La fustalha

Collecté en 2000 Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Fernand CABROLIER

né en 1925 à Valadou de Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Aquí aquò's la mièja-barrica (?) qu'apelam, que fa cinc cents litres, e aquí aquò's la barrica normala que fa dos cents, dos cents vint, quoi. Aquí, aquela d'aquí benlèu a cent ans. Aquí pareil, aquò's una autra mièja.
E lo barricon, lo barricon qu'i fotiam de còps lo blanc, de còps lo ratafià et voilà.
E lo tonèl, aquí, que ten trenta-sèt ectòs. Mès li dintràvem dedins aquí. Uèi o vòlon pas creire.
Pièi la folhièira en boès, vesètz la folhièira en boès e la cuba en plastique parce que me modernizave, veniái modèrne, comprenètz… Mas que lo vièlhum m'a arrestat.
Aquí aviái tot aquò que caliá. Mès ne manca de tròces. Aviái las pompas per pompar lo vin, tot.
Aquí aquò èra l'estable de las vacas dabans. Li aviam fach un rastelièr en fèr, miladi, èrem contents !
Parce que i a la folhièira e la cuba, de cubas n'ai pas cap. Si, n'ai una pichinèla alai. La cuba qu'anàvem dins la vinha. Aquí aquò's la folhièira, demorava sus plaça.
Los folàvem ambe los pès ! Un escalon aquí… Aquí avètz l'escalon. Se cal montar montarai…
– Non, non…
– Mès vòle pas davalar dins la folhièira. Mès i a pas de rasims.
Aquò èra un truc en boès amb una ponhada que teniá un litre, un litre e mièg, dos litres, mème cinc litres. E quand aquò èra lo jorn de fòire, qu'èrem una equipa, preniam cinc litres, amai de còps n'aviam pas pro ! Apelàvem aquò lo barral. Se copava pas, aquò èra en boès. Mès aquò èra complicat parce que aquò èra curat, aquí, aquò èra pas fach ambe… I aviá un ceucle per lo téner mès aquò èra pas qu'una sola pèça, doas pèças quoi. E lo vin se conservava bien mas que aquò s'es adelit, aquò s'es demolit. »
La futaille
« Là, c’est la demi-barrique comme nous l’appelons, qui fait cinq cents litres, et là c’est la barrique normale qui fait deux cents, deux cents vingt, quoi. Là, celle-là a peut-être cent ans. Là pareil, c’est une autre demie.
Et le tonnelet, le tonnelet où nous foutions parfois le blanc, parfois le ratafia et voilà.
Et le tonneau, là, qui contient trente-sept hectos. Mais nous y rentrions dedans là. Aujourd’hui ils ne veulent pas le croire.
Puis la cuve de fermentation en bois, vous voyez la cuve en bois et la cuve en plastique parce que je me modernisais, je devenais moderne, vous comprenez... Mais la vieillesse m’a arrêté.
Là j’avais tout ce qu’il fallait. Mais il en manque des morceaux. J’avais les pompes pour pomper le vin, tout.
Là c’était l’étable des vaches avant. Nous avions fait un râtelier en fer, mille dieux, nous étions contents !
Parce qu’il y a la cuve de fermentation et la cuve de transport, des cuves de transport je n’en ai aucune. Si, j’en ai une petite là-bas. La cuve avec laquelle nous allions dans la vigne. Là, c’est la cuve de fermentation, elle restait sur place.
Nous les foulions avec les pieds ! Une petite échelle là... Là vous avez la petite échelle. S’il faut monter, je monterai...
– Non, non...
– Mais je ne veux pas descendre dans la cuve. Mais il n’y a pas de raisins.
C’était un truc en bois avec une poignée qui contenait un litre, un litre et demi, deux litres, même cinq litres. Et quand c’était le jour de piocher, que nous étions une équipe, nous prenions cinq litres, et même parfois nous n’en avions pas assez ! Nous appelions ça le barillet. Ça ne se cassait pas, c’était en bois. Mais c’était compliqué parce que c’était creusé, là, ce n’était pas fait avec... Il y avait un cercle pour le tenir mais ce n’était qu’une seule pièce, deux pièces quoi. Et le vin se conservait bien mais ça s’est asséché, ça s’est démoli. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...