La cava, lo VDQS (1965) e l'apellacion (1990)

Collecté en 2000 Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LUCIEN CAYROUSE

né en 1921 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Als jorns d'uèi…
Quand decidèrem de tornar plantar las vinhas, ieu di(gu)ère :
“Calrà far una cava cooperativa, un gropament, per dire de vendre nòstre vin.”
Ara aquò's pas pus pareil coma un còp èra e naturelament tot a canjat.
Me metèron responsable del sindicat en 1961. I soi demorat tres ans, trenta ans, en dinca 91.
A partir d'aquí, totjorn pareil, a-n-aquel sindicat èrem quauques-unses mès quand calguèt montar una cava èrem pas que quatre o cinc. Bailère de tonèls o de folhièiras per avançar parce que naturelament aviam… Quand comencèrem aviam pas res, aviam lo(g)ada una vièlha granja per far cava. Comencèrem coma aquò. La Cambra d'agricultura compreniá que voliam far quicòm e se decidèron a nos ajudar un briat. Nos crompèron quauquas cubas pièissa crompèrem un truèlh, un pressoèr de citra qu'èra pel Segalar, amont. Començàvem d'un dròle de biais… Metiam lo vin en botelhas amb una pichòta tirusa que tirava quatre o cinc botelhas al còp e comencèrem coma aquò. Aquò èra remarcable parce que aquò èra la pus pichòta… E aquò's la seconda annada que montèrem los statutse un reglament de cava cooperativa, a-n-aquel moment.
Dins una cooperativa, caliá que tot lo monde agèssa la mèma confiença. Caliá que tot lo monde sia(gu)èsse seriós e caliá pas dire :
“Moi je veuxqu'aquò sia(g)a pas tant…”
Cal èstre seriós. La cooperativa fa la diferença en rapòrt de qualitat e aquò's normal.
Ieu defendiái totes los viticulurs e la Cadauma voliá defendre pas que la cava e voliá ajure l'apellacion pas que per la cava, aquò fa que ieu ère pas d'acòrdi. En finala, calguèt ben que lachèsson. Als jorns d'uèi, los que mai fa de vin aquò's los que son individuels.
Aquò's pas gròs, aquò's una pichòta cava parce que l'apellacion cobrís pas una granda surfaça, aquò's pas coma dins de regions que i a de vinhas pertot. Aicí avèm causit pas que los airals los melhor plaçats que po(gu)èsson far lo melhor vin, aquò fa qu'avèm pas de gròssas surfaças, tarriblas. I a ajut… Aquò que nos a ajudat bravament, una renovacion de la region, c'est-à-dire que totes los paises qu'èran susceptibles de plantar de vinhas an tocat de subvencions, los proprietaris, per poire cedar lor tarrenc a-n-aquelses que volián plantar de vinhas.
Me sovene pas, la superficia de l'apellacion en vinhas, en vinhas classadas, aquò's pas bèl. O ai pas al cap. Sabe pas exactament quant aquò fa parce que ne plantan, cad'an plantan de vinhas, los que pòdon, qu'an un drech de replantacion e que vòlon plantar de vinhas. Aquò d'aquí o sabe pas, pòde pas dire quant i a de surfaça. Aquò's pichon, la surfaça d'apellacion. Lo vinhòble de Marcilhac, dins lo temps, pareis que i aviá ajut tres mila ectaras mès sabe pas pus ont ne sèm als jorns d'uèi. Tot lo monde, totes los environs avián de vinhas e aquò fa qu'als jorns d'uèi aquò s'es abandonat. Demòra pas que lo centre de l'apellacion que fa lo vin, que pòrtan lo vin a la cava o que fan lo vin… I a quatre o cinc proprietaris individuels que fan lo vin per elses. Lo pus reputat aquò's Laurenç a Claravals. Reçaup de cars e de còps que i a dos cars per jorn que venon de Borgonha en dinca en Alsaça o en Champanha, que venon visitar nòstra region.
Mès avèm tornar plantar… Tot aquò qu'es estat comòde a replantar o avèm replantat. Ara i a coets, de l'autre costat, en faça, qu'aquò penja talament que ieu i aviái pas jamai vistas de vinhas. O an tornar plantar ara ambe de terrassas. »
Le vin, le VDQS (1965) et l’appellation (1990) [le syndicat et la cave]
« Aujourd’hui...
Quand nous décidâmes de replanter les vignes, moi je dis :
“Il faudra faire une cave coopérative, un groupement, pour vendre notre vin.”
Maintenant ce n’est plus comme autrefois et naturellement tout a changé.
Ils me mirent responsable du syndicat en 1961. J’y suis resté trois ans, trente ans, jusqu’en 91.
À partir de là, toujours pareil, à ce syndicat nous étions quelques-uns mais quand il fallut monter une cave nous n’étions que quatre ou cinq. Je donnai des tonneaux ou des cuves pour avancer parce que naturellement nous avions... Quand nous commençâmes nous n’avions rien, nous avions loué une vieille grange pour faire une cave. Nous commençâmes comme ça. La Chambre d’agriculture comprenait que nous voulions faire quelque chose et ils se décidèrent à nous aider un peu. Ils nous achetèrent quelques cuves puis nous achetâmes un pressoir, un pressoir à cidre qui était dans le Ségala, là-haut. Nous commencions d’une drôle de façon... Nous mettions le vin en bouteilles avec une petite tireuse qui tirait quatre ou cinq bouteilles à la fois et nous commençâmes comme ça. C’était remarquable parce que c’était la plus petite... Et c’est la deuxième année que nous montâmes les statuts et un règlement de cave coopérative, à ce moment-là.
Dans une coopérative, il fallait que tout le monde ait la même confiance. Il fallait que tout le monde soit sérieux et il ne fallait pas dire :
“Moi je veux que ce ne soit pas autant...”
Il faut être sérieux. La coopérative fait la différence en rapport de qualité et c’est normal.
Moi je défendais tous les viticulteurs et la Cadauma ne voulait défendre que la cave et elle ne voulait avoir l’appellation que pour la cave, ça fait que je n’étais pas d’accord. Finalement, il fallut bien qu’ils lâchent. Aujourd’hui, ceux qui font le plus de vin ce sont les viticulteurs individuels.
Ce n’est pas gros, c’est une petite cave parce l’appellation ne couvre pas une grande surface, ce n’est pas comme dans des régions où il y a des vignes partout. Ici nous n’avons choisi que les endroits les mieux placés qui puissent faire le meilleur vin, ça fait que nous n’avons pas de grosses surfaces, terribles. Il y a eu... Ce qui nous a beaucoup aidé, une rénovation de la région, c’est-à-dire que tous les pays qui étaient susceptibles de planter des vignes ont touché des subventions, les propriétaires, pour pouvoir céder leur terrain à ceux qui voulaient planter des vignes.
Je ne me souviens pas, la superficie de l’appellation en vignes, en vignes classées, ce n’est pas grand. Je ne l’ai pas en tête. Je ne sais pas exactement combien ça fait parce qu’ils en plantent, chaque année ils plantent des vignes, ceux qui peuvent, qui ont un droit de replantation et qui veulent planter des vignes. Ça je ne le sais pas, je ne peux pas dire combien il y a de surface. C’est petit, la surface d’appellation. Le vignoble de Marcillac, dans le temps, il paraît qu’il y avait eu trois mille hectares mais je ne sais plus où nous en sommes aujourd’hui. Tout le monde, tous les environs avaient des vignes et ça fait qu’aujourd’hui ça a été abandonné. Il ne reste que le centre de l’appellation qui fait le vin, qui portent le vin à la cave ou qui font le vin... Il y a quatre ou cinq propriétaires individuels qui font le vin pour eux. Le plus réputé c’est Laurens à Clairvaux. Il reçoit des cars et parfois deux cars par jour qui viennent de Bourgogne jusqu’en Alsace ou en Champagne, qui viennent visiter notre région.
Mais nous avons replanté... Tout ce qui a été commode à replanter nous l’avons replanté. Maintenant il y a des coins, de l’autre côté, en face, ça penche tellement que moi je n’y avais jamais vu de vignes. Ils l’ont replanté maintenant avec des terrasses. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...