J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Par sa longue et fine observation du monde animal, Eloi arriva à développer un don particulier pour l'imitation des animaux, particulièrement des oiseaux, à tel point qu'il parvenait à tromper les animaux qu'il imitait.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ELOI FASTRÉ

né en 1932 à Tayac de Centrès, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Aicí sèm pas luènh de Cassanhas e sèm a l'abròa d'un riu qu'òm apèla lo riu del Ginèsta, qu'aicí a la fèrma l'apelavan Ginèsta, lo patron, mon oncle. Sèm al bòrd del ceòr, al riu del ceòr. M'apèli Eloi Fastré. Soi estat lo(g)at de bona ora, a l'atge de nòu o dètz ans, jusc'aicí a la fèrma, a cò de l'oncle aquí en 1945.
Èri lo(g)at dins una bòria pus importenta e, abans d'arribar, aquò's un fraire que venguèt m'amenar dins aquela bòria, e abans d'arribar a la fèrma, ausi(gu)èrem cantar.
Me fa(gu)èt : “Aquò's aval !”
E ausi(gu)èrem cantar aquel d'aquí [lo gal]. Fa(gu)èt…
Dintrèri aquí dins aquela cort e i aviá dos o tres cans ja(g)uts. Se metèron a japar e alara ieu me metèri a imitar lo can, que las vacas n'avián una paur ! Alara me metèri a japar, cada còp fasiái :
“Para-la, para !”
E me metiái a japar…
Lo matins, quand partissiái ambe lo bestial, totjorn n'i aviá un [brau] que fasiá l'obertura, èra lo prumièr tot lo temps. Amai quand aviá una tona de bartàs que l'embarrassava, i fasiá pas res, d'un còp de bana, de lo fotre en l'èr ! Aviá de banas plan cortas, plan gròssas, aquò èra un Auvernhàs mès èra polit, bien cambré, e el totjorn repotegava pel camin. Fasiá…
Aquò's las polas quand avián fach los uòus. Ieu me caliá amassar los uòus la plangièira. N'amassavi doas dotzenas.
Aquò's los polets, los polets quand an espelit, ara al debut de junh.
Dins los aucèls o tot, aquò's lo mascle que canta mès aquela d'aquí, aquò's la femèla. Ela fa… Aquò's la cana.
Aquò's lo cocut, vos disi pas qual es, sai que o avètz devinhat. E alara, quand i nos metiam totes los dos, caliá plan m'estremar, s'inquietava. S'inquietava, fasiá…
E alara, talament que i fasiam que s'enraucava ! Fasiá pas que “co…” podiá pas far lo rèsta…
L'avèm ausit i a pas un briu mème… El canta atanben. Fa… Aquò's lo peput. Lo peput… Per de qué se ditz lo peput ? Perque sentís pas bon. Aquò's un aucèl que va cercar de bèstias suls excrements de vacas o de cavalas e sentís pas bon. L'apèlan lo peput.
Abandonèri la fèrma a l'atge de quinze ans per çò que preniái de… veniái pus fòrt e aviá tres còps mai de trabalh que çò que me'n caliá far. Çò que mai me descoratgèt, que i aviá un vailet… Al debut i aviá de vailets qu'anavan bien, fasiam lo trabalh ensemble tot lo ser a l'estable e aquel d'aquí m'aviá lo dessús e ieu me caliá far tot lo trabalh.
Demorèri pas a la fèrma, anèri far maçon, demorèri pas a la bòria. Lo patron venguèt me quèrre, la prima, al mes… lo 15 de març e li di(gu)èri que vendriái pas e pas mai.
Aquelas d'aquí que son arribadas, amai l'autre jorn ne vegèri una, es la miauna. Fa…
Lo perdi(g)al roge, el, canta e fa aital, el…
Après, i a aquel d'aquí, que n'i a dins tota l'Euròpa amai mai, pus luènh. El canta, fa… L'avètz devinhat ! Aquò's lo gòrp. Dabans, quand fasián una semenada, lo ser mème aquò èra tot negre de gòrps e bandavan lo blat qu'èra al-dessús la tèrra, mès ara aquò exista pas pus, n'i a pas gaire.
Lo grand duc, el, quand l'imiti, ven. La nuèch, de còps que i a, l'ausissi mème del lièch perqu'avèm de castanhièrs a costat de l'ostal. Sortissi pas perque me vendriá dessús.
Un còp, ambe lo fraire, anàvem velhar a un ostal, traversàvem un briat de castanhal e l'ausi(gu)èrem. Lo fraire volguèt l'imitar. Aquel aucèl passa e me prenguèt lo capèl !
Aquò's lo grand duc.
Far maçon, aquò èra quicòm mai… Aquò èra penible. Fasiam al solelh levat, al solelh cochat.
Ieu, ai totjorn trabalhada la pèira, pòdi dire dempièi l'atge de quinze ans.
A quinze ans e mièg, al patron. Anèri a… Un obrièr me di(gu)èt :
“Te cal venir a la lo(g)a d'Auriac.”
I anèri e, coma aviái trabalhat la prima, di(gu)èri :
“Ara vòli saupre quant ganhi e tot…”
Lo patron me balhèt cinc mila francs. Èri content, arribèri a l'ostal… M'arrestèri pel camin, mème, de paur de los pèrdre. Arribèri a l'ostal e los balhèri a la mèra. Èri content, cinc mila francs !
Me di(gu)èt que me balhava quatre cents francs per jorn. Quatre cents francs aquò fasiá bravament perque a-n-aquel moment los obrièrs ganhavan presque cinc cents francs apr'aquí.
La nichole, que totjorn aicí disèm la nichole mès dins lo Tarn l'apèlan la chòca. Soi estat a l'armada dins lo Tarn, i aviá de Tarneses e nos disián :
“Ten, i a la chòca !”
Lo picalhàs el fa : “Plòu ! Plòu ! Plòu !”
Lo picalhàs fa : “Plòu ! Plòu !”
El devinha la plèja.
Ieu, quand èri pastre, a la fin de març apr'aquí, èri dins l'estable lo matins, abans de durbir, ausissiái…
Se parlan entr'elas.
Aquò's l'irondèla de l'estable. Ela fa lo niuc e lo laissa dubèrt dessús mas se defend contra los passerats. Los passerats, aquò's de pilhards, arriba que se disputan… A totas doas lo fan partir.
Aquò's interessent perque quand vesiái quatre o cinc pichons tot lo torn del niuc, es aquí, quand la pastura, la moindre noiritura… Se trompan pas, fan un après l'autre.
La vau tornar far…
Aquò's lo mèrlhe, aquò's lo mèrlhe, amai que subla…
Aviái reperat un niuc contra una soca, lo bruscavi pas ni mème me teniái un briat luènh, que lo desrengavi pas. E lo mèrlhe, per de qué subla ? Perqu'aquò's la merlheta que coa. Ela coa e aquò's per la distraire e, quand aquela d'aquí va cercar sa noiritura, aquò's el que la remplaça. Laissan pas refregir los uòus.
Lo mèrlhe arribava un jorn que plòviá, di(gu)èri :
“Qual sap de qué fan ?”
E ben se meton un sul niuc, se quilhan plan dreches e, ambe las alas, fan un paraplèja, molhan pas los pichons. Se plòu tròp i van totes dos. Aquò's polit de veire trabalhar los aucèls de tala manièira.
Quand arribavi dins un prat, que fasiá caud, de babor, lo matins a dètz oras…
“Oooo… duèi aurem pas freg !”
Ausissiái cantar aquel d'aquí e totes i fasián ! Totes èran sus la pòrta, lo matins. Aquò's los grelhs.
Aquí, quand èri pichonàs, cochavàvem a la cambra qu'agachàvem en bas coma aquò en naut o pus naut. Laissàvem la fenèstra dubèrta e ausissiam lo riu. Lo riu fasiá de bruch la nuèch, ausissiás aquò e aquò te breçava. J'aimais ça. E quand l'ausissiam pas c'était le vent d'autan alara ambe lo vent d'autan l'ausissiam pas.
C'est la fauvette.
Aquò's un aucèl qu'es plan premsat. Arriba e cal que se desbrolhe. Cal que se desbrolhe a cercar un garric per far lo niuc. Ela arriba quauques jorns pus tard e, se l'aure i conven pas, cal que ne cèrque un autre, cal que se desbrolhe.
Alara el subla, fa…
L'auriòl, el, se despachan e, quand an fach lo niuc e tot, los pichons, cal que se preparen per faire mai de uèch mila quilòmèstres. Al debut de setembre amai dabans partisson dins lo Miègjorn, manjan d'olivas o de figas e d'aquí contunhan, van en Italiá. En Italiá, manjan las figas e las olivas e lo monde los caçan, los atrapan, que son plan bons ! E grossisson de dos cents grames.
Es aquí… »
Éloi Fastré (1932-2019)
« Ici nous ne sommes pas loin de Cassagnes et nous sommes au bord d’un ruisseau qu’on appelle le ruisseau du Gineste, parce qu’ici à la ferme, on l’appelait Gineste, le patron, mon oncle. Nous sommes au bord du Céor, le ruisseau du Céor. Je m’appelle Éloi Fastré. J’ai été loué de bonne heure, à l’âge de neuf ou dix ans, jusqu’ici à la ferme, chez mon oncle là en 1945.
J’étais loué dans une ferme plus importante et, avant d’arriver, c’est un frère qui vint m’amener dans cette ferme, et avant d’arriver à la ferme, nous entendîmes chanter.
Il me fit : “C’est là-bas !”
Et nous entendîmes chanter celui de là [le coq]. Il fit...
J’entrai là dans cette cour et il y avait deux ou trois chiens couchés. Ils se mirent à japper et alors moi je me mis à imiter le chien, les vaches en avaient une peur ! Alors je me mis à japper, chaque fois je faisais :
“Écarte-la, écarte !”
Et je me mettais à japper...
Le matin, quand je partais avec le bétail, il y en avait toujours un [taureau] qui faisait l’ouverture, il était le premier tout le temps. Même quand il avait une tonne de buisson qui l’embarrassait, ça ne lui faisait rien, d’un coup de corne, de le foutre en l’air ! Il avait des cornes très courtes, très grosses, c’était un Auvergnat mais il était joli, bien cambré, et lui toujours il râlait dans le chemin. Il faisait...
C’est les poules quand elles avaient fait les œufs. Moi il me fallait ramasser les œufs l’après-midi. J’en ramassais deux douzaines.
Ce sont les poulets, les poulets quand ils ont éclos, maintenant au début de juin.
Dans les oiseaux ou tout, c’est le mâle qui chante mais celle-là, c’est la femelle. Elle fait... C’est la cane.
C’est le coucou, je ne vous dis pas qui c’est, vous l’avez peut-être deviné. Et alors, quand nous nous y mettions tous les deux, il me fallait bien me cacher, il s’énervait. Il s’énervait, il faisait...
Et alors, nous luttions tant qu’il s’enrouait ! Il ne faisait que “cou...” il ne pouvait pas faire le reste...
Nous l’avons entendu il n’y a pas longtemps même... Il chante aussi. Il fait...C’est le peput. La huppe... Pourquoi dit-on le peput ? Parce qu’il ne sent pas bon. C’est un oiseau qui va chercher des bêtes sur les excréments des vaches ou des juments et il ne sent pas bon. Ils l’appellent le peput.
J’abandonnai la ferme à l’âge de quinze ans parce que je prenais des... je devenais plus fort et j’avais trois fois plus de travail que ce qu’il me fallait faire. Ce qui me découragea le plus, c’est qu’il y avait un domestique... Au début il y avait des domestiques qui allaient bien, nous faisions le travail ensemble tout le soir à l’étable et celui-là prenait le dessus sur moi et moi il me fallait faire tout le travail.
Je ne restai pas à la ferme, j’allai faire maçon, je ne restai pas à la ferme. Le patron vint me chercher, au printemps, au mois... le 15 mars et je lui dis que je ne viendrais pas et pas plus.
Celles-là qui sont arrivées, l’autre jour j’en vis une aussi, c’est la ---------. Elle fait...
Le perdreau rouge, lui, il chante et il fait ainsi, lui...
Après, il y a celui-là, il y en a dans toute l’Europe et même plus, plus loin. Il chante, il fait... Vous l’avez trouvé ! C’est le corbeau. Avant, quand ils semaient, le soir-même c’était tout noir de corbeaux et ils liquidaient le blé qui était au-dessus de la terre, mais maintenant ça n’existe plus, il n’y en a pas beaucoup.
Le grand duc, lui, quand je l’imite, il vient. La nuit, parfois, je l’entends même du lit parce que nous avons des châtaigniers à côté de la maison. Je ne sors pas parce qu’il me viendrait dessus.
Une fois, avec mon frère, nous allions veiller à une maison, nous traversions un bout de châtaigneraie et nous l’entendîmes. Mon frère voulut l’imiter. Cet oiseau passe et me prit mon chapeau !
C’est le grand duc.
Faire maçon, c’était autre chose... C’était pénible. Nous faisions du soleil levant, au soleil couchant.
Moi, j’ai toujours travaillé la pierre, je peux dire depuis l’âge de quinze ans.
À quinze ans et demi, chez le patron. J’allai à... Un ouvrier me dit :
“Il te faut venir à la loue d’Auriac.”
J’y allai et, comme j’avais travaillé le printemps, je dis :
“Maintenant je veux savoir combien je gagne et tout...”
Le patron me donna cinq mille francs. J’étais content, j’arrivai à la maison... Je m’arrêtai en chemin, même, de peur de les perdre. J’arrivai à la maison et je les donnai à ma mère. J’étais content, cinq mille francs !
Il me dit qu’il me donnait quatre cents francs par jour. Quatre cent francs ça faisait beaucoup parce qu’à cette époque les ouvriers gagnaient presque cinq cents francs par là.
La chouette, ici nous disons toujours la nicholemais dans le Tarn ils l’appellent la chòca. J’ai été à l’armée dans le Tarn, il y avait des Tarnais et ils nous disaient :
“Tiens, il y a la chouette !”
Le pivert lui fait : “Il pleut ! Il pleut ! Il pleut !”
Le pivert lui fait : “Il pleut ! Il pleut !”
Lui il annonce la pluie.
Moi quand j’étais berger, à la fin de mars par là, j’étais dans l’étable le matin, avant d’ouvrir, j’entendais... Elles se parlent entre elles.
C’est l’hirondelle de l’étable. Elle fait son nid et elle le laisse ouvert dessus mais elle se défend contre les moineaux. Les moineaux, ce sont des pillards, il arrive qu’ils se disputent... À toutes les deux elles le font partir.
C’est intéressant parce que quand je voyais quatre ou cinq petits tout autour du nid, c’est là, quand la nourriture, la moindre nourriture... Elles ne se trompent pas, elles font l’un après l’autre.
Je vais la refaire...
C’est le merle, c’est le merle, il siffle aussi...
J’avais repéré un nid contre une souche, je ne le brusquais pas et je me tenais même un peu loin, je ne le dérangeais pas. Et le merle, pourquoi siffle-t-il ? Parce que c’est la merlette qui couve. Elle couve et c’est pour la distraire et, quand celle-là va chercher sa nourriture, c’est lui qui la remplace. Ils ne laissent pas les œufs refroidir. Le merle arrivait un jour où il pleuvait, je dis :
“Qui sait ce qu’ils font ?”
Eh bien ils se mettent un sur le nid, ils se dressent bien droits et, avec les ailes, ils font un parapluie, ils ne mouillent pas les petits. S’il pleut trop ils y vont tous les deux. C’est beau de voir travailler les oiseaux de cette manière.
Quand j’arrivais dans un pré, qu’il faisait chaud, que c’était étouffant, le matin à dix heures...
“Oh... aujourd’hui nous n’aurons pas froid !”
J’entendais chanter celui-là et tous faisaient de même ! Ils étaient tous sur la porte, le matin. Ce sont les grillons.
Là, quand j’étais petit, nous couchions à la chambre et nous regardions en bas comme ça en haut ou plus haut. Nous laissions la fenêtre ouverte et nous entendions le ruisseau. Le ruisseau faisait du bruit la nuit, tu entendais ça et ça te berçait. J’aimais ça. Et quand nous ne l’entendions pas c’était le vent d’autan alors avec le vent d’autan nous ne l’entendions pas.
C'est la fauvette.
C’est un oiseau qui est très pressé. Il arrive et il faut qu’il se débrouille. Il faut qu’il se débrouille à chercher un chêne pour faire son nid. Elle, elle arrive quelques jours après et, si l’arbre ne lui convient pas, il faut qu’il en cherche un autre, il faut qu’il se débrouille.
Alors, lui il siffle, il fait...
Le loriot, lui, ils se dépêchent et, quand ils ont fait le nid et tout, les petits, il faut qu’ils se préparent pour faire plus de huit mille kilomètres. Au début de septembre et même avant ils partent dans le Midi, ils mangent des olives ou des figues et de là ils continuent, ils vont en Italie. En Italie, ils mangent les figues et les olives et les gens les chassent, ils les attrapent, parce qu’ils sont très bons ! Et ils grossissent de deux cents grammes.
Il est là... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...