La mama

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Clairvaux-d'Aveyron, Goutrens Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La famille traditionnelle réunissait jusqu’à trois ou quatre générations sous un même toit. En général, en Rouergue, le terme de familha désigne les enfants, d’où le terme d’ostalada pour désigner tous ceux qui vivent dans la maison (ostal). Les garçons sont los enfants ou los dròlles et les filles las filhas ou las dròllas.

L’ostalada comprenait également des parents célibataires nés dans la maison et éventuellement la domesticité.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RENÉ LAVIALE

né en 1923 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Ieu la miá grand-maire… Aquò èra pas la grand-maire, aquò èra la maire del grand-paire. Èra nascuda en 1843, lo 19 de març.
E l'ai menada per la man parce que aviá la malautiá d'Alzheimer.
Lo miu grand-paire me disiá :
“As pas besonh de la cercar, es anada a l'ostal qu'es nascuda.”
E li èra. La tornave menar.
E li fasiam “vos”. Lo grand-paire, la siá mèra, li aviá totjorn fach “vos” e, nautres, caliá far coma lo grand-paire. Fasiam pas “vos” al grand-paire mès a l'arrière-grand-mère li fasiam “vos”.
– Cossí disiatz ? La memè o la memima ?
– Non, la mama.
– La mama.
– Ieu l'apelave “mama”.
Quand mori(gu)èt aviá 88 ans e aviá pas pres un cachet d'aspirina.
Se soveniá quand, en 1855, aviá facha la grèla, aviá tot demolit. Lo Buènne, amont, los aures èran desrucats e, eles, ont avián una vinha qu'apelavan --------------, i trobèron una lèbre tuada per la grèla. »
La “mama”
« Moi ma grand-mère... Ce n’était pas ma grand-mère, c’était la mère de mon grand-père. Elle était née en 1843, le 19 mars.
Et je l’ai conduite par la main parce qu’elle avait la maladie d’Alzheimer.
Mon grand-père me disait :
“Tu n’as pas besoin de la chercher, elle est allée à la maison où elle est née.”
Et elle y était. Je la reconduisais.
Et nous lui faisions “vous”. Mon grand-père, sa mère, il lui avait toujours fait “vous” et, nous, il fallait faire comme le grand-père. Nous ne faisions pas “vous” à notre grand-père mais à l’arrière-grand-mère nous lui faisions “vous”.
– Comment disiez-vous ? La “mémé” ou la “memima” ?
– Non, la “mama”.
– La “mama”.
– Moi je l’appelais “mama”.
Quand elle mourut elle avait 88 ans et elle n’avait pas pris un cachet d’aspirine.
Elle se souvenait quand, en 1855, il avait grêlé, ça avait tout démoli. Le Buenne, là-haut, les arbres étaient écorcés et, eux, là où ils avaient une vigne qu’ils appelaient ----------, ils y trouvèrent un lièvre tué par la grêle. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...