L'òli de nose e lo pan-nogat

Collecté en 2001 par IOA Sur les Communes de Castelnau-de-Mandailles, Montpeyroux, St-Côme-d'Olt Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le noyer (noguièr) était présent au-dessus de la limite du châtaignier (castanhièr). Mais sa rareté obligeait les Montanhòls à faire de l’òli de noisette (auglana) ou de faine (feina).

Pendant longtemps la noix a fourni au Rouergue l’essentiel de l’huile qui était utilisée pour la cuisine en temps de Carême, ou pour l’éclairage dans les lampes à huile (calelhs).

La plupart des moulins possédaient un ase (ou vertelh) pour écraser les noix.

Ethnotexte

Roger ALDEBERT

né en 1917 à Saint-Côme d'Olt

Transcription

Occitan
Français
« A Las Tendas alai, a costat de Castèlnòu, fasián l’òli. Les grands-parents fasián l’òli. O ai entendut dire per ma maire. Aicí, fasián pas l’òli. Fasián còire aquò dins una gròssa padena e aprèssa “lecavan l’ase” que disián e fasián de pan-no(g)at, un còp que l’òli èra sortit, chai. Aquel pan-no(g)at, lo donavan als pòrcs.
Metián l’òli de nose dins d’orcas. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...