La tanarida

Collecté en 1997 par IOA Sur les Communes de Castelnau Pégayrols, St-Beauzély Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Face au manque de ressources vétérinaires, on utilisait beaucoup les plantes médicinales : tanaisie (tanarida), sauge (sàuvia), mauve (malva), houx (grifol)…

On suspendait du houx au râtelier des bovins pour soigner leurs dartres (endèrbis).

Ethnotexte

AIMÉ LABARTHE

né en 1926 à Castelnau-Pégayrols.

Transcription

Occitan
Français
« La tanarida, aquò èra una planta que se podiá cultivar dins los òrts mès butava un pauc a l’estat sauvatge. La flor revertava la carròta sauvatja solament èra rossèla coma color, èra jauna.
E alara se fasiá de tisana amb aquela flor e la balhavan a las bèstias. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...