Las cabras

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les chèvres, nombreuses en país costovin, permettaient d’avoir un peu de lait toute l’année. Ce lait avait la réputation d’être bon pour les enfants.

Dans le valon de Marcillac, on en faisait des outres (oires).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RENÉ LAVIALE

né en 1923 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Caliá començar d'avure la cabra e la menar al boc. Alara quant de temps ? Ieu crese que teniá coma una feda, aquò's cinc meses. E alara, bien sûr, los cabrits, quand naissián, d'abituda n'i aviá dos. Après, gardàvem pas lo boc mès gardàvem la cabrida. Lo boc, lo menàvem a Rainald.
– Al rainald ?
– A Rainald qu'aquò èra lo bochièr. Alara, de còps que i a, sul compte, nos donava las lèusses.
Cadun aviá la siá dins son trièl.
– Dins los estables.
Oui, oui, a l'estable de las vacas o de còps que i a de las fedas, li aviá lo trièl de la cabra.
La caliá anar gardar. La preniam amb un colard et allez ! Cadun aviá la siá.
Èran banudas un pauc, après ne trobèron qu'èran pas banudas.
Lo miu grand-paire disiá :
“Dins una vinha, una cabra, aquò's coma se li aviá lo Diables !”
Oèi. »

Pas de traduction pour le moment.

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...