Lo maridatge de Joanon (Per tretze sòus)

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Castelnau Pégayrols Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les monologues, en vers ou en prose, étaient souvent récités et recopiés lors des mariages.

En retenir un entier est une belle performance.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GILBERT JUILLAGUET

né en 1928 à Castelnau-Pégayrols.

Transcription

Occitan
Français
Lo mari(d)atge de Joanon
« Joanon del Mas-Capèl,
Lo mes de mai vengut,
Las de se trobar sol,
Cerquèt una companha.
Coma èra bravonèl,
E del pus luènh conescut,
N'agèt lèu trobada una,
Dins nòstra montanha.
E sans mai esperar,
Sabètz, èra premsat,
Se va far benesir per mossur lo curat.
Quand tot sesquèt reglat,
Van a la sacrestia e li di(gu)èt :
“Quant vos dive mossur lo curat,
Per totas vòstras penas ?
– Balha çò que voldràs, Joanon,
Tu, siás pas riche…
– Òc ben, podètz ben dire,
Autrament, sabètz, soi pas chiche.”
E, dins la man dubèrta,
Del rictor estonat,
Li balha dotze sòus gròsses
E un pichon sul mercat.
Vos podètz pensar
Qual sachèt pas content…
Mès fa mal ne tirar
Quand i a pas ges d'argent.
Enfin, dins una passejada,
Quauques meses après,
Lo curat vei son òme que copava de boès :
“E ben Joanon, qué fas ?
Mès… me semblas pas content…
I a quicòm que te facha ?
– Calatz suau, calatz suau, mossur lo curat !
Que me soi mai engarçat,
Que cap de maquinhon,
En fasquent un mercat !
Ma femna es issèura, fenhanta,
Golarda, reborsièira, insolenta,
Bocharda que sai qu'un diluns o un dimècres matin,
Me'n anarai al diable en la plantent aquí !
– Pren paciença, pauròt !
I t'acostumaràs !
Vai-z-i per la doçor,
Benlèu la cambiaràs…
Mès atanben de qué voliás avure,
Per tretze sòus, pecaire, pas un ectò de burre,
E per tos afars, mon Joanon, lo còp que ven,
Te conselhe d'i metre mai d'argent !” »
Le mariage de Jeannou
« Jeannou du Mas-Capel,
Le mois de mai venu,
Las de se trouver seul,
Chercha une compagne.
Comme il était gentil,
Et du plus loin connu,
Il en eut vite trouvé une,
Dans notre montagne.
Et sans attendre plus,
Vous savez, il était pressé,
Il va se faire bénir par monsieur le curé.
Quand tout fut réglé,
Ils vont à la sacristie et il lui dit :
“Combien vous dois-je monsieur le curé,
Pour toutes vos peines ?
– Donne ce que tu voudras, Jeannou,
Toi, tu n'es pas riche…
– Pour sûr, vous pouvez bien le dire,
Sinon, vous savez, je ne suis pas chiche.”
Et, dans la main ouverte,
Du prêtre étonné,
Il donne douze gros sous
Et un petit par dessus le marché.
Vous pouvez imaginer
Qui ne fut pas content…
Mais ce n'est pas facile
Quand il n'y a pas d'argent.
Enfin, au cours d'une promenade,
Quelques mois après,
Le curé voit son homme qui coupait du bois :
“Eh bien Jeannou, que fais-tu ?
Mais… tu ne sembles pas content…
Quelque chose te fâche ?
– Taisez-vous, taisez-vous, monsieur le curé !
Je me suis plus trompé,
Qu'un maquignon,
En faisant un marché !
Ma femme est dure, fainéante,
Goinfre, revêche, insolente,
Sale et sans doute un lundi ou un mercredi matin,
Je m'en irai au diable en la plantant là !
– Prends patience, mon pauvre !
Tu t'y habitueras !
Vas-y par la douceur,
Peut-être la changeras-tu…
Mais aussi que voulais-tu avoir,
Pour treize sous, mon pauvre, pas un hecto de beurre,
Et pour tes affaires, mon Jeannou, la prochaine fois,
Je te conseille d'y mettre plus d'argent !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...