Lo gal

Collecté en 1997 par IOA Sur la Commune de Compolibat Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

C'est l'écrivain et co-fondateur du Grelh roergàs Henri Mouly (1896-1981), alors instituteur à l'école publique de Compolibat, qui apprit cette chanson à Arthur.

On notera le rhotacisme transformant le "l" de solelh (soleil) en "r" : sorelh. Cette particularité linguistique se retrouve dans plusieurs secteurs du département.

Son

ARTHUR SAVIGNAC

né en 1924 à Compolibat, décédé en 2010.

Transcription

Occitan
Français
« La trista nuèch es finida,
L’alba dins son damantal,
Pòrta lo sorelh aval,
Coma una flor espelida,
Dins la frescor e lo ro(s)al,
Canta clar, mon polit gal !

La bòria es desrevelhada,
La mèstra lèva los uòus,
Lo batièr julha los buòus,
E pren sa longa agulhada,
Aquò’s l’ora del trabalh,
Canta clar, mon polit gal !

L’ancien pòble del Roergue,
Aviá sul drapèu aital,
En guisa de sa fiertat,
Un gal ferrotge e reguèrgue,
Sus nòstre drapèu aital,
Canta clar, mon polit gal ! »
Le coq
« La triste nuit est finie,
L’aube dans son tablier,
Porte, là-bas, le soleil,
Comme une fleur éclose,
Dans la fraîcheur et la rosée,
Il chante clair, mon beau coq !

La ferme est réveillée,
La maîtresse ramasse les œufs,
Le bouvier joint les bœufs,
Et il prend son long aiguillon,
C’est l’heure du travail,
Il chante clair, mon beau coq !

L’ancien peuple du Rouergue,
Avait ainsi sur son drapeau,
En guise de fierté,
Un coq féroce et rebelle,
Sur notre drapeau ainsi,
Il chante clair, mon beau coq ! »
© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...