Los oires

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Clairvaux-d'Aveyron, Livinhac-le-Haut Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour le transport du vin, on fabriquait des outres (oires) en peau de chèvre. En occitan, ce nom est du genre masculin. Les outres contenaient entre 50 et 60 litres de vin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RENÉ LAVIALE

né en 1923 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Per far un oire caliá que tot lo còrs de la cabra passèsse pel cap.
– Pel còl.
– Pel còl. Copavan lo cap de la cabra e la viravan a la revèrs. Aviá la pèl defòra. Après, quand fasián l'oire, caliá que la pèl sia(gu)èssa dedins. La salavan en dedins, en defòra. En dedins metián pas grand causa mès defòra li metián una… Per que lo cuèr se conservèsse. Aquò èra pas tanat.
Quand portavas un oire, caliá totjorn fotre lo cuèr… l'esquina de la cabra sus l'esquina del tipe. Caliá pas metre lo ventre dejost autrament lo teniás pas.
– E las patas en l'èr, qu'èran noetadas, non ?
– Las patas que se quilhavan.
– Mès aquò èra noetat.
Oui, aquò èra estacat mès lo noet èra en dedins. O estacavan ambe de… Aquò aviá un nom. Sai pas qu'èra aquò, una ficèla especiala, sai pas, ieu crese qu'aquò èra mème de cuèr, oèi, aquò èra de cuèr, aital se conservava dins lo vin.
– Un correjon de cuèr.
Voilà, quicòm coma aquò.
Aquò èra lo paire Granièr que los fasiá, los oires, dabans el l'apelavan Pierron del Trens. Pierron qu'apelavan aquò èra lo prumièr que tuèt las cabras a Claravals. Mès, los merchands de vin, totes avián d'oires. Li aviá lo Còstas aquí, sai pas quantes n'aviá de penjats.
Un còp, anàvem… Ieu aviái una sòrre que s'èra maridada a Livinhac-lo-Naut alara me di(gu)èt : “Lor me cal anar portar cinquanta litres de vin, poiriás pas venir ? – S'o cal vendrai ben mès çaquelà ne profitarai per venir manjar.” Aval que li aviá la sòrre. Alara partèm amb un oire de vin dins un sac de blat. Aval, pardí, per lo descargar se caliá pas tròp far veire… Sus l'espatla. E l'anèrem portar al tipe que lo li aviá comandat. Te fotèt aquò dins son barricon et allez ! Anèrem pas cercar de passa-vin, aquò èra un sac de blat.C'est comme ça. Aquò èra l'aubèrja al pont de Livinhac, aval. »
Les outres
« Pour faire une outre il fallait que tout le corps de la chèvre passe par la tête.
– Par le cou.
– Par le cou. Ils coupaient la tête de la chèvre et ils la retournaient à l’envers. Elle avait la peau dehors. Ensuite, quand ils faisaient l’outre, il fallait que la peau soit dedans. Ils la salaient dedans, dehors. Dedans ils ne mettaient pas grand-chose mais dehors ils y mettaient une... Pour que le cuir se conserve. Ce n’était pas tanné.
Quand tu portais une outre, il fallait toujours foutre le cuir... le dos de la chèvre sur le dos du type. Il ne fallait pas mettre le ventre dessous autrement tu ne la tenais pas.
– Et les pattes en l’air, parce qu’elles étaient nouées, non ?
– Les pattes qui se dressaient.
– Mais c’était noué.
– Oui, c’était attaché mais le nœud était en dedans. Ils l’attachaient avec des... Ça avait un nom. Je ne sais pas ce que c’était, une ficelle spéciale, je ne sais pas, je crois que c’était même en cuir, oui, c’était du cuir, comme ça ça se conservait dans le vin.
– Un lacet de cuir.
– Voilà, quelque chose comme ça.
C’était le père Granier qui les faisait, les outres, avant lui ils l’appelaient Pierrou du Trens. Pierrou comme ils l’appelaient c’était le premier qui tua les chèvres à Clairvaux. Mais, les marchands de vin, ils avaient tous des outres. Il y avait Costes là, je ne sais pas combien il en avait de suspendues.
Une fois, nous allions... Moi j’avais une sœur qui s’était mariée à Livinhac-le-Haut alors il me dit : “Il me faut aller leur porter cinquante litres de vin, tu ne pourrais pas venir ? – S’il le faut, je viendrai bien mais d’ailleurs j’en profiterai pour venir manger.” Là-bas parce qu’il y avait ma sœur. Alors nous partons avec une outre de vin dans un sac de blé. Là-bas, bien sûr, pour le décharger il ne fallait pas trop se faire voir... Sur l’épaule. Et nous allâmes le porter au type qui le lui avait commandé. Il te mit ça dans son tonnelet et allez ! Nous n’allâmes pas chercher de passe-vin, c’était un sac de blé. C’est comme ça. C’était l’auberge au pont de Livinhac, là-bas. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...