La vielhòta (extrait)

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Compolibat Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson, dont la matrice remonterait au XVIIe siècle, est très répandue dans le domaine occitan où il en existe de nombreuses versions.

Dans certaines de ces versions, la vieille décrit longuement son cheptel.

La précipitation des événements et des rites liés au deuil renforce l'effet comique de la chanson. La neuvaine a normalement lieu neuf jours après les funérailles et lo cap de l'an le jour anniversaire de la mort.

Dans notre montage, Laure Causserand, de Compolibat, chante le début de la chanson, Fernand Segonds, de La Bastide l'Evêque, le milieu, et Paul Cazor, de Rieupeyroux, la fin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LAURE GAUSSERAND

née Trébosc en 1922 à La Blaquière de Compolibat.

Transcription

Occitan
Français
« L’autre jorn me passejavi,
Tralalà, lalèra, lalà,
L’autre jorn me passejavi,
Èri tot sol passavi davant.

Rencontrèri una vielhòta,
Tralalà, lalèra, lalà,
Rencontrèri una vielhòta,
Que se voliá maridar.

“De qué vòls que fasca de tu, vielhòta ?
Tralalà, lalèra, lalà,
De qué vòls que fasca de tu, vielhòta ?
As pas res a me donar…

– Ai cent escuts dins ma borseta,
Tralalà, lalèra, lalà,
Ai cent escuts dins ma borseta,
E autant al meun ostal…”

[Lo diluns l’anèri veire,
Tralalà, lalèra, lalà,
Lo diluns l’anèri veire,
Lo dimars l’anèri esposar.

Lo diminge tombèt maulauta,
Tralalà, lalèra, lalà,
Lo diminge tombèt maulauta,
Lo dijòus l’anèri entarrar.

Lo divendres la novena,
Tralalà, lalèra, lalà,
Lo divendres la novena,
Lo dissabte lo cap de l’an…

En anent al cementèri,
Tralalà, lalèra, lalà,
En anent al cementèri,
Ne fasiái pas que plorar…

En tornent d’al cementèri,
Tralalà, lalèra, lalà,
En tornent d’al cementèri,
Ne fasiái pas que cantar…

E lo diminge tòrna a la messa,
Tralalà, lalèra, lalà,
E lo diminge tòrna a la messa,
June òme coma de dabans !

Ambe la pèl de la vielhòta,
Tralalà, lalèra, lalà,
Ambe la pèl de la vielhòta,
Ne trobèt una de vint ans ! »]
La petite vieille
« L’autre jour je me promenais,
Tralala, lalère, lala,
L’autre jour je me promenais,
J’étais tout seul je passais devant.

Je rencontrai une petite vieille,
Tralala, lalère, lala,
Je rencontrai une petite vieille,
Qui voulait se marier.

Que veux-tu que je fasse de toi, petite vieille ?
Tralala, lalère, lala,
Que veux-tu que je fasse de toi, petite vieille ?
Tu n’as rien à me donner...

– J’ai cent écus dans ma petite bourse,
Tralala, lalère, lala,
J’ai cent écus dans ma petite bourse,
Et autant chez moi...”

[Le lundi j’allai la voir,
Tralala, lalère, lala,
Le lundi j’allai la voir,
Le mardi j’allai l’épouser.

Le dimanche elle tomba malade,
Tralala, lalère, lala,
Le dimanche elle tomba malade,
Le jeudi j’allai l’enterrer.

Le vendredi la neuvaine,
Tralala, lalère, lala,
Le vendredi la neuvaine,
Le samedi l’anniversaire...

En allant au cimetière,
Tralala, lalère, lala,
En allant au cimetière,
Je ne faisais que pleurer...

En revenant du cimetière,
Tralala, lalère, lala,
En revenant du cimetière,
Je ne faisais que chanter...

Et le dimanche il retourne à la messe,
Tralala, lalère, lala,
Et le dimanche il retourne à la messe,
Jeune homme comme avant !

Avec la peau de la petite vieille,
Tralala, lalère, lala,
Avec la peau de la petite vieille,
Il en trouva une de vingt ans ! »]

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...