Vendénhas a cò de Lucien Cayrouse

Collecté en 2000 Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans le vallon de Marcillac on vendangeait (vendenhar) avec un panier que l’on portait sur les épaules, soutenu par un coussin, lo panièr carrejador.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucien CAYROUSE

né en 1921 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Vendenhèm la recòlta pus polida que si pensàvem parce que a fach un polit temps darrièirament e avèm los rasims qu'an grossit tarriblament. Aquò fa que l'annada serà pas misssanta, lo degrè extraordinari. Avèm de degrès que van de onze en dinca presque dotze o passa. Aquò fa que farem de bon vin. Se n'i a pas tot a fèt tant quand mème coma una gròssa annada mès l'annada serà bona.
Aquò's pas lo mème trabalh qu'un còp èra perque un còp èra las vinhas èran diferentas, aquò èra la vinha ancièna que fasiam la corona e aviam pas tantas de vinhas coma ara. I a menses de vinhairons mès los vinhairons que trabalhan las vinhas an bèlcòp mai de surfaça. C'est-à-dire que la surfaça de vinha actuela en general va en dinca dètz, dotze, quinze, vint ectaras. Un còp èra li aviá un ectara, un ectara e mièg cadun, aquò èra a pus près tot.
Un còp èra entendiam los vinhairons que cantavan ambe los vendenhaires. Aquò's pas pus pareil. Cantavan las cançons ancienas naturelament, non pas las cançons d'als jorns d'uèi ! Parlavan francés o patoès, un còp èra mès nos pas anglés ! Los cantaires anciens ara existon pas pus. Fau partit un briat dels pus vièlhs. A… ben i aviá de cançons sus la vinha, sul saumancés, i aviá la cançon del paissèl, lo paissèl c'est-à-dire lo piquet que ten la soca perque aquò èra pas coma als jorns d'uèi, aquò èra pas de fils de fèr, aquò èra de… Cada soca èra en corona.
Mès lo trabalh de la vinha, un còp èra, èra cent còps pus penible qu'als jorns d'uèi. Als jorns d'uèi se sieson sus un tractur. Un còp èra, lo coissin qu'es aquí ieu lo gardave tres setmanas sul cap, de còps que i a. Aquò durava un briu.
Ieu dise al miu enfant, li dise :
“Pòs pas saupre qu'es aquò que de trabalhar la vinha coma fasiam un còp èra !”
Un còp èra trabalhàvem, d'en naut amont portàvem los panièrs en bas, aquò èra un trabalh !
Lo coissin que i aviá aquí, sabes que lo levave del cap qualques còps per daissar respirar lo cap, talament aviái de calor. E aquò èra cada jorn, cada jorn. E lo ser descargàvem a las cavas particulièiras. Dins Claravals podiam pas solament passar quand arribàvem ambe de cubas o de vacas o de buòus. Podiam pas passar talament las carrièiras èran plenas de cubas.
C'est-à-direque las femnas vendenhavan parce que los òmes portavan los rasims. Caliá d'òmes pro costauds per dire de portar los rasims.
A Cassanhas, que lo montavan amont… Ieu l'ai ajut davalat dejóst Sèrres e lo portave aval a sai pas quant, a cinc cents mèstres benlèu, pas que per de pichons viòls, se caliá téner. Caliá pas pèrdre lo baston per davalar ! Aquò èra penible a ne poire pus. Èrem abituats. Als jorns d'uèi aquò marchariá pas, aquel trabalh. malurosament.
I a d'obrièrs que trabalhan dins las usinas que vendenhan un jorn o dos jorns e tandís que, lo qu'a bravament de vin pòt vendenhar en dinca quinze jorns, sovent, sovent quinze jorns, doas setmanas. Teulièr amont per exemple aquò's un tipe que vendenha de còps que i a un mes.
Ah voilà ! Un còp èra, la diferença ambe als jorns d'uèi : cal far de qualitat e cal pas que lo rasim sia(g)a trempe. Parce qu'un còp èra s'ocupavan pas del degrè, vendenhavan… Autant que plògue, aviá pas d'importença, vendenhavan quand mème. Lo vin… Sabián pas qu'èra aquò que lo degrè un còp èra. Avián lo gost, disián :
“Es bon aquel vin, es bon, es bon !”
Mès de còps que i a fasiá pas que uèch degrès. Als jorns d'uèi aquò val pas res.
Ieu n'ai patit mès ara soi consolat, que lo pichòt-enfant ieu auriái volgut que contunhèsse.
Los que sabon montar una entrepresa, que sabon expediar lo vin… I a Teulièr per exemple que n'envoia al Japon o en America, als Estats-Units. Mès ara cal èstre organizat. Dins l'agricultura, qunta agricultura que sia(g)a, ieu responde que lo qu'es pas intelligent val mai qu'ane far quicòm mai. Aquò's dificile, l'agricultura, tot a fèt dificile als jorns d'uèi.
Als jorns d'uèi una vinha coma aquela se pòt plantar en un an. Lo tipe que tenga quauquas jornadas aquí quand cal plantar, un còp de bulldozer. En bulldozer dins un jorn, dos jorns se cal, plantatz una vinha. Tandís qu'un còp èra caliá la vida d'un òme.
I aviá un vièlh vinhairon que me disiá a-z-ieu, me disiá :
“Veses, se jamai… L'òme que planta dins sa vida un ectara de vinha es pas un fenhant !”
E als jorns d'uèi se planta pas que dins un jorn.
Las annadas 80 començàvem d'anonçar als viticulturs que caliá pas s'estonar que, pus tard, aurián dètz ectaras de vinhas per trabalhar. Ara aquò's pas dètz mès n'i a que n'an quinze, vint, en dinca vint-a-cinc ectaras. C'est-à-dire que alara, a-n-aquela epòca, quand nos parlavan de dètz ectaras de vinhas, levavan los braces al cèl, disián :
“Es pas possible ! Es pas possible de trabalhar dètz ectaras de vinhas !”
Ara aquò's despassat.
Per ajure un revengut, l'explotacion que vòl viure de la vinha, cal au mensa dètz ectaras. Ieu lor disiái pro. Lor disiái :
“Lo trabalh de l'òme e un còp de man de la femna que demòra a l'ostal, aquí pòt téner los enfants e se, quand ne vira, pòt donar un còp de man a l'òme, la femna, o poiriá far sans neglijar son ostal.”
Mès als jorns d'uèi aquò a talament canjat… Balhan lo trabalh a d'entrepresas, bravamenses. Als jorns d'uèi i a bravament de vinhairons que fan lo podar a la man e daissan las bròcas al-dessús e o balhan a d'entrepesas per lo far desbarrassar. Chas nautres aquò's la femna qu'o fa, i va quand fa polit temps. Lo trabalh de la vinha a canjat completament amb un còp èra.
Un còp èra amassavan las vits per dire de far fuòc e als jorns d'uèi las bri(g)an amb un broiur.
Dins l'afar de vint-a-cinc ans aquò a canjat a cent per cent. Aquò's pas pus lo trabalh d'un còp èra, tot a canjat. La femna, en general, va trabalhar defòra, l'ostal demòra tot sol e l'òme va a la vinha tot sol. O alara l'òme atanben… N'i a que van trabalhar a l'usina. Aquò d'aquí aquò's corrent. E alara an pas qu'un parelh d'ectaras de vinha que trabalhan los jorns que son libres e aquò's un suplement de salari. Lo sabte e quauques còps lo diminge van trabalhar a la vinha e pièissa pòrtan lo vin a la cava. Aquò's aquelses que bravament pòrtan lo vin a la cava. »
Vendanges chez Lucien Cayrouse
« Nous vendangeons une récolte plus belle que ce que nous pensions parce qu’il a fait beau temps dernièrement et les raisins ont grossi terriblement. Ça fait que l’année ne sera pas mauvaise, le degré extraordinaire. Nous avons des degrés qui vont de onze jusqu’à presque douze ou plus. Ça fait que nous ferons du bon vin. Il n’y en a pas tout à fait autant, quand même, qu’une grosse année mais l’année sera bonne.
Ce n’est pas le même travail qu’autrefois parce qu’autrefois les vignes étaient différentes, c’était la vigne ancienne sur laquelle nous faisions la couronne et nous n’avions pas autant de vignes que maintenant. Il y a moins de vignerons mais les vignerons qui travaillent les vignes ont beaucoup plus de surface. C’est-à-dire que la surface de vigne actuelle en général va jusqu’à dix, douze, quinze, vingt hectares. Autrefois il y avait un hectare, un hectare et demi chacun, c’était à peu près tout.
Autrefois nous entendions les vignerons qui chantaient avec les vendangeurs. Ce n’est plus pareil. Ils chantaient les anciennes chansons naturellement, pas les chansons d’aujourd’hui ! Ils parlaient français ou patois, autrefois mais pas anglais ! Les chanteurs anciens maintenant n’existent plus. Je fais un peu partie des plus vieux. Eh bien il y avait des chansons sur la vigne, sur le mansois, il y avait la chanson du tuteur, le tuteur c’est-à-dire le piquet qui tient le cep parce que ce n’était pas comme aujourd’hui, ce n’était pas des fils de fer, c’était des... Chaque cep était en couronne.
Mais le travail de la vigne, autrefois, était cent fois plus pénible qu’aujourd’hui. Aujourd’hui ils s’asseyent sur un tracteur. Autrefois, le coussin qui est là moi je le gardais trois semaines sur la tête, parfois. Ça durait un moment.
Moi je dis à mon fils, je lui dis :
“Tu ne peux pas savoir ce que c’est de travailler la vigne comme nous faisions autrefois !”
Autrefois nous travaillions, de là-haut en haut nous portions les paniers en bas, c’était un travail !
Le coussin qu’il y avait là, tu sais que je le soulevais quelques fois pour laisser respirer la tête, tellement j’avais chaud. Et c’était chaque jour, chaque jour. Et le soir nous déchargions dans les caves particulières. Dans Clairvaux nous ne pouvions pas seulement passer quand nous arrivions avec des cuves ou des vaches ou des bœufs. Nous ne pouvions pas passer tant les rues étaient pleines de cuves.
C’est-à-dire que les femmes vendangeaient parce que les hommes portaient les raisins. Il fallait des hommes assez costauds pour porter les raisins.
A Cassagnes, qu’ils le montaient là-haut... Moi je l’ai eu descendu en dessous de Serres et je le portais là-bas à je ne sais combien, à cinq cents mètres peut-être, seulement par de petits sentiers, il fallait se tenir. Il ne fallait pas perdre le bâton pour descendre ! C’était pénible à ne plus en pouvoir. Nous étions habitués. Aujourd’hui ça ne marcherait pas, ce travail, malheureusement.
Il y a des ouvriers qui travaillent dans les usines qui vendangent un jour ou deux tandis que celui qui a beaucoup de vin peut vendanger jusqu’à quinze jours, souvent, souvent quinze jours, deux semaines. Teulier là-haut par exemple, c’est un type qui vendange parfois un mois.
Ah voilà ! Autrefois, la différence avec aujourd’hui : il faut faire de la qualité et il ne faut pas que le raisin soit mouillé. Parce qu’autrefois ils ne s’occupait pas du degré, ils vendangeaient... Même s’il pleuvait, ça n’avait pas d’importance, ils vendangeaient quand même. Le vin... Ils ne savaient pas ce qu’était le degré autrefois. Ils avaient le goût, ils disaient :
“Il est bon, ce vin, il est bon, il est bon !”
Mais parfois il ne faisait que huit degrés. Aujourd’hui ça ne vaut rien.
Moi j’en ai souffert mais maintenant je suis consolé, parce que j’aurais voulu que mon petit-fils continue.
Ceux qui savent monter une entreprise, qui savent expédier le vin... Il y a Teulier par exemple qui en envoie au Japon ou en Amérique, aux États-Unis. Mais maintenant il faut être organisé. Dans l’agriculture, quelle agriculture que ce soit, moi je réponds que celui qui n’est pas intelligent il vaut mieux qu’il aille faire autre d’autre. C’est difficile, l’agriculture, tout à fait difficile aujourd’hui.
Aujourd’hui une vigne comme celle-là peut se planter en un an. Le type qui se tient quelques journées là quand il faut planter, un coup de bulldozer. Avec un bulldozer en un jour, deux jours s’il le faut, vous plantez une vigne. Alors qu’autrefois il fallait la vie d’un homme.
Il y avait un vieux vigneron qui me disait à moi, il me disait :
“Tu vois, si jamais... L’homme qui plante dans sa vie un hectare de vigne n’est pas un fainéant !”
Et aujourd’hui on le plante en un jour seulement.
Les années 80 nous commencions à annoncer aux viticulteurs qu’il ne fallait pas s’étonner que, plus tard, ils auraient dix hectares de vignes pour travailler. Maintenant ce n’est pas dix mais certains en ont quinze, vingt, jusqu’à vingt-cinq hectares. C’est-à-dire qu’alors à cette époque, quand ils nous parlaient de dix hectares, ils levaient les bras au ciel, ils disaient :
“Ce n’est pas possible ! Ce n’est pas possible de travailler dix hectares de vignes !”
Maintenant c’est dépassé.
Pour avoir un revenu, l’exploitation qui veut vivre de la vigne, il faut au moins dix hectares. Moi je le leur disais assez. Je leur disais :
“Le travail de l’homme et un coup de main de la femme qui reste à la maison, là elle peut garder les enfants et si, quand ça arrive, elle peut donner un coup de main à l’homme, la femme, elle pourra le faire sans négliger sa maison.”
Mais aujourd’hui ça a tellement changé... Ils donnent le travail à des entreprises, beaucoup. Aujourd’hui il y a beaucoup de vignerons qui taillent à la main et laissent les sarments au-dessus et ils le donnent à des entreprises pour le faire débarrasser. Chez nous c’est ma femme qui le fait, elle y va quand il fait beau temps. Le travail de la vigne a complètement changé par rapport à autrefois.
Autrefois ils ramassaient les sarments pour faire du feu et aujourd’hui ils les brisent avec un broyeur.
Dans l’affaire de vingt-cinq ans ça a changé à cent pour cent. Ce n’est plus le travail d’autrefois, tout a changé. La femme, en général, va travailler dehors, la maison reste toute seule et le mari va à la vigne tout seul. Ou alors le mari aussi... Certains vont travailler à l’usine. Ça c’est courant. Et alors ils n’ont que deux hectares de vigne qu’ils travaillent les jours où ils sont libres et c’est un supplément de salaire. Le samedi et quelquefois le dimanche ils vont travailler à la vigne et puis ils portent le vin à la cave. Ce sont beaucoup ceux-là qui apportent le vin à la cave. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...