Ligar la vinha, la vòlta

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le saumancés est le mansois, plant de vigne très courant dans le vignoble de Marcillac qui se liait en couronne.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Fernand CABROLIER

né en 1925 à Valadou de Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Caliá far… Se corbar. E pièi caliá far la vòlta. E aquí o caliá bien far parce que s'o fasiás pas bien lo vesin disiá… Los apelavan los Segalins, quand aquò èra pas bien fach, los Segalins los tipes que èran del Segalar, parce que sabián pas trabalhar la vinha.
E sabes que se caliá aplicar. Aquí ieu, per aquò, m'aplicave. Me daissave ensenhar mès… Caliá que rebiconèsse aquí l'òbra en naut, tandis que n'i a que pindolavan en bas. Alara : “Estacas la soca coma un Segalin.”
Aquò èra un truc !
Alara desponchèm lo vim. Ten-lo, tu. E pièi cal pernar, vesètz. Mèrda, ai daissat un vergon, voilà. Cal pernar, veja. Ara, pardí, aquò que manca, aviam una cencha aquí per metre los vims. Aquò's aquò manca, aquí.
Alara bòn, atapèm la soca, metèm, allez, voilà, aquí, voilà. Ara d'un costat i a l'òbra. Alara metèm que l'òbra sia(g)a d'aqueste costat, fasèm aquò, aquí, vesètz, cal pas que se cope, lo vim. Coma aquò vesètz. Ambe lo det, lo tenes, aquò torneja, aquò fa un polit noet que se desfa pas. E, aquò, lo metes sus l'òbra. E aquí lo descapitas. E alara l'òbra ten mès se manca pas de plan que tenga aquí. Enfin allez, o vam far coma aquò, allez. O coma aquò atanben mès enfin aquò's pas la mòda. Aquí resumèm, aquí i a l'òbra qu'es coma aquò aquí. L'atapèm. Mèrda… Òm auriá po(g)ut trobar quicòm, aquela gossa. Voilà. E fasèm pareil, un noet, aquò se desfa pas. E aquí lo passas aquí e, ambe lo cotèl li(g)ador, fas aquò, veses, per passar lo vim. Mas que los ai pas fachs pro… O me cal far coma cal se volètz far veire al cinemà… Voilà. Aquí, es pas comòde quand mème. Nos seriam po(g)uts arrenjar un bocin melhor. Voilà. Aquí cal pas daissar la coeta. E aquò se sauva pas. Aquò s'apèla la vòlta, aquò. »
Lier la vigne, la couronne
« Il fallait faire... Se courber. Et puis il fallait faire la couronne. Et là il fallait bien le faire parce que si tu ne le faisais pas bien le voisin disait... Ils les appelaient les Ségalis, quand ce n’était pas bien fait, les Ségalis, les types qui étaient du Ségala, parce qu’ils ne savaient pas travailler la vigne.
Et tu sais qu’il fallait s’appliquer. Là moi, pour ça, je m’appliquais. Je me laissais enseigner mais... Il fallait que le sarment rebique en haut, tandis qu’il y en a qui pendaient en bas. Alors : “Tu attaches le cep comme un Ségali.”
C’était un truc !
Alors nous épointons le brin d’osier. Tiens-le, toi. Et puis il faut le fendre, vous voyez. Merde, j’ai laissé une petite verge, voilà. Il faut fendre, vois. Maintenant, bien sûr, ce qui manque, nous avions une ceinture là pour mettre les brins d’osier. Ce qui manque, là.
Alors bon, nous attrapons le cep, disons, allez, voilà, là, voilà. Maintenant d’un côté il y a le sarment. Alors disons que le sarment soit de ce côté, nous faisons ça, là, vous voyez, il ne faut pas que le brin d’osier se coupe. Comme ça vous voyez. Avec le doigt, tu le tiens, ça tourne, ça fait un joli nœud qui ne se défait pas. Et, ça, tu le mets sur le sarment. Et là tu le décapites. Et alors le sarment tient mais enfin il n’en manque pas beaucoup pour qu’il tienne là. Enfin allez, nous allons le faire comme ça, allez. Ou comme ça aussi mais enfin ce n’est pas l’usage. Là résumons, là il y a le sarment qui est comme ça là. Nous l’attrapons. Merde... On aurait pu trouver quelque chose, ce salaud. Voilà. Et nous faisons pareil, un nœud, ça ne se défait pas. Et là tu le passes là et, avec le couteau à lier, tu fais ça, tu vois, pour passer le brin d’osier. Mais je ne les pas faits assez... Il me faut le faire comme il faut si vous voulez le montrer au cinéma... Voilà. Là, ce n’est pas commode quand même. Nous aurions pu nous arranger un peu mieux. Voilà. Là il ne faut pas laisser la queue. Et ça ne s’en va pas. Ça s’appelle la vòlta, ça. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...