Las vinhas, las plantas e los remèdis

Collecté en 2000 Sur les Communes de Castelnau Pégayrols, Montjaux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Face à la maladie, les anciens disposaient d’un ensemble de remèdes empiriques dont certains devaient être d’une efficacité toute relative si l’on en juge par l’important taux de mortalité.

Dans un contexte économique difficile, on n'appelait le médecin qu’en dernier recours.

On avait au jardin les plantes médicinales de première nécessité : lys blanc, menthe, arnica, millepertuis…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ZOÉ GRÉGOIRE

née en 1931.

Transcription

Occitan
Français
« Aicí sèm a Marzials, al quartièr del barri.
Tot aquò aquò èra plen de vinhas, totes aqueles cantons, aquò èra que de vinha. Dins lo travèrs de Castèlnòu, dejost Castèlnòu, aquò èra que de pichons faissons e i aviá una renga o doas de vinha e tot aquò aquò èra que de vinha. E montavan lo rasim amb un muòl, una semal e un muòl. Jusca Musa, aquò que davalava, i aviá que de vinha.
Los Montanhòls venián ambe los buòus e los muòls quèrre de vin. E lo jorn onte o an abandonat, la vinha s’es desrabada.
E aquí ai mon òrt de fantesiá contra l’ostal e lo muguet que va florir e tot çò que s’ensubta.
Quand me passege dins los bòsces, tòrne totjorn ambe quicòm. Sul causse, amont, totjorn pòrte quicòm per faire de tisanas.
Aquò, es que coneis aquò ? Lo coneisses, tus ?
Aquò’s lo tilhul, un aure, e sustot aquò’s un calment aquò.
E, aicí, avètz lo romarin qu’aquò’s un truc pel fetge, la malautiá del fetge. S’as mal a fetge, qu’ages tròp begut aquí, faràs de tisana d'aquò.
Aquí, aquò’s l’aubepina. Aquò’s per faire la tisana pel cur. E aquò se ramassa al printemps, cal faire vite parce que passa vite.
Aicí avèm lo borrache blanc, per sonhar quand as mal al còl. Aquò t’adocís, i metes un pauc de lach aquí, e aquò t’adocís plan, amai es bon.
E aquí aquò’s la presla. Aquò’s una planta que te balha de vigor, aquò te far un pauc… aquò te balha de vam ! L'amasse fresque e pièi l'installe sus aquela taula aquí, de jornal dessús e… Cal qu'aquò sèque un pauc a l’ombra sans quoi aquò perd tota la color.
Un còp èra, se sonhavan qu’ambe de tisanas !
E aquí i a las cuas de celièias. Manjas las celièias e fas secar las cuas, las escampas pas. Aquò’s valable aquò.
– Es valable per qué ?
– Per pissar un còp !
De burga, aquò’s per las infeccions urinàrias.
E, aquí, aquò’s la mauva mès ara es un pauc… Aquò’s un adocissor, per adocir la gòrja.
La melissa, aquò’s una planta que buta dins un endrech un pauc umide dins los òrts, ressembla a una orti(g)a. Ieu la renovele cad'an, n’ai aquí dins l’òrt.
La parietèra aquò’s aquela, contra la paret. Aquò’s per faire urinar.
La camomilha, aquò’s la flor qu’es bona. Quand as plan manjat, fas una tassa de camomilha, aquò te remet d’aplomb. N’ai pertot aquí dins l’òrt, s’ensemena sola. »
Les vignes, les plantes et les remèdes
« Ici nous sommes à Marzials, au quartier du faubourg.
Tout ça c'était plein de vignes, tous ces coins, ce n'était que de la vigne. Dans le ravin de Castelnau, sous Castelnau, ce n'était que de petites terrasses et il y avait une rangée ou deux de vigne et tout ça ce n'était que de la vigne. Et ils montaient le raisin avec un mulet, une comporte et un mulet. Jusqu'à la Muse, tout ce qui était en pente, il y avait de la vigne.
Les gens de la montagne venaient avec les bœufs et les mulets chercher du vin. Et le jour où ils ont abandonné, la vigne a été arrachée.
Et là j'ai mon jardin de fantaisie contre la maison et le muguet qui va fleurir et tout ce qui s'ensuit.
Quand je me promène dans les bois, je reviens toujours avec quelque chose. Sur le causse, là-haut, je ramène toujours quelque chose pour faire des tisanes.
Ça, est-ce qu'il le connaît ? Tu le connais, toi ?
C'est le tilleul, un arbre, et surtout c'est un calmant ça.
Et, ici, vous avez le romarin qui est un truc pour le foie, la maladie du foie. Si tu as mal au foie, que tu aies trop bu là, tu feras de la tisane de ça.
Là, c'est l'aubépine. C'est pour faire la tisane pour le cœur. Et ça se ramasse au printemps, il faut faire vite parce qu'elle passe vite.
Ici nous avons la bourrache blanche, pour soigner quand tu as mal à la gorge. Ça t'adoucit, tu y mets un peu de lait là, et ça t'adoucit bien, et en plus c'est bon.
Et là c'est la prêle. C'est une plante qui te donne de la vigueur, ça te fait un peu… ça te donne de l'élan ! Je la ramasse fraîche et puis je l'installe sur cette table, là, du journal dessus et… Il faut que ça sèche un peu à l'ombre sans quoi ça perd toute sa couleur.
Autrefois, ils ne se soignaient qu'avec des tisanes !
Et là il y a les queues de cerises. Tu manges les cerises et tu fais sécher les queues, tu ne les jettes pas. C'est valable ça.
– C'est valable pour quoi ?
– Pour pisser un coup !
De la bruyère, c'est pour les infections urinaires.
E, là, c'est la mauve mais maintenant elle est un peu… C'est un adoucisseur, pour adoucir la gorge.
La mélisse, c'est une plante qui pousse à un endroit un peu humide dans les jardins, elle ressemble à une ortie. Moi je la renouvelle chaque année, j'en ai là dans le jardin.
La pariétaire c'est celle-là, contre le mur. C'est pour faire uriner.
La camomille, c'est la fleur qui est bonne. Quand tu as bien mangé, tu fais une tasse de camomille, ça te remet d'aplomb. J'en ai partout là dans le jardin, elle se sème toute seule. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...