Lo secret de la meningita

Collecté en 2000 Sur les Communes de Castelnau-de-Mandailles, Condom-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour soigner une méningite ou une congestion (mal de costat), il existait un remède barbare consistant à ouvrir un chat ou un pigeon vivant pour le poser le corps du malade.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JEAN-LOUIS VAYSSADE

né en 1936 à Castelnau de Mandailles.

Transcription

Occitan
Français
« Aviái una sòrre que, ieu, aviá un brave mal de cap. Lo medecin venguèt e di(gu)èt : “Aquò’s una fòrta meningita.” E Dius sap se patissiá ! E aquò fa que… De qué far mai ?
Sabián que dins lo vilatge, un pauc pus luènh, i aviá una brava femna, Madama Caisac, dont lo sobriquet aquò èra La Patinèla, qu’aviá un secret per las meningitas. De qué far ? Vitament, l’anèron sonar. Aquela brava femna arribèt bien als tròts, coma comprenètz. E quand arribèt al ras d’aquela filheta, amb una alumeta fasquèt un traitsul frònt. E lo traitdemorèt marcat. E di(gu)èt coma aquò d'aquí :
“Vos garantisse qu’aquò’s una meningita, aquò d’aquí. Lo frònt s’es enflat mèmes ! Alara, bon,vam assajar mon remèdi que ai, mès cal far vite, vite, d’ont pus vite farem, d’ont melhor aquò anarà.”
E demandèt a mon pèra de rasar lo cap completament, mès bien lo rasar alara, a fons ! Podètz creire que, a-n-aquel moment, agachèron pas res : li copèron la borra, amai lo li rasèron, lo cap e tot !
E pièi lor di(gu)èt :
“Cercatz vitament un pijon, mès un pijon mascle, se podètz. E caldrà lo durbir en vitessa vivent e lo li pausar sul cap. E d’après sas reaccions, vos dirai se aquò's estat eficace o pas.”
En efèt, atapèron lo prumièr pijon que posquèron trobar, vos o pòde dire, crese(gu)ent que benlèu aquò èra un pijon mâle,mascle, benlèu pas. E lo li pausa sul cap, dubèrt vivent, mès la filha : pas cap de reaccion.
La brava femna qu'èra Madama Caisac di(gu)èt :
“Aquò’s una fume. Aquò’s… Totes, vite, agachatz de me trobar un mascle.”
En efèt, reperèron bien un pijon qu’èra bien mascle. E mon pèra fa pas a dos : d’un còp de cotèl, lo duèrb vivent e, vite, lo li pausa sul cap.
La filha fa una reaccion, grifa lo nas en vitessa e sòrt una gota d’ai(g)a.
La mèra Caisac di(gu)èt :
“Sasquètz tranquilles, vòstra filha es sauvada !”
Et voilàcossí aquò se fini(gu)èt. E la filha parti(gu)èt dins la guerison, tot doçament, e tot anèt bien. »
Le secret de la méningite
« J’avais une sœur qui avait un grand mal de tête. Le médecin vint et dit : “C’est une forte méningite.” Et Dieu sait si elle souffrait ! Cela fait que… Que faire de plus ?
Ils savaient que dans le village, un peu plus loin, il y avait une brave femme, Madame Cayzac, dont le sobriquet était La Patinelle, qui avait un secret pour les méningites. Que faire ? Vite, ils allèrent l’appeler. Cette brave femme arriva évidemment au trot, comme vous comprenez. Et quand elle arriva près de cette fillette, avec une allumette elle lui fit un trait sur le front. Et le trait resta marqué. Et elle dit comme ceci :
“Je vous garantis que c’est une méningite ça. Le front s’est même enflé ! Alors, bon, nous allons essayer mon remède, mais il faut faire vite, vite, plus vite nous ferons, mieux ça ira.”
Et elle demanda à mon père de lui raser la tête complètement, mais de bien la raser, à fond ! Vous pouvez croire que, à ce moment-là, ils ne firent attention à rien : ils coupèrent les cheveux, et ils la rasèrent, la tête et tout ! Et puis, elle leur dit :
“Cherchez vite un pigeon, mais un pigeon mâle si vous pouvez. Et il faudra l’ouvrir en vitesse vivant et le lui poser sur la tête. Et d’après ses réactions, je vous dirai si ça a été efficace ou pas.”
En effet, ils attrapèrent le premier pigeon qu’ils purent trouver, je peux vous le dire, croyant que c’était peut-être un pigeon mâle, peut-être pas. Et elle le lui pose sur la tête, ouvert vivant, mais la fille : aucune réaction.
La brave femme, Madame Cayzac, dit :
“C’est une femelle. C’est... Tous, vite, essayez de me trouver un mâle.”
En effet, ils repérèrent un pigeon qui était bien un mâle. Et mon père sans hésiter : d’un coup de couteau, il l’ouvre vivant et, vite, il le lui pose sur la tête.
La fille a une réaction, elle se frotte le nez en vitesse et il sort une goutte d’eau.
La mère Cayzac dit :
“Soyez tranquilles, votre fille est sauvée !”
Et voilà comment cela se finit. Et la fille partit dans la guérison, tout doucement, et tout alla bien. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...