Joan Bodon (1920-1975)

Collecté en 2005 Sur les Communes de Compolibat, Crespin, Durenque, Naucelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Paul Cousty, qui fut maire de Naucelle et fervent défenseur de la langue et de la culture occitanes, évoque ici l'écrivain Jean Boudou (1920-1975), originaire de Crespin, son ami d'enfance, et Henri Mouly (1896-1981), de Compolibat, l'un des fondateurs du Grelh roergàs en 1921, qui fut le maître de Jean Boudou.

Le Félibrige fut créé en 1854 par Frédéric Mistral (1830-1914) et ses amis provençaux pour promouvoir la langue d'oc.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL COUSTY

né en 1921 à Paris, décédé en 2009.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra una de las familhas las pus marginales coma dison en francés de Crespinh. A Crespinh, de qu'èra aquò, la familha ? Ça que la degús l'apelavan pas Bodon, quand siaga duèi encara los vièlhs ches elses, m'estonariá que di(gu)èsson Bodon. Aquò èra la familha Briana. El, aquò èra… Cossí s'apelava de son prenom ? Ai, ai, ai… Per çò que la mamà l'aviá fach enregistrar a la glèisa d'un nom e lo papà, a la comuna, d'un autre. Joan èra lo prenom de la comuna e l'autre… Cossí ? Tot lo monde o sap ara… Mès ara me cal un moment totjorn, ieu, per lo tornar trobar… Ça que la, quand escriviá a la mamà, li escriviá totjorn, signava totjorn del nom que la mamà li aviá balhat e non pas del nom de Joan, jamai a pas signat Joan, el. Signava Clamenç, Clamenç de Briana èra, per tot lo monde èra Clamenç de Briana. A calgut que venguèsse celèbre per que a Crespinh quauqu'un diga Joan Bodon. Degús, degús aviá pas dich Joan Bodon, aquò èra un nom inconegut. Sabes ben qu'aicís la maja partida de las familhas los coneisson mai a travèrs l'escaïs-nom que non pas ambe lo nom de familha. Encara aquò dura per fòrces.
Devenguèrem lèu copins e passèrem lo bervet ensemble, un a costat de l'autre. Auriam pas dejut ça que la mès coma èrem pas a la mèma escòla… Fasián atencion de metre pas dos elèvas de la mèma escòla un a costat de l'autre mès èrem pas a la mèma escòla, – èra a la laïca –,alara èrem ensemble. Nos donèrem ça que la quauques còps de man pendent l'examèn per çò que ieu èri benlèu pus fòrt… Aquò èra rigòlòt mès a l'epòca ieu èri benlèu pus fòrt del costat literari, pas literari benlèu mès l'ortografa, benlèu, e el èra pus fòrt question matematicas.
Mès alara sia(gu)èrem copins talament que me balhava… Quand vegèri coma escriviá plan, qu'aquò m'agradava, aquelses vèrses. Aquò èra a l'epòca qu'escriviá : “Lo meun ostal se demolís, qual comprendrà la miá paurièira…” Tot aquò.
Li di(gu)èri :
“Mès balha-me aquò !”
Ieu, quand agèri dòtz-a-uèch ans, ieu, me venián quèrre per anar far… Apelavan aquò a l'epòca… Aller faire… A… me'n sovendrai aumens… Dins las fèstas, dins las quermessas, lo que parlava al micrò. Aquò èra los prumièrs micròs e lo monde n'avián paur, avián paur de saupre pas i se prene davant aquò e me demandavan de venir. Mès apelàvem pas aquò animator, a l'epòca. Cossí apelàvem aquò ? Me'n soveni pas. Sabes, ara o i ai pas tot aquí, i a de trauces. Alara me fasián venir e ieu disiái a Bodon :
“Quand aurai un moment de tranquille, sortirai un de tos poèmas. Dirai : Ten i a un amic que fa de polits poèmas, vo'n vau dire un.”
Un bocin pus tard nos mesclèrem ambe los que, en Avairon, tenián las guidas de l'occitan ambe Molin, tot aquò. Et voilà, el èra pas gaire mai avançat que ieu solament que aviá pardí un autre génie, aquò fa que montèt vite, vite, vite e pièi reconeguèron son engèni tot de suita, que siaga Molin, que siagan los autres aquí que li aviá a l'epòca, lo metèron en avant.
Amai ça que la, al debut, marchèt ambe lo Felibritge, l'avián metut maître… Cossí aquò s'apelava ? Dabans d'èsser felibre majoral òm èra mèstre en gai saber. Èra mèstre en gai saber. Mès apièi contunhèt pas aquí. Mès el èra pas sectari, el se fotiá… Quand èra mèstre d'escòla a Durenca… Ai un grand amic a Durenca me disiá :
“Fondèt una seccion comunista e anava a la messa lo dimenge.”
Aquí avètz Bodon, comprenètz, aquò èra qualqu'un que èra pas per marchar… Èra per marchar, per córrer sus la talvèra, sabètz ben el es totjorn estat per córrer sus la talvèra, pas pel mièg del camp.
Tot çò qu'a escrich, el, Bodon, quand s'es mainat de far de causas istoricas, i a un tièrç de Bodon, un tièrç de legenda e un tièrç de Bodon. Se prenes per exemple lo libre… Cossí s'apèla, aquí ? “La Quimèra”. E ben “La Quimèra”, i a un chapitre sus Naucèla, veses, ambe Bonafont, Bonafont de Naucèla qu'es estat fondat per Bonacomba. E ben, dins aquel trabalh, quand ne parli ambe d'istorians, me dison :
“Mès, si, si, si, es partit de la realitat.”
Mès pardí apièi o a aplechat. I as un tièrç d'istòria, un tièrç de legenda qu'a trapat ambe la maire o sai pas ont, e un tièrç de Bodon alara, el, inventat de tota pèça, aquò… Èra capable de te sortir de causas extraordinàrias.
Veses, mos amics del Grelh roergàs que fan pas qu'aquò tot l'an de publicar d'obratges en occitan, qu'aquò's lo trabalh màger que fasèm e ben se sovenián pas d'ajure legit aquel libre e lor ai tornar legit lo chapitre justament que parla de Naucèla e de Bonafont qu'es un dels pus amusents.
Aviá inventat la fèsta porcala a Bonafont, la fèsta porcala que, de mème que lo monde anavan dins tala o tala parròquia per las bèstias o tot aquò, e ben pels pòrcs anavan asorar a la fèsta porcala. Aquò's un qu'aviá facha la… Aval en Orient partissián far la crosada. Un que èra tornat de la crosada amb una coeta de pòrc e aquela coeta de pòrc servissiá de rancuna coma dison, de reliqua. E fasián asorar aquela reliqua, tot lo monde al país qu'arribavan ambe los pòrcs. E ben descriu aquò dins un chapitre d'aquel libre. Aquò es evidament l'invencion Bodon pura mès aquò se ven mesclar, aquí, se ven grefar sus quicòm que èra al depart autentic. »
Jean Boudou (1920-1975)
« C’était une des familles les plus marginales comme on dit en français de Crespin. À Crespin, qu’est-ce que c’était, la famille ? D’ailleurs personne ne l’appelait Boudou, même aujourd’hui encore les vieux chez eux, cela m’étonnerait qu’ils disent Boudou. C’était la famille Briane. Lui, c’était... Comment s’appelait-il de son prénom ? Aïe, aïe, aïe... Parce que sa maman l’avait fait enregistrer à l’église d’un nom et son papa, à la mairie, d’un autre. Jean était le prénom de la mairie et l’autre... Comment ? Tout le monde le sait maintenant... Mais maintenant il me faut un moment toujours, moi, pour le retrouver... Quand il écrivait à sa maman, il lui écrivait toujours, il signait toujours du nom que sa maman lui avait donné et pas du nom de Jean, il n’a jamais signé Jean, lui. Il signait Clément, Clément Briane c’était, pour tout le monde c’était Clément Briane. Il a fallu qu’il devienne célèbre pour que, à Crespin, quelqu’un dise Jean Boudou. Personne, personne n’avait dit Jean Boudou, c’était un nom inconnu. Tu sais bien qu’ici la plupart des familles sont plus connues par leur surnom que par le nom de famille. Ça dure encore pour beaucoup.
Nous devînmes vite copains et nous passâmes le brevet ensemble, un à côté de l’autre. Nous n’aurions pas dû mais comme nous n’étions pas à la même école... Ils faisaient attention de ne pas mettre deux élèves de la même école à côté l’un de l’autre mais nous n’étions pas à la même école alors nous étions ensemble. Nous nous donnâmes d'ailleurs quelques coups de main pendant l’examen parce que moi j’étais peut-être plus fort... C’était rigolo mais à l’époque moi j’étais peut-être plus fort du côté littéraire, pas littéraire mais l’orthographe, peut-être, et lui il était plus fort question mathématiques.
Mais alors nous fûmes tellement copains qu’il me donnait... Quand je vis comme il écrivait bien, parce que ça me plaisait, ces vers. C’était à l’époque où il écrivait : “Ma maison se démolit, qui comprendra ma pauvreté...” Tout ça.
Je lui dis :
“Mais donne-moi ça !”
Moi, quand j’eus dix-huit ans, moi, ils venaient me chercher pour aller faire... Ils appelaient ça à l’époque... Aller faire... Ah... je m’en souviendrai au moins... Dans les fêtes, dans les kermesses, celui qui parlait au micro. C’était les premiers micros et les gens en avaient peur, ils avaient peur de ne pas savoir s’y prendre devant ça et ils me demandaient de venir. Mais nous n’appelions pas ça animateur, à l’époque. Comment appelions-nous ça ? Je ne m’en souviens pas. Tu sais, maintenant je n’y ai pas tout là, il y a des trous. Alors ils me faisaient venir et je disais à Boudou :
“Quand j’aurai un moment de tranquille, je sortirai un de tes poèmes. Je dirai : Tiens il y a un ami qui fait de jolis poèmes, je vais vous en dire un.”
Un peu plus tard nous nous mêlâmes avec ceux qui, en Aveyron, tenaient les guides de l’occitan avec Mouly, tout ça. Et voilà, lui il n’était pas beaucoup plus avancé que moi seulement il avait bien sûr un autre génie, cela fait qu’il monta vite, vite, vite et puis ils reconnurent son génie tout de suite, que ce soit Mouly, que ce soient les autres là qu’il y avait à l’époque, ils le mirent en avant.
Et, au début, cela marcha avec le Félibrige, ils l’avaient mis maître... Comment ça s’appelait ? Avant d’être félibre majoral on était maître en gai savoir. Il était maître en gai savoir. Mais ensuite il ne continua pas là. Mais il n’était pas sectaire, il se foutait... Quand il était maître d’école à Durenque... J’ai un grand ami à Durenque qui me disait :
“Il fonda une section communiste et il allait à la messe le dimanche.”
Là vous avez Boudou, vous comprenez, c’était quelqu’un qui n’était pas fait pour marcher... Il était fait pour marcher, pour marcher sur la lisière, vous savez bien lui il a toujours été pour marcher sur la lisière, pas au milieu du champ.
Tout ce qu’il a écrit, lui, Boudou, quand il s’est occupé de faire des choses historiques, il y a un tiers de Boudou, un tiers de légende et un tiers de Boudou. Si tu prends par exemple le livre... Comment il s’appelle, là ? La Quimèra. Eh bien, La Quimèra, il y a un chapitre sur Naucelle, tu vois, avec Bonnefont, Bonnefont de Naucelle qui a été fondé par Bonnecombe. Eh bien, dans ce travail, quand j’en parle avec des historiens, ils me disent :
“Mais, si, si, si, il est parti de la réalité.”
Mais bien sûr ensuite il l’a arrangée. Il y a un tiers d’histoire, un tiers de légende qu’il a trouvé avec sa mère ou je ne sais où, et un tiers de Boudou alors, lui, inventé de toute pièce, ça... Il était capable de te sortir des choses extraordinaires.
Tu vois, mes amis du Grelh roergàs qui ne font que ça toute l’année de publier des ouvrages en occitan, c’est le travail principal que nous faisons eh bien ils ne se souvenaient pas d’avoir lu ce livre et je leur ai relu le chapitre justement qui parle de Naucelle et de Bonnefont qui est un des plus amusants.
Il avait inventé la fête porcine à Bonnefont, la fête porcine qui, de même que les gens allaient dans telle ou telle paroisse pour les bêtes ou tout ça, eh bien pour les cochons ils allaient faire une dévotion à la fête porcine. C’est quelqu’un qui avait fait la... Là-bas en Orient ils partaient faire la croisade. Quelqu’un qui était revenu de la croisade avec une queue de cochon et cette queue de cochon servait de relique. Et ils faisaient adorer cette relique, tous les gens du pays qui arrivaient avec les cochons. Eh bien, il décrit ça dans un chapitre de ce livre. C’est évidemment l’invention de Boudou pure mais ça vient se mêler, là, ça vient se greffer sur quelque chose qui était au départ authentique. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...