Las lèbres

Collecté en 2000 Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La chasse et la pêche, souvent pratiquées avec des techniques prohibées, procuraient un complément d’alimentation ou de revenu apprécié et parfois vital.

Les techniques de chasse traditionnelles s’apparentaient au braconnage, mais elles étaient relativement tolérées.

On chassait par temps de neige, a la pista, et on confectionnait des collets (liçons, sedons) avec du fil de cuivre pour les lièvres ou les lapins et avec du crin de jument pour les oiseaux, ainsi que des pièges à oiseaux (tindèlas, tendèlas, tendas). On chassait également à l'affût, a l'espèra.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Fernand CABROLIER

né en 1925 à Valadou de Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Mès encara i a dos ans que tuère una lèbre quand mèmes ! A quatre-vint quatre ans, tuère una lèbre ! O quatre-vint tres, puslèu, i a a pena dos ans, oui. Amb aquela puta d'utís aquí. Mès sabètz que n'a tuat ! Sabètz que, se parlava, sauriá de que dire : de lapins, de tot. »
Les lièvres
« Mais encore il y a deux ans, je tuai un lièvre quand même ! À quatre-vingt-quatre ans, je tuai un lièvre ! Ou quatre-vingt-trois, plutôt, il y a à peine deux ans, oui. Avec ce satané outil là. Mais vous savez qu’il en a tué ! Vous savez que, s’il parlait, il saurait quoi dire : des lapins, de tout. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...