Introduction

La maîtresse de maison, la patrona, régnait sur le potager (òrt) et la basse-cour qui permettaient de couvrir une bonne partie des besoins alimentaires. Les excédents vendus au marché (mercat) lui procuraient un peu d’argent pour les besoins de la maison.

On cultivait un peu de tout, notamment les légumes verts, les salades et quelques racines ou légumes secs pour la soupe.

Dans la vallée (ribièira), la production maraîchère était orientée, au-delà de la satisfaction des besoins familiaux, vers les débouchés offerts par les marchés millavois et montanhòl (Lévézou).

Ethnotexte

REUNION SAINT-ROME DE TARN

Emile Douls, né en 1921 à Saint-Beauzély ; Marcel Fournier, né en 1927 à Saint-Victor ; Fernand Galzin, né en 1910 au Viala du Tarn ; Paulette Gayrald, née en 1923 à Castelmus ; Anna Lafon, née en 1912 à Montjaux ; Jean Plagne, né en 1918 à Millau ; Paul Soulié, né en 1909 à Vaysse-Rodier de Vezins.

Transcription

Occitan
Français
« Fasiam de tomatas mes pas gaire, de caulets, d’ensaladas, de favas, de carròtas, de cebas, de pòrres, d'alh...
La dolceta, l’anàvem quèrre pels prats.
Aquò èra coma las favas o los caulets-pomats, fasián melhor pels camps que non pas dins los òrts.
Las trufas se fasián pas per l'òrt, se fasián pels camps, que fasiam un fomarièr pas que per aquò. E, a l’endrech que fasiam lo fomarièr, metiam de caulets, sabètz que butavan !
Per l’òrt, metiam lo fems dels pòrcs e lo fems dels lapins o de las polas, que l’òrt èra sovent al ras. Mes, lo melhor, aquò èra lo fems dels chavals. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...