La lòga sul Leveson

Collecté en 2000 Sur les Communes de Castelnau Pégayrols, Salles-Curan, St-Beauzély Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Il y avait des foires à la loue (lògas) pour que patrons et domestiques se rencontrent. Lorsque les places étaient mauvaises, on s’empressait de changer de maître. À l'inverse, quand l'entente était bonne entre patron et domestique, ce dernier pouvait passer une grande partie de sa vie professionnelle à la même place.

Dans les familles modestes, on louait les enfants. Ces jeunes pastres ou serventas étaient souvent recrutés directement dans les familles.

Le vinatge était l'étrenne donnée au domestique le jour de la conclusion du contrat de travail. Si le domestique n'honorait pas sa promesse, il devait rendre le vinatge. "Far rabas” signifiait se désister sans rendre le vinatge.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

AIMÉ LABARTHE

né en 1926 à Castelnau-Pégayrols.

Transcription

Occitan
Français
« Onte que sètz estat lo(g)at ?
– Sul Leveson per gardar de vacas.
Aquò èra per subvenir als besonhs dels parents. Aquò èra nautres qu'èrem lo(g)ats a cò de Mossur Bruscas a Sauvatge e pièi aquò èra los parents que ramassavan l'argent e, amb aquò, subvenián als besonhs de la familha. Tocàvem pas l'argent, nautres, aquò èra los parents que o tacavan e pièi nos abilhavan, bien entendu, e nos entretenián.
Èrem lo(g)ats del mes de mai a Totsants, c'est-à-dire que quitàvem l'escòla. Aquò's per aquò que las aurelhas son pas lòngas mès sèm un pauc d'ases.
I aviá una lòga a Las Salas lo 3 de mai. Aquí èrem sul… pas sul fièiral mès sus la plaça, amont, de Las Salas.
Los patrons passavan e te demandavan :
“Siás lo(g)at, tu, fanton ?
– Non pas encara.
– Voldriás pas venir ches ieu ?
– Se sèm d'acòrdi, si…
– Quant vòls ganhar ?”
Me rapèle pas quant ganhàvem mès cinquanta francs per mes.
Tretàvem l'afaire e nos balhavan una pichona pèça et voilà, aquò èra una sòrta de… cossí dirai aquò ?
– De vinatge.
– Oui, apelàvem aquò un vinatge m'enfin èrem engatjats a-z-anar trabalhar amb aquela persona.
E ieu ère lo(g)at a Sauvatge amont a costat de Bonlòc.
E pièi lo patron alara, lo jorn que deviam anar començar, veniá amb una jardinièira e un chaval e portava la valisa. Et allez !
Sovent cochàvem al canton de l'estable de las vacas, un pichon lièch, aquí, en boès, a-z-un canton. Et voilà, cochàvem aquí. Començàvem de far lo menatge, caliá començar, amb una broeta, de sortir lo fumier.
– Lo fems.
– Lo fems, òc. E pièi anàvem desjunar e preniam las vacas et voilà. Nos balhavan un bocin de museta pel despartin del miègjorn e rintràvem pas que lo seras.
Aquò èra pas la vida de castèl coma ara ! Enfin bon, èrem pas maleroses, ne cantàvem una en l'amont pels puègs ! »
La loue sur le Lévézou
« Où avez-vous été loué ?
– Sur le Lévézou pour garder des vaches.
C'était pour subvenir aux besoins de nos parents. C'était nous qui étions loués chez Monsieur Brusques à Salvage et puis c'était nos parents qui ramassaient l'argent et, avec ça, ils subvenaient aux besoins de la famille. Nous ne touchions pas l'argent, nous, c'était les parents qui le touchaient et puis ils nous habillaient, bien entendu, et ils nous entretenaient.
Nous étions loués du mois de mai à Toussaint, c'est-à-dire que nous quittions l'école. C'est pour ça que nos oreilles ne sont pas longues mais nous sommes un peu des ânes.
Il y avait une foire à la loue à Salles-Curan le 3 mai. Là nous étions sur le… pas sur le foirail mais sur la place, là-haut, de Salles-Curan.
Les patrons passaient et te demandaient :

“Tu es loué, toi, petit ?
– Non pas encore.
– Ne voudrais-tu pas venir chez moi ?
– Si nous sommes d'accord, si…
– Combien veux-tu gagner ?”
Je ne me rappelle pas combien nous gagnions mais cinquante francs par mois.
Nous traitions l'affaire et ils nous donnaient une petite pièce et voilà, c'était une sorte de… comment dirai-je cela ?
– D'étrenne.
– Oui, nous appelions ça une étrenne mais enfin nous étions engagés à aller travailler avec cette personne.
Et moi j'étais loué à Salvage là-haut à côté de Bouloc.
Et puis le patron alors, le jour où nous devions aller commencer, il venait avec une jardinière et un cheval et il transportait la valise. Et allez !
Souvent nous couchions dans le coin de l'étable des vaches, un petit lit, là, en bois, dans un coin. Et voilà, nous couchions là. Nous commencions par faire le ménage, il fallait commencer, avec une brouette, à sortir le fumier.
Et puis nous allions petit-déjeuner et nous prenions les vaches et voilà. Ils nous donnaient une petite musette pour le repas du midi et nous ne rentrions que le soir.
Ce n'était pas la vie de château comme aujourd'hui ! Enfin bon, nous n'étions pas malheureux, nous en chantions une là-haut sur les hauteurs ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...