Los paredons e las capelièiras

Collecté en 2000 Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cultivées sur des terrasses (paredons, bancas, faissas, coltadas…) construites dans les versants bien exposés, les vignes ont longtemps été un élément essentiel de l’économie locale, malgré les crises du XIXe siècle.

L'eau de pluie était dirigée par les murets (parets) des terrasses vers un caniveau en pierre appelé capelièira.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucien CAYROUSE

né en 1921 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra de terrassas fachas ambe de pèiras, ambe de parets. Aquò èra de parets que fasián mas als jorns d'uèi caldriá talament de man-d'òbra qu'als jorns d'uèi aquò's lo bulldozer que fa lo trabalh ! I a pas las parets, i a de terrassas, quoi, una sus l'autra que remplaçan las parets d'un còp èra.
Caliá un personèl terrible per dire… Enormement de personèl per tornar far las parets. Als jorns d'uèi, dins las vinhas trabalhadas, quand aquò a besonh d'una paret, la reparem, n'ai ajudas reparadas, de parets, ne far quauques mèstres. Mès per far de longors de parets ço ditz d'un còp èra, de còps de cent mèstres… E las parets d'un còp èra èran fachas en rond per que l'ai(g)a po(gu)èsse partir dins la paret, que menava, la paret, a aquò qu'apelavan la capelièira. Preniá l'ai(g)a d'escolament del travèrs e l'ai(g)a s'anava escolar dins una capelièira, una rega facha en pèira, de pèiras platas, per dire de prene l'ai(g)a. Aquò èra aquò que fasián un còp èra. Tot çò que s'estorrava de l'ai(g)a veniá rejoíndre la capelièira. Aquò èra pavat dejos, i avián metut de pèiras platas dejos per dire que l'ai(g)a trauquèssa pas tròp. L'ai(g)a lisava dessús e aquò menava aquela ai(g)a a-z-una iga pus bas en bas.
Aquí n'i aviá una capelièira, èra aquí coma aquò que davalava aquí. L'avèm suprimada, li avèm metut un tuièu dedins per que nos geinèsse pas per trabalhar dessús.
Aquí lo trabalh de la vinha, cossí es estat modifiat. »
Les murs de terrasse et les rigoles d’écoulement
« C’était des terrasses faites avec des pierres, avec des murs. C’était des murs qu’ils faisaient mais aujourd’hui il faudrait tellement de main-d’œuvre qu’aujourd’hui c’est le bulldozer qui fait le travail ! Il n’y a pas les murs, il y a des terrasses, quoi, une sur l’autre qui remplacent les murs d’autrefois.
Il fallait un personnel terrible pour... Énormément de personnel pour refaire les murs. Aujourd’hui, dans les vignes travaillées, quand ça a besoin d’un mur, nous le réparons, j’en ai eu réparé, des murs, en faire quelques mètres. Mais pour faire des longueurs de murs d’autrefois, parfois de cent mètres... Et les murs d’autrefois étaient faits en rond pour que l’eau puisse partir dans le mur, que le mur conduisait à ce qu’ils appelaient des capelièiras. Il prenait l’eau d’écoulement de la pente et l’eau allait s’écouler dans une rigole d’écoulement, une raie faite en pierre, des pierres plates, pour prendre l’eau. C’était ce qu’ils faisaient autrefois. Toute l’eau qui s’écoulait venait rejoindre la rigole. C’était pavé dessous, ils y avaient mis des pierres plates dessous pour que l’eau ne creuse pas trop. L’eau glissait dessus et ça conduisait cette eau à un ravin plus bas en bas.
Là il y en avait une rigole, elle était là comme ça qui descendait là. Nous l’avons supprimée, nous y avons mis un tuyau dedans pour qu’elle ne nous gêne pas pour travailler dessus.
Voilà le travail de la vigne, comment il a été modifié. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...