Lo maquisard, lo massacre de Frejaròcas

Collecté en 2000 Sur les Communes de Causse-et-Diège, Foissac, Rodez, Villefranche-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le 24 juillet 1944, le maquis d’Ols attaqua une division allemande à Frèjeroques. Ce sera un bain de sang pour les maquisards. Mme de Lestang raconte qu'elle avait passé la soirée avec les maquisards, la veille du massacre.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

FERNANDE (PALMYRE) LESTANG (DE)

née Genebrières en 1921 à Foissac.

Transcription

Occitan
Français
« Agèrem paur a Foissac parce que lo sol jorn qu'aviam un maquisard dins la cambra dels obrièrs qu'aviam autres còps, qu'èra accidentat e qu'aviá son blu e son revolvèr e tot aquò al cap del lièt, vegèri montar un half-track ambe tres Alemands, a agachar dins la longa-vua.
Di(gu)èrem :
“Sèm donats, aquò's pas possible que dels Alemands vengon a Foissac !”
E venguèron jusca l'ostal. Lo papà envoièt la mamà per l'òrt per que sauclèssa… enfin prenguèssa una contenença.
Me di(gu)èt :
“Fot lo camp tus atanben !
– Non ! Vòli pas partir, vòli demorar ambe tus.”
Demorèri e los Alemands venguèron.
Nos demandèt :
“Oòva, oòva !”
Compreniam pas qu'es aquò que voliá dire.
Alèra nos fa(gu)èt :
“Còt, còt, còt ! Oòva !”
Dels uòus. Voliá dels uòus.
“A… non… Còt, còt, còt… Non… Mécanique, mécanique.”
Fasiam veire l'atelièr, coma se aviam pas de polas.
Et voilà. Tornèron partir sans res.
E l'autre voliá se levar e tirar sus aquelses Alemands. La mamà agèt l'èime de li anar quèrre son costume e son revolvèr e de lo metre per un cairon apr'aquí. A cent mèstres de l'ostal li aviá un cairon ambe dels iris. Te fotèt aquò aquí al mèg, rescondut dins aquela verdura. E donc podiá pas sortir tot nud, riscava pas res.
Mès agèrem paur, paur e paur. A lalà, lalà !

Dins aquelses que sia(gu)èron brutlats a Frejaròcas… Aquí atanben aquò sia(gu)èt una etapa que me trabalhèt dur… O lalà, lalà, lalà ! Cinc o sièis sia(gu)èron tuats, dechiquetats, enfin… Avián fach de carnatge, quoi.
Aquò èra dels enfants que èran a pus près de mon atge. Èran venguts la velha al ser a l'ostal… Enquèra ne pòdi pas parlar sans èstre troblada parce que èran venguts lo ser a l'ostal, avián pas manjat e la mamà aviá pas res a lor donar parce que los apasturàvem sovent. Aviá una dotzena d'uòus, coma l'òm a totjorn a la campanha. Finalament lor fa(gu)èt una aumeleta, lor metèt un bocin de sucre e la lor flambèt ambe de l'ai(g)ardent. Aquelses dròlles avián pas jamai vist aquò… N'i aviá que venián de l'Alsaça, de vèrs lo nòrd… N'i aviá un bocin de pertot quand mème. Sai pas cossí avián rali(g)at aquel maquís, ça o sabi pas.
Aquelses paures joves ataquèron la colona e sia(gu)èron pilonats coma es pas possible, vos disi. Sia(gu)èt un carnatge inhòble, inhòble, inhòble.
Après, brutlèron un parelh d'ostals a Gèlas, quand mème.
Oui, aquò sia(gu)èt una periòda dura, dura, dura, aquí.
Aquí atanben li agèt de las criticas en di(gu)ent qu'aurián pas dechut, qu'aicí, qu'alai… Mès se degús los aviá pas arrestats, los Alemands, seriam Alemands als jorns de duèi ! Comprenètz ? Los ataquèron parce que aquò èra la colona… Aquò's la colona que brutlèt Orador que passava aquí. E sabètz que aquò èra pas dels tendres !
Aquò se fini(gu)èt a Rodés ambe de defilats, totes los maquís d'alhurs, i aviá mai que nautres, bien se(g)ur : del costat de Sent-Africa, del costat de… N'i aviá de pertot, quoi.
An fach quand mème de monuments pertot d'ontlon son tombats. Reelament an quand mème considerat l'esfòrç d'aquelses joves. »
Le maquisard, le massacre de Frèjeroques
« Nous eûmes peur à Foissac parce que le seul jour où nous avions un maquisard dans la chambre des ouvriers que nous avions autrefois, qui était accidenté et qui avait son bleu et son révolver et tout ça à la tête du lit, je vis monter un half-trackavec trois Allemands, en train de regarder dans la longue-vue.
Nous dîmes :
“Nous sommes vendus, ce n'est pas possible que des Allemands viennent à Foissac !”
Et ils vinrent jusqu'à la maison. Papa envoya maman au jardin pour qu'elle sarcle… enfin qu'elle se donne une contenance…
Il me dit :
“Fout le camp toi aussi !
– Non ! Je ne veux pas partir, je veux rester avec toi.”
Je restai et les Allemands vinrent.
Il nous demanda :
“Ouove, ouove !”
Nous ne comprenions pas ce qu'il voulait dire.
Alors il nous fit :
“Cot, cot, cot ! Ouove !”
Des œufs. Il voulait des œufs.
“Ah… non… Cot, cot, cot… Non… Mécanique, mécanique.”
Nous faisions voir l'atelier, comme si nous n'avions pas de poules.
Et voilà. Ils repartirent sans rien.
Et l'autre voulait se lever et tirer sur ces Allemands. Maman eut la présence d'esprit d'aller lui chercher son costume et son révolver et de le mettre dans un tas de pierre par là. À 100 m de la maison il y avait un tas de pierres avec des iris. Elle te mit ça là au milieu, caché dans cette verdure. Et donc il ne pouvait pas sortir tout nu, ça ne risquait rien.
Mais nous eûmes peur, peur et peur. Ah lala, lala !

Dans ceux qui furent brûlés à Frèjeroques… Là aussi ce fut une étape qui me travailla dur… Oh lala, lala, lala ! Cinq ou six furent tués, déchiquetés, enfin… Ils avaient fait un carnage, quoi.
C'était des enfants qui étaient à peu près de mon âge. Ils étaient venus la veille au soir à la maison… Je ne peux encore pas en parler sans être troublée parce qu'ils étaient venus le soir à la maison, ils n'avaient pas mangé et maman n'avait rien à leur donner car nous les nourrissions souvent. Elle avait une douzaine d'œufs, comme l'on a toujours à la campagne. Finalement elle leur fit une omelette, elle leur mit un peu de sucre et elle la leur flamba avec de l'eau de vie. Ces enfants n'avaient jamais vu ça… Il y en avait qui venaient de l'Alsace, de vers le nord… Il y en avait d'un peu partout quand même. Je ne sais pas comment ils avaient rallié ce maquis, ça je ne le sais pas.
Ces pauvres jeunes attaquèrent la colonne et ils furent pilonnés comme ce n'est pas possible, je vous dis. Ce fut un carnage ignoble, ignoble, ignoble.
Après, ils brûlèrent une paire de maisons à Gelles, quand même.
Oui, ce fut une période dure, dure, dure, là.
Là aussi il y eut des critiques en disant qu'ils n'auraient pas dû, que ceci, que cela… Mais si personne ne les avait arrêtés, les Allemands, nous serions Allemands à ce jour ! Vous comprenez ?
Ils les attaquèrent parce que c'était la colonne… C'est la colonne qui brûla Oradour qui passait là. Et vous savez que ce n'était pas des tendres !
Ça se termina à Rodez avec des défilés, tous les maquis d'ailleurs, il y avait plus que nous, bien sûr : du côté de Saint-Affrique, du côté de… Il y en avait de partout, quoi.
Ils ont quand même fait des monuments partout où ils sont tombés. Réellement ils ont quand même considéré l'effort de ces jeunes. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...