Lo paraire al molin de Pageses

Collecté en 1998 Sur la Commune de Castanet Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Il y avait des ateliers de tisserands (teissedres, teisseires, teissièrs) dans presque tous les villages. Les draps (lençòls) en chanvre étaient rêches et il existait des moulins à foulon (molins paraires, molins combaires) pour parer les pièces de tissus. Avec l'arrivée de la mécanisation, les filatures (filaturas, mecanicas) remplacèrent les ateliers de tisserands.

Le travail du chanvre, bien représenté au Musée du Ségala à Pradinas, comportait, après la culture et la récolte, le rouissage, le séchage, le broyage, le cardage, la filature et le tissage.

Ethnotexte

ROLAND CROS

né en 1922 au moulin de Pageses de Castanet.

Transcription

Occitan
Français

« Autres còps, fialavan dins los ostals e, quand avián fialat, la tela, aquò èra grossièr alara la portavan aicí [al molin de Pageses], I aviá un afar, aquò èra dos tròces de boès que se fretavan e la tela èra entremièg, coma aquò, la tela s’adocissiá e apièi ne fasián los lençòls. Lo balet, aquò èra per dire de la far secar. Los parents avián vist marchar aquò, o apelavan “lo paraire”. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...