Lo rol

Collecté en 1998 par IOA Sur les Communes de Castelnau-de-Mandailles, St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre. Elles passent la belle saison dans des pâturages d’altitude appelés montanhas.

Dans les burons (masucs), on fabriquait jadis la fourme d'Aubrac.

Sur l'Aubrac l'équipe type des buronniers (montanhièrs) était composée d'un cantalés, d'un pastre, d'un vedelièr et d'un rol.

Le rol était le plus jeune de l’équipe des montanhièrs. Il avait parfois moins de 10 ans. Ils remplaçaient les chiens, les vaches de race aubrac étant agressives en présence des veaux.

Quand le cantalés n’était pas commode, le sort du rol n'était pas des plus enviables. Il était parfois la risée de ses collègues plus âgés.

Les montanhièrs étaient peu équipés en cas d'intempéries et le masuc ne disposait d'aucun confort.

Avant la traite, le vedelièr et le rol laissaient téter un peu le veau (amairar ou mairejar, de maire : mère) puis ils l'attachaient à la patte antérieure de sa mère (cambilhar). Le cantalés et le pastre commençaient alors à traire (mólzer). Ce leurre permettait à la vache de délivrer son lait. Petit à petit on laissait de moins en moins de lait au veau.

L’asegada est le nom du parcours que le pastre et le rol faisaient suivre aux vaches en journée.

Ethnotexte

MARCEL BESOMBES

né en 1922 à Castelnau de Mandailles.

Transcription

Occitan
Français
« Ieu, quand me lo(gu)èron, mos parents, fasiái rol a la montanha, aviái nòu ans.
Aquò èra lo matin, per se levar del lièch, que aquò èra dur. E pièi, tot lo jorn l’òm èra defòra, que plòguèsse o que fasquèsse bèl temps. E aviam pas cap de saile a l’epòca… E descalçs.
Lo matin, quand avián molz las vacas, las caliá pas laissar partir per la montanha. Las gardàvem apr’aquí a l’entorn del pargue. Las bèstias n’avián l’abituda e aquò bolegava pas tròp.
E pièi alara, lo jorn, caliá far las asegadas lo torn de la montanha. Aquò èra pas barrat un còp èra. Avián talament l’abituda, lo jorn, de far lo torn que, la nuèch, i anàvem pas. I aviá lo rol e lo pastre, fasiam las asegadas qu’apelavan. Pièi, al pargue, caliá triar los vedèls. E lo ser, quand avián molz, tornàvem sortir los vedèls ambe lo fresc, qu’anèsson manjar que, lo jorn, se fasiá calor, manjavan pas tròp. Los caliá gardar jusca qu’èra nuèch, per qu’anèsson pas ambe las vacas. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...