, lo lum èra tuat.
“Bogre de bogre, se pensèt, i a quicòm de mait o de mens…”
Aluca lo lum, s'avança del lièch, la Rosalie virava l’esquina. Se coneissiá que dormissiá pas mès ne fasiá semblant, la mandra !
“Qué vòls, femnòta ? Sabi ben que soi dins lo tòrt mès qué vòls ? Nos sèm trapats ambe lo Tranquille del Fornet, avèm japat e lo temps passa vite… Parla-me, te disi ! Siás malauta ? Vòls una pèira de sucre trempada dins l’aigardent ?”
Mès Rosalie bojava pas mai qu’un soc de castanhièr.
Lo Pepilha s'alassèt de la codoissar, prenguèt una cadièira, se sie(gu)èt e reflechiguèt.
Al cap d’un moment se lèva, tot embaugit, en crident, en ginholent :
“Jèsus, mon Dius, mès de qué vam nautres devenir ? Sèm perduts ! Sèm fotuts ! Sèm ruinats ! Sèm abandonats !”
Tot en ginholent alucava totes los lums, totes los calelhs, totas las candelas que trobava dins l’ostal. Ne metiá pertot : a cada coet de la taula, a cada grasa d’escalièr… Tanplan que dins, un viral d’uèlh, l’ostal agèt l’èr d’una capèla illuminada coma per un ser de Nadal.
La Rosalie lo daissèt far un moment pièi la paur la prenguèt e, tota espauru(g)ada, li cridèt :
“Jèsus ! Paure òme ! Mès de qué t’an fach ? Siás vengut fat ?”
Tanlèu l’entendre, lo Pepilha s’arrèsta, se quilha tot drech al mièg de l’ostal, s’esponga lo front e li ditz :
“E vòls dire que l’as, mandra ? E vòls dire que l’as e que me dises pas res !
– E de qué vòls que aja ?
– La lenga, nom d’un grelh, que cresiái que l’aviás perduda e la te cercavi pertot !” »
Pépille de La Romiguière
« Pépille de La Romiguière était une bonne pâte d’homme, franc comme une brebis et vaillant ! Il avait de l’esprit quand ça se trouvait ! Et ça se trouvait de temps en temps, surtout quand l’huile de la botte de sarments lui avait oint la gorge. Ne pensez pas à mal, Pépille n’était pas un ivrogne, tant s’en faut. Il s’attardait parfois les jours de foire comme vous l’avez tous fait. Et le pauvre diable le payait cher.
Il avait une femme, une brave femme, vaillante, robuste, économe, qui lui faisait de bonnes soupes et de bons déjeuners. Malheureusement, Rosalie comme elle s’appelait, ne buvait que de l’eau toute l’année et elle ne pouvait pas comprendre quel diable de goût les hommes trouvent à la vinasse.
Ce soir de foire, minuit sonnait quand Pépille arrivait. Il courbait les oreilles et il ne disait rien, il savait qu’il allait pleuvoir. Il était consolé.
Il arrive à la maison, la lumière était éteinte.
“Bougre de bougre, pensa-t-il, il y a quelque chose de plus ou de moins...”
Il allume la lumière, il s’avance vers le lit, Rosalie tournait le dos. On voyait qu’elle ne dormait pas mais qu’elle faisait semblant, la canaille !
“Que veux-tu, femme ? Je sais bien que je suis dans le tort mais que veux-tu ? Nous nous sommes trouvés avec Tranquille du Fournet, nous avons parlé et le temps passe vite... Parle-moi, te dis-je ! Tu es malade ? Tu veux un morceau de sucre trempé dans de l’eau-de-vie ?
Mais Rosalie ne bougeait pas plus qu’une souche de châtaignier.
Pépille se lassa de la coudoyer, il prit une chaise, il s’assit et il réfléchit.
Au bout d’un moment il se lève, tout affolé, en criant, en geignant :
“Jésus, mon Dieu, mais qu’allons-nous devenir ? Nous sommes perdus ! Nous sommes foutus ! Nous sommes ruinés ! Nous sommes abandonnés !”
Tout en geignant il allumait toutes les lumières, toutes les lampes, toutes les chandelles qu’il trouvait dans la maison. Il en mettait partout : à chaque coin de la table, à chaque marche de l’escalier... Si bien que, en un clin d’œil, la maison eut l’air d’une chapelle illuminée comme pour un soir de Noël.
Rosalie le laissa faire un moment puis la peur la saisit et, tout apeurée, elle lui cria :
“Jésus ! Pauvre homme ! Mais que t’ont-ils fait ? Tu es devenu fou ?
Aussitôt qu’il l’entendit, Pépille s’arrêta, il se dresse tout droit au milieu de la maison, il s’éponge le front et il lui dit :
“Et tu veux dire que tu l’as, canaille ? Et tu veux dire que tu l’as et que tu ne me dis rien !
– Et que veux-tu que j’aie ?
– Ta langue, nom d’un grillon, car je croyais que tu l’avais perdue et je te la cherchais partout !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...