Eloi Fastré (1932-2019)

Collecté en 1992 Sur la Commune de Centrès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Nous avons rencontré sur le canton de Naucelle un excellent siffleur et charmeur d’oiseaux. 

Eloi est né à Tayac, commune de Centrès, le 23 mars 1932. Son père était forgeron dans le village. Ils étaient onze enfants dans la famille. L’un des frères d’Eloi prit la succession de son père à la forge tandis que lui se consacra au métier de maçon. Il débuta son apprentissage à l’âge de 11 ans et passa son C.A.P. de maçonnerie à l’âge de 16 ans. Plus tard, il se spécialisa dans la taille de la pierre. Après dix-huit mois de service militaire, il fut rappelé au moment de la guerre d’Algérie.

Aujourd’hui il est proche de la retraite. Comme beaucoup de gens à la campagne, en plus de son métier de maçon, il exploite une petite propriété. 

Eloi s’est toujours intéressé aux oiseaux. Son initiation à la nature date de l’époque où il était placé comme berger dans des fermes des alentours. Eloi est le seul dans sa famille à s’être tant passionné pour la nature et les êtres qui la peuplent.

Sa double profession de maçon et d’agriculteur lui permet de passer une grande partie de la journée en plein air et de continuer, comme quand il était berger, à vivre auprès des oiseaux. Ces derniers lui répondent toujours lorsqu’il se met à les imiter.

Pour imiter certains oiseaux (lo favard, lo pijon de la cort, le coucou, la tourterelle de Turquie, la tourterelle grise et la huppe), Eloi place un morceau de papier entre ses dents de devant :

« Elles se sont usées les dents en se faisant vieux et elles s’écartent. Je mets du papier pour boucher les fuites. »

Pour les imiter, il place sa langue en haut de la bouche.

Eloi parvient à contrefaire à la perfection des hommes politiques et certaines personnes de son entourage, mais sa femme (Eloi est marié et a deux enfants) n’aime pas beaucoup le voir imiter des personnages.

Pendant quelque temps, Eloi utilisa ses talents d’imitateur pour la chasse mais très vite le regretta.

Eloi a aussi beaucoup aimé la musique dans sa vie. Comme beaucoup de musiciens, c’est à l’époque où il se louait comme berger qu’il commença l’apprentissage de son premier instrument. L’harmonica qu’on lui donna joua pour lui, durant ses journées de solitude dans les pâturages, le même rôle que les oiseaux et il apprivoisa la musique en même temps qu’il apprit le langage des bêtes. Malheureusement, il n’a pas rejoué de cet instrument depuis l’armée.

Il a aussi un accordéon diatonique « un tròç d’acordeon » comme il se plaît à le dire. 

Nous avons enregistré Eloi Fastré à deux reprises, une première fois au mois de juin 1992 à l’intérieur de sa maison (durant cet enregistrement, dans la cuisine, venait nous perturber parfois le coucou de la pendule ; chez Eloi en effet, c’est encore un oiseau qui vient ponctuer le temps) et la seconde fois dehors vers le 13 août de la même année.

Vous trouverez d’autres imitations d’Eloi Fastré dans le coffret et disque compact que nous venons de consacrer dans la collection “Mémoires Sonores” aux Charmeurs d’oiseaux et siffleurs de danses. (CORDAE)

Ethnotexte

ELOI FASTRÉ

né en 1932 à Tayac de Centrès, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Èri estat logat a l’atge de dètz ans. A l’ostal, pendent la guèrra, totes podiam pas demorar aquí. Caliá manjar. Alara nos logavan.
En arribent a la bòria, comencèri d’ausir cantar lo gal. Pièi los cans. E comencèri a enregistrar un briat aquò. Pièi, quand partiguèri ambe mas vacas, i aviá un taure. M’èri metut a far coma el. Mès ara patissi a lo far, lo taure. E pièi pels prats, ambe la natura, los aucèls e tot aquò.
Aviái aprivadada una agaça. Ai agut aprivadat un gòrp, un gag e tot aquò. Èri pas sol e me languissiái pas. La fasiái, l’agaça. Ne gardèri una tot un estiu. Aquò èra l’aucèl lo pus aimable. De còps que i a, m’endormissiái. Me revelhava. Quand ploviá veniá amb ieu. Aviái totjorn quauquas sautarèlas. M’anava cercar lo pan a la pòcha. Lo pus brave aucèl qu’ai trobat, es l’agaça. E pièi cantava bien. Cantava doçament aquí, de totas las manièiras. Là quand tu l’entends la pie, elle jacasse mais après elle chante, elle chante doucement. Elle est intéressante.
[Lo gag], lo trapèri al niuc. Tombèt del niuc. Lo gardèri pas longtemps perque èra canalha. Quand aviá plan talent, lo gag veniá plan mès, aprèssa, quand èra plan sadol, totjorn cercava a s’esquivar. E n’aviái un sadol del gag. Lo gardèri ben un parelh de meses, mès un jorn èri inquiet, lo sonavi e voliá pas venir. M’èra montat sus un castanhièr alara trapèri lo pal e i lancèri lo pal. Lo davalèri. Agèri finit l’istoèra del gag.
M’agradava a ieu de veire la natura. Aquò es polit. Aimavi d’agachar de que fasián las bèstias, per de que cantavan. Mai d’una mèmes, que siagan de la mèma familha, an pas la mèma voes. Coma nautres, las personas. N’i a que parlan pus gròs, d’autres pus clar. Per exemple los gòrps : totes cantan pas parelh, los cal plan escotar.
[Los aucèls] respondon o venon, de còps que i a. O s’inquiètan. Se soi plan estremat, s’arriba un pijon favard aquí, sauvatge, e ben, davala presque de l’arbre. Sustot a-n-aquesta sason [junh]. An lo niuc pas luènh aquí, son inquiets. Vòlon pas qu’un autre venga apr’aquí. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...