J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les chèvres, nombreuses en país costovin, permettaient d’avoir un peu de lait toute l’année. Ce lait avait la réputation d’être bon pour les enfants.

Dans le valon de Marcillac, on en faisait des outres (oires).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Fernand CABROLIER

né en 1925 à Valadou de Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Ara pardí no'n fasián veire per las anar crompar. Nos caliá partir a Grand-Vabre, aval, Vieillevie, sai cossí s'apelava. E partiam l'après-miègjorn. Ieu aviái la voetura, una puta de vièlha Traccion e la remòrca per çò que anàvem a la fièira. E alara èrem cone(g)uts. Anàvem comandar una fritura de peisses a Grand-Vabre, aquí. Sai pas cossí s'apelava, lo restaurant. Li demandàvem se coneissiá quauqu'un que vendiá una cabra.
De còps li disián :
“Ten, se sabètz quauqu'un que vòl crompar una cabra…”
Alara li disiam :
“Quante ne dison ?”
Allez. Tornàvem pas jamai sans cabra.
Fasiam una bona padenada de peisses, fasiam quatre-oras, tornàvem et allez.
Pièi las tuàvem, las nos partajàvem, quoi. Nos entendiam, quoi.
Ah oui, aquò èra una cabra vièlha, oui. A mès de còps n'i aviá de joves mès aquelas carrònhas èran al corrent, las donavan pas. Ieu un còp ne crompère una que aviá pas jamai cabridat mès semblava un vedelon, pardi ! A miladi, sabes que… Me costèt pus car, pardí.
Aquel còp… Tu lo coneisses pas… Lo vam tutoiar.
I aviá Girman de Galinièiras. Vam a un ostal a La Garriga.
Ço ditz :
“Balha-ne'n cinc cents.”
Cinc cents francs mès anciens.
Macarèl, cinc cents francs, Girman di(gu)èt :
“Balha-n'en dètz, miladiu, quand mème…”
Aquò èra pas una vedèta, aquela puta de cabra, mès aquò valiá aquò.
Pièissa dos mila, dos mila cinc e ieu volguère far un polit afaire, aquò èra una cabrida coma te dise, mès que aquel me diguèt :
“Se la vòls, pichon, te cal balhar quatre mila, senon la cabra ieu la garde.”
Aquí. E miladi, i me calguèt passar pardí.
Mès pardí aquò's un autre afaire, aquò's una cabra jove.
Et voilà.
Mès caliá comptar… Aquò èra pas car, anem. Dejà lo còst del manjar al cafè, aquò costava pus car que la cabra. »
Les chèvres
« Maintenant bien sûr elles nous en faisaient voir pour aller les acheter. Il nous fallait partir à Grand-Vabre, là-bas, Vieillevie, je ne sais pas comment ça s’appelait. Et nous partions l’après-midi. Moi j’avais la voiture, une satanée vieille Traction et la remorque parce que nous allions à la foire. Et alors nous étions connus. Nous allions commander une friture de poissons à Grand-Vabre, là. Je ne sais pas comment s’appelait le restaurant. Nous lui demandions s’il connaissait quelqu’un qui vendait une chèvre.
Parfois, ils lui disaient :
“Tiens, si vous connaissez quelqu’un qui veut acheter une chèvre...”
Alors nous lui disions :
“Combien en veulent-ils ?”
Allez. Nous ne revenions jamais sans chèvre.
Nous faisions une bonne poêlée de poissons, nous faisions quatre-heures, nous revenions et allez.
Puis nous les tuions, nous nous les partagions, quoi. Nous nous entendions, quoi.
Ah oui, c’était une vieille chèvre, oui. Ah mais parfois il y en avait des jeunes mais ces charognes étaient au courant, ils ne les donnaient pas. Une fois j’en achetai une qui n’avait jamais mis bas mais elle ressemblait à un petit veau, bien sûr ! Ah mille dieux, tu sais que... Ça me coûta plus cher, bien sûr.
Cette fois... Tu ne le connais pas... Nous allons nous tutoyer.
Il y avait Germain de Galinières. Nous allons à une maison à La Garrigue.
Il dit :
“Donne-m’en cinq cents.”
Cinq cents francs mais anciens.
Macarel, cinq cents francs, Germain dit :
“Donne-m’en dix, mille dieux, quand même...”
Ce n’était pas une vedette, cette satanée chèvre, mais ça valait ça.
Puis deux mille, deux mille cinq et moi je voulus faire une belle affaire, c’était une chevrette comme je te dis, mais celui-là me dit :
“Si tu la veux, petit, il te faut donner quatre mille, sinon la chèvre moi je la garde.”
Voilà. Et mille dieux, il me fallut y passer bien sûr.
Mais bien sûr c’est une autre affaire, c’est une chèvre jeune.
Et voilà.
Mais il fallait compter... Ce n’était pas cher, allons. Déjà le coût du repas au café, ça coûtait plus cher que la chèvre. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...