Las aubèrjas

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L’activité commerciale des foires et les échanges de toutes sortes se traduisaient par l’existence de nombreuses aubèrjas, remesas, abitarèlas et autres relais.

Dans les auberges, on servait le vin au litre (pour 4 personnes) ou à la pauqueta, lo pinton (le demi-litre).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucien CAYROUSE

né en 1921 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« E ! Lo matin, aquò èra de vin blanc e, lo ser, aquò èra lo roge. E lo litre o lo pinton, suivant lo nombre que i aviá a la taula.
Ieu, quand ère jove, n'i aviá pas tant coma a la generacion de dabans mès aviam… Dins lo vilatge i aviá quatre bistròs, aicí. Totas las fièiras que i aviá, c'est-à-dire quatre o cinc fièiras per ans, i aviá un musicien cada còp e dançavan tota la nuèch.
La borrèia ! La borrèia bravament ! Las valsas, de marchas atanben. »
Les auberges
« Eh ! Le matin, c’était du vin blanc et, le soir, c’était le rouge. Et le litre ou le demi, selon le nombre qu’il y avait à table.
Moi, quand j’étais jeune, il n’y en avait pas autant qu’à la génération précédente mais nous avions... Dans le village il y avait quatre bistrots, ici. Toutes les foires qu’il y avait, c’est-à-dire quatre ou cinq foire par an, il y avait un musicien à chaque fois et ils dansaient toute la nuit.
La bourrée ! La bourrée beaucoup ! Les valses, des marches aussi. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...