Lo vin de truèlh

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Quand le vin était soutiré (vin de col), on faisait du vin de truèlh au pressoir.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Fernand CABROLIER

né en 1925 à Valadou de Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Espera-te… Non.
Aviam de fèrs que penjàvem coma aquò aquí e metiam una plancha, e lo panièr dessús. E dedins. E pièi un èra aquí, lo coissin, òp, romplissiam lo panièr e l'anàvem portar sul truèlh per lo cachar. E aquí aquò fasiá un moment, pardí… Aquò èra pas… Et voilà.
Lo sortiam, lo pompàvem dins lo tonèl e de temps en temps una rasada, et voilà.
E aquí la barra de fèr et allez ! E tica-taca, sortiam lo vin. Lo tornàvem pompar aquí e lo tornàvem fotre dins de barricas pièi lo daissar repausar. Lo caliá pas mesclar, qu'èra trèble. Pièi lo mesclàvem mès aquò èra pas lo melhor… Lo mesclàvem pièi pus tard quand recolàvem. Fa que lo daissàvem pausar e pièi lo mesclàvem.
Alara, aquel vin, ne fasiam una gròssa barrica e lo metiam en botelhas. Lo partajàvem ambe los enfants empr'aquí. E se consèrva bien ! Se conservava bien ! Mas que ara me cal tot abandonar, ara, tot abandonar… »
Le vin de presse
« Attends... Non.
Nous avions des fers que nous pendions comme ça là et nous mettions une planche, et le panier dessus. Et dedans. Et puis un était là, le coussin, hop, nous remplissions le panier et nous allions le porter sur le pressoir pour le presser. Et là ça faisait un moment, bien sûr... Ce n’était pas... Et voilà.
Nous le sortions, nous le pompions dans le tonneau et de temps en temps une rasade, et voilà.
Et là la barre de fer et allez ! Et tic-tac, nous sortions le vin. Nous le pompions à nouveau là et nous le refoutions dans des barriques puis nous le laissions reposer. Il ne fallait pas le mélanger, car il était trouble. Puis nous le mélangions mais ce n’était pas le meilleur... Nous le mélangions ensuite plus tard quand nous transvasions. Ça fait que nous le laissions poser et puis nous le mélangions.
Alors, ce vin, nous en faisions une grosse barrique et nous le mettions en bouteilles. Nous le partagions avec les enfants par là. Et il se conserve bien ! Il se conservait bien ! Mais maintenant il me faut tout abandonner, maintenant, tout abandonner... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...