Plantar la vinha

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucien CAYROUSE

né en 1921 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Dise que als jorns d'uèi respectan pas çò que fasiam un còp èra. Un còp èra, aquò costava lo diable de plantar una soca. Alara las fasiam pas perir, li fasiam atencion. Als jorns d'uèi, lo tractur… L'enfant me ditz, quand ne copa una, me ditz :
“Elle était pas à sa place !”
E la soca i es pas pus. E ieu pòde pas comprene aquò.
Cal far atencion, una soca còsta e l'òm la diu respectar, la cal respectar, una soca. La remplaçar, la soca, aquò's tant car. Cal esperar cinc ans per que tòrne far de rasims. Cal trabalhar lo pè pendent cinc ans per aquò.
Desfonsàvem la vinha a quatre-vints centimèstres dinca un mèstre de pri(g)ond. Sabètz que fasiam un valat cada jorn, amai pas totjorn, depend cossí èra lòng.
Tandis que als jorns d'uèi, macarèl… E encara son pas contents ! »
Planter la vigne
« Je dis qu’aujourd’hui ils ne respectent pas ce que nous faisions autrefois. Autrefois, ça coûtait le diable de planter un cep. Alors nous ne les abîmions pas, nous y faisions attention. Aujourd’hui, le tracteur... Mon fils me dit, quand il en coupe un, il me dit :
“Elle était pas à sa place !”
Et le cep n’y est plus. Et moi je ne peux pas comprendre ça.
Il faut faire attention, un cep coûte et on doit le respecter, il faut respecter un cep. Le remplacer, le cep, c’est aussi cher. Il faut attendre cinq ans pour qu’il refasse des raisins. Il faut travailler le pied pendant cinq ans pour ça.
Nous défoncions la vigne à quatre-vingts centimètres jusqu’à un mètre de profondeur. Vous savez que nous faisions une tranchée tous les jours, mais pas toujours, ça dépend comment elle était longue.
Tandis qu’aujourd’hui, macarel... Et encore ils ne sont pas contents ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...