Sofrar e sulfatar la vinha

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucien CAYROUSE

né en 1921 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Lo monde vivián en autarcie. Buvián elses mèmes aquò que produsián. Avián pas ges d'argent. Lo miu pèra me disiá :
“Las gròssas depensas aquò èra de crompar lo vitriòl e lo sofre per tretar la vinha.”
Aquò èra las gròssas depensas de l'annada. »
Soufrer et sulfater la vigne
« Les gens vivaient en autarcie. Ils buvaient eux-mêmes ce qu’ils produisaient. Ils n’avaient pas du tout d’argent. Mon père me disait :
“Les grosses dépenses c’était d’acheter la bouillie bordelaise et le soufre pour traiter la vigne.”
C’était les grosses dépenses de l’année. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...