Lo militantisme occitan

Collecté en 2005 Sur les Communes de Compolibat, Crespin, Montfranc, Naucelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Paul Cousty organisa, à Naucelle, des stages de langue et culture occitanes qui connurent un réel succès.

Il évoque l'écrivain Jean Boudou (1920-1975), originaire de Crespin, son ami d'enfance.

Joan de Cantalausa est l'escaïs-nom du père Louis Combes (1925-2006), professeur d'anglais, lexicographe, traducteur et éditeur (Cultura d'Oc) originaire de Montfranc près de Saint-Sernin sur Rance.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL COUSTY

né en 1921 à Paris, décédé en 2009.

Transcription

Occitan
Français
« Imaginèri un estatgi qu'apelavi “L'occitan qu'es aquò ?”, “L'Occitanie qu'es aquò ?”.
Ara i a una reünion, sai pas s'aquò's aqueste ser o deman a ser per se metre d'acòrdi per tornar far d'estatgis coma aquò. O ai legit sul jornal, que me n'an pas parlat, soi tròp vièlh, ara, mès benlèu i anarai quand mèmes. S'aquò m'atapa anarai veire cossí ne parlan. Fan una reünion publica per aquò, per veire cossí poirián tornar lançar d'estatgis sus l'Occitània o la lenga occitana.
E alara Bodon me veniá far prodèl. Es amb el ça que la que arribàvem a far quicòm que… Ieu, sabes, partissiái dins l'azard, tot a fèt…
Fasiái venir cada jorn quauque mèstre qu'agèsse un nom dins l'Occitània, cada jorn. Un mès de còps dos, de còps dos que s'opausèsson mèmes. M'arribèt d'ajure lo mème jorn Sèrgi… Cossí s'apèla, Sèrgi, lo mèstre d'escòla qu'es vengut conselhièr d'occitan ? Cossí s'apèla ?
– Carles.
– Sèrgi Carles. E qual èra l'autre ? A… òc… A… macarèl ! L'autre qu'es mòrt, que èra un felibre majoral, qu'èra jornalista a Centre-Presse… Qu'es mòrt n'i a cinc o sièis ans, aquí sai pas… [Pèire Gombèrt, 1946-2002]. E alara èran pas tot a fèt del mème avís, pas de tot mèmes ! Mèmes sul plan politic. Alara aquel jorn, sabes, i agèt d'illustracions.
Mès totes venguèron, mèmes lo que se presentava a l'epòca a la presidéncia de la Republica, aval, de Nimes.
– Lafont.
– Lafont. E Lafont po(gu)èt pas venir mès di(gu)èt :
“Mès venètz !”
I anèrem, chas el, dins sa meison de campanha qu'es al ras del Larzac, a la limita del Larzac, aquí, del costat de l'Erault. E ben i anèrem amai sia(gu)èron contents d'aquela jornada passada amb el.
E aicí fa(gu)èri venir Cantalausa que ça que la Cantalausa se trobèron ambe Bodon aicís, que se serián benlèu jamai rescontrats. E Cantalausa, per la seguida, a parlat bravament de Bodon dins fòrças escriches. Parla mèmes de tala causa que Bodon li a dicha a Naucèla, dins d'escriches. E ben gràcias a-n-aqueles estatgis ! Cresiam pas de far un trabalh coma aquò ! Aquò èra per azard mès voilà, cada jorn n'i aviá un o dos.
Sabes, aquò èra pro bizarre coma sistème, ni mai i aviá pas cap de plan tirat a l'avanci. Aquò marchava… Se los estatgiaris aimavan mai que lor parlèssem de la lenga, parlàvem de la lenga, se preferavan que lor parlèssem de l'Istòria d'Occitània, cossí nos plaçàvem per rapòrt als Parisencs amont o als reis de França, parlàvem d'aquò, o de quicòm mai. Aquò passava…
E malurosament enregistràvem pas a l'epòca que aviam pas lo material. S'aviam ajut per enregistrar, n'i auriá de causas interessentas per çò que Bodon respondiá a tot, tot çò que i demandavan. »
Le militantisme occitan
« J’imaginai un stage que j’appelais “L’occitan qu’es aquò ?”, “L’Occitanie qu’es aquò ?”.
Maintenant il y a une réunion, je ne sais pas si c’est ce soir ou demain soir pour se mettre d’accord pour refaire des stages comme ça. Je l’ai lu sur le journal, car ils ne m’en ont pas parlé, je suis trop vieux, maintenant, mais j’irai peut-être quand même. Si ça me prend j’irai voir comment ils en parlent. Ils font une réunion publique pour ça, pour voir comment ils pourraient relancer des stages sur l’Occitanie ou la langue occitane.
Et alors Boudou venait m’aider. C’est avec lui que nous arrivions à faire quelque chose qui... Moi, tu sais, je partais au hasard, tout à fait...
Je faisais venir chaque jour quelque maître qui avait un nom dans l’Occitanie, chaque jour. Un mais parfois deux, parfois deux qui s’opposaient même. Il m’arriva d’avoir le même jour Serge... Comment s’appelle-t-il, Serge, le maître d’école qui est devenu conseiller d’occitan ? Comment s’appelle-t-il ?
– Carles.
– Serge Carles. Et qui était l’autre ? Ah... oui... Ah... macarel ! L’autre qui est mort, qui était un félibre majoral, qui était journaliste à Centre Presse... Qui est mort il y a cinq ou six ans, là je ne sais pas... [Pierre Gombert, 1946-2002]. Et alors ils n’étaient pas tout à fait du même avis, pas du tout même ! Même sur le plan politique. Alors ce jour-là, tu sais, il y eut des illustrations.
Mais tous vinrent, même celui qui se présentait à l’époque à la présidence de la République, là-bas, de Nîmes.
– Lafont.
– Lafont. Et Lafont ne put pas venir mais il dit :
“Mais venez !”
Nous allâmes chez lui, dans sa maison de campagne qui est à côté du Larzac, à la limite du Larzac, là, du côté de l’Hérault. Eh bien nous y allâmes et nous fûmes contents de cette journée passée avec lui.
Et ici je fis venir Cantalausa et Cantalausa et Boudou se rencontrèrent ici. Ils ne se seraient peut-être jamais rencontrés. Et Cantalausa, par la suite, a beaucoup parlé de Boudou dans beaucoup d’écrits. Il parle même de telle chose que Boudou lui a dite à Naucelle, dans des écrits. Eh bien grâce à ces stages ! Nous ne croyions pas faire un travail comme ça ! C’était par hasard mais voilà, chaque jour il y en avait un ou deux.
Tu sais, c’était assez bizarre comme système, et même il n’y avait pas de plan tiré à l’avance. Ça marchait... Si les stagiaires préféraient que nous leur parlions de la langue, nous parlions de la langue, s’ils préféraient que nous leur parlions de l’Histoire de l’Occitanie, comment nous nous placions par rapport aux Parisiens là-haut ou aux rois de France, nous parlions de ça, ou d’autre chose. Ça passait...
Et malheureusement nous n’enregistrions pas à l’époque parce que nous n’avions pas le matériel. Si nous avions eu de quoi enregistrer, il y aurait des choses intéressantes parce que Boudou répondait à tout, tout ce qu’ils lui demandaient. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...