Lo molin de Pageses

Collecté en 1998 Sur les Communes de Castanet, Vabre-Tizac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Jadis, c'était le meunier (molinièr) qui allait dans les fermes pour récupérer le grain à moudre, à dos de mulets ou de mules (muòls, muòlas), et qui livrait ensuite la farine. Plus tard, on apporta son grain au moulin. On attendait généralement la fin de la mouture pour reprendre sa farine. 

Autrefois, les turbines (rodets) horizontales des moulins étaient taillées dans du bois.

Comme les forgerons, de nombreux meuniers tenaient également une auberge pour permettre à la clientèle (practica) de patienter.

Autrefois, les meuniers étaient payés en nature. Ils prélevaient une partie du grain, le son ou une part de la mouture : la moldura. Pour cette raison, leur réputation n'était pas des meilleures.

Ethnotexte

ROLAND CROS

né en 1922 au moulin de Pageses de Castanet.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá tres cobles de mòlas. Aquò èra pas de pèira de país, aquò èra de pèira de La Ferté qu’apelavan. Sus las mòlas, i aviá una gròssa caissa, l’entremièja l’apelavan. Se ne dalava trop, lo mièg de la mòla s’emplissiá e se calava. Alara lo reglavan. E pièi, i aviá de gran que pissava mai que d’autre, s’èra plan sec o s’èra pas sec... Se ne davalava pas pro, la mòla virava pus vite e s’encantava.
Cada mes, picàvem las mòlas, la de dessús, la levàvem. Aquò èra de picas en fèrre. Fasiam de trauces dins la pèira. Coma aquò, n’avançavan plan mai de mòlre.
I aviá una mòla que virava ambe la ròdavèrsa e, las autras doas, aquò èra de rodets.
Los premièrs rodets que fasián èran tot en boès, en garric. A la fin, i aviá pas que lo mièg en boès e las palas èran en fèrre. Al debut, aquò èra un charpentièr del país que los fasiá, èra de Vabre-Tisac. S’apelava Rosièrs.
Al depart, molián mème las castanhas. Lo monde fasián secar las castanhas e, quand èran secas, las portavan e aquò fasiá de farina pels pòrcs.
Venián ambe de vacas, ambe de buòus, ambe de cavalas... Quauqu’unses esperavan mès aquò èra rare. Lo molin fasiá de bruch : “Tica-taca, tica-taca… ” Apelavan aquò la caucèla.
D’aquel moment, a l’epòca, se moldurava. Gardavan de blat. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...